/finance/business
Navigation

Groupe Capitales Médias: un salaire de 500 000$ par année pour Martin Cauchon

L’ancien grand patron de GCM aurait reçu 2 millions$ en salaires en l’espace de quatre ans

Martin Cauchon
Photo d'archives, Stevens LeBlanc En mars 2015, Martin Cauchon a annoncé, à Québec, qu’il devenait propriétaire des quotidiens régionaux de GESCA et qu’il créait GCM.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias (GCM), Martin Cauchon, a pu recevoir au moins 2 M$ en quatre ans en rémunération lorsqu’il était à la tête de l’entreprise sous respirateur artificiel avec des dettes de 27 M$.  

Entre 2015 et 2019, l’ex-président de Groupe Capitales Médias (GCM) et ex-ministre libéral fédéral, Martin Cauchon, a pu recevoir plus de 500 000 $ par année si l’on se fie au demi-million $ qu’il a obtenu l’an dernier, a confié au Journal une source au dossier.   

  • Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance, était à Dutrizac sur QUB radio: 

Or, durant cette période, le groupe de presse, dont le siège social est situé à Québec, était loin de rouler sur l’or avec des pertes de 8 M$ en 2017 et de 25 M$ en 2018.   

En 2017, de graves problèmes de liquidités l’ont poussé à cogner à la porte du gouvernement pour emprunter 10 M$ à Investissement Québec (IQ).   

Deux ans plus tard, quand Groupe Capitales Médias (GCM) et ses journaux régionaux, dont Le Soleil, ont été placés sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, l’entreprise devait plus de 27 M$ à ses créanciers, dont 10 M$ à Québec.   

Après le départ de Martin Cauchon, Investissement Québec (IQ) a volé au secours de la compagnie avec un prêt d’urgence de 5 M$ (avec taux d’intérêt de 20 %) pour que les employés puissent être payés tellement que les coffres étaient à sec, a témoigné une source.   

« C’est indécent »  

Hier, la rémunération de 500 000 $ par année de Martin Cauchon a choqué le président l’Association des retraités syndiqués du journal Le Soleil, Robert Fleury, qui entend des histoires d’ex-travailleurs en colère incapables de joindre les deux bouts.   

« On perd 30 % de nos rentes. C’est totalement indécent. On a du monde âgé qui vont être obligés de quitter leur résidence parce qu’ils n’ont plus les moyens de payer », a-t-il déploré.   

« Si les journaux ne font pas de profits, comment peux-tu te payer un salaire semblable si ça a été le cas ? » s’est-il demandé à voix haute en soupirant.   

M. Fleury a ajouté que les conditions de la vente du groupe à Martin Cauchon par Power Corporation en 2015 ne sont malheureusement jamais venues à ses oreilles. « Toute l’opération avec Martin Cauchon a été cachée », a-t-il avancé.   

D’autres retraités préférant garder l’anonymat n’ont pas non plus mâché leurs mots à l’endroit de l’ex-patron de presse.   

« C’est indécent. Je suis indigné. On s’est fait avoir. On avait des garanties, mais on s’est fait avoir. Je vais devoir vendre ma maison », a partagé l’un d’eux la gorge nouée.   

Joint par Le Journal, Martin Cauchon n’a pas rendu nos appels et nos messages jeudi.   

Le président exécutif intérimaire du groupe, Stéphane Lavallée, dont le salaire avoisine les 150 000 $, a préféré quant à lui s’abstenir de commenter pour éviter de nuire à la transaction en cours.   

Martin Cauchon      

  • 1993 : élu député fédéral d’Outremont (PLC)   
  • 2002 : ministre de la Justice (sous Jean Chrétien)   
  • 2013 : candidat à la chefferie du Parti libéral du Canada (PLC)    
  • 2015 : fonde le Groupe Capitales Médias (GCM)   
  • 2018 : préside le CA de la firme ontarienne de cannabis 48North   
  • 2019 : quitte la présidence de GCM