/sports/fighting
Navigation

Un combat parmi les géants de la boxe en 2020 pour Makhmudov?

Un combat parmi les géants de la boxe en 2020 pour Makhmudov?
Photo d'archives Agence QMI, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Depuis ses débuts en boxe professionnelle, le Russe Arslanbek Makhmudov (9-0-0, 9 K.-O.) a su démontrer assez clairement qu’il possédait une force de frappe au-dessus de la moyenne.

Après neuf combats chez les pros, l’imposant pugiliste compte... neuf victoires, toutes acquises par K.-O.!

Lors de l’émission «JiC», Jean-Charles Lajoie a soumis une intéressante question à l’entraîneur de Makhmudov, Marc Ramsay.

«Ça peut peut-être paraître étrange, mais as-tu hâte que ton poulain mange sa première taloche?»

«C’est déjà arrivé à l’entraînement!», de répondre Ramsay.

«Oscar Rivas a servi plusieurs bons coups à Makhmudov au gymnase! Les échanges entre les deux ont été très intéressants. Donc non, la capacité d’encaisser d’Arslanbek ne m’inquiète pas.»

Makhmudov se battra ce samedi contre l’Américain Samuel Peter (38-8-0), au Centre Bell.

Les experts s’entendent presque tous pour donner un net avantage au protégé d’Eye of the Tiger Management.

Plus Makhmudov enchaîne les combats (et les performances convaincantes!), plus les amateurs se questionnent sur un seul et même point : «à quand un combat significatif pour Arslanbek Makhmudov?»

«À compter de 2020, on veut forcer l’industrie de la boxe à regarder de notre côté. À la fin de 2020, on veut être vus comme des incontournables».

Une première pour Lemieux

C’est David Lemieux (40-4-0, 34 K.-O.) qui fera les frais de la finale du gala impliquant Makhmudov.

Il effectuera, pour l’occasion, un premier combat chez les 168 livres, alors qu’il se frottera à Maksym Bursak (35-5-2, 16 K.-O.).

«Il faudra se méfier. Bursak n’a jamais été au plancher et il est résistant. Il va nous donner des rounds, mais David est selon moi supérieur. Les amateurs auront droit à un bon spectacle!»

Marc Ramsay l’avoue : la perte de poids de Lemieux s’est beaucoup mieux déroulée que lorsqu’il évoluait chez les 160 livres.

«Le processus a été beaucoup plus facile. Ç’a été plus plaisant pour David. Il a fait ça avec le sourire. Avant, le focus était toujours sur le poids. Cette fois, on a pu se concentrer sur le reste.»

En termes de grandeur, David Lemieux demeure cependant un «petit 168 livres». Il a d’ailleurs fallu que le boxeur se conditionne à affronter un adversaire doté d’une plus longue portée.

«C’était assurément un enjeu. Il fallait s’en occuper pour que la transition se fasse bien. Mais la force de frappe de David fera le travail à 168 livres.»