/news/politics
Navigation

Bilan de la session automnale: Catherine Dorion ne changera pas d’approche

Periode des questions
Photos Simon Clark et tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

La députée solidaire Catherine Dorion rejette l’idée que ses frasques font ombrage aux réalisations de ses collègues et à ses propres dossiers.

• À lire aussi: Québec solidaire et le Parti québécois dénoncent le «mépris» du gouvernement Legault à leur endroit  

« Je n’ai pas l’intention de changer d’approche, mais j’apprends le terrain médiatique et j’ai l’intention de l’utiliser à mesure que je m’en viens bonne », affirme Mme Dorion au terme d’une session marquée par une photo où elle s’était « déguisée en députée », au Salon rouge, et une controverse autour du port d’un kangourou à la période de questions.

« Ce n’est pas moi qui fais dévier [l’attention médiatique]. Je ne reconnais pas ça », plaide-t-elle.

« Choses frivoles »

La députée de Taschereau déplore que certains médias se concentrent sur ces histoires, plutôt que sur les dossiers de fond.

« Il y a eu un moment où j’ai fait une blague, avec la photo d’Halloween. Ç’a fait dévier de quel sujet ? Est-ce que ça faisait dévier de ce que mes collègues poussaient ou est-ce que ça faisait dévier d’une semaine de changement de date d’Halloween ? », souligne-t-elle. 

Catherine Dorion remarque plutôt que ses propres sorties sur les relations internationales ou celles de son collègue sur les conditions de travail des préposés dans les CHSLD privés ont « très, très peu d’échos ». « La raison pour laquelle des choses frivoles ressortent autant, moi aussi, je me la pose », dit-elle. 

« Je n’ai pas l’impression que, moi, je fais ombrage », ajoute la députée solidaire au sujet du travail de ses collègues députés.

Catherine Dorion dénonce toutefois que des députés aient menacé de la faire expulser du Salon bleu en raison de son kangourou, détournant ainsi l’attention des déboires de la CAQ.

Cette semaine-là, le gouvernement Legault était sur les charbons ardents en raison des changements proposés au Programme de l’expérience québécoise pour sélectionner les immigrants.

Intéresser des gens à la politique

Malgré le « brouhaha » médiatique, la députée solidaire estime que son approche lui a permis d’intéresser de nouvelles personnes à la politique.

« Moi, j’ai voulu amener de l’art, de la couleur, quelque chose de nouveau en politique pour intéresser tous ces gens qui ne s’y intéressent pas », rappelle-t-elle.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.