/sports/others
Navigation

Charles Philibert-Thiboutot enfin de retour sur piste

L’ex-coureur du Rouge et Or prendra le départ du 5000 m samedi à Boston

Charles-Philibert-Thiboutot reprendra la compétition samedi après avoir manqué plusieurs mois en raison d’une blessure à un pied.
Photo d’archives, Agence QMI Charles-Philibert-Thiboutot reprendra la compétition samedi après avoir manqué plusieurs mois en raison d’une blessure à un pied.

Coup d'oeil sur cet article

Sur la touche depuis mars 2019 en raison d’une fracture de stress à un pied subie à l’entraînement, Charles Philibert-Thiboutot disputera finalement une première course cet après-midi à l’Université de Boston.

L’Olympien des Jeux de Rio en 2016 prendra le départ du 5000 m. « C’est un pas dans la bonne direction, a-t-il mentionné quand nous l’avons joint en Arizona, jeudi, à la conclusion d’un camp d’entraînement en altitude. Je suis au maximum de mes capacités physiques, et cette course me permettra de savoir où j’en suis rendu dans mon retour. C’est une belle façon de casser la glace. »

L’ancien coureur du Rouge et Or de l’Université Laval est emballé par le camp qui vient de se terminer. « J’ai connu un camp en altitude exceptionnel, a déclaré celui dont la dernière course remonte à sa victoire au championnat provincial de cross-country en octobre 2018. Mais j’avais dit la même chose en mars 2019, après un camp en altitude, avant de me blesser à un pied à mon retour à Québec dès ma première séance de jogging. J’ai pris une bonne charge de travail, et il n’y a pas de raison que je n’obtienne pas un bon score. Sur papier, tout est là pour que je connaisse une bonne course. »

« Mon objectif est de réussir un temps inférieur au record québécois sur piste intérieure qui est de 13 min 56 s et détenu par Alain Bordeleau depuis 33 ans, de poursuivre Philibert-Thiboutot. C’est un objectif réaliste. Après avoir corrigé des défaillances mécaniques, je suis plus efficace, et ma forme est revenue assez vite. C’est surprenant. C’est pourquoi je pense que le record québécois est atteignable. C’est une piste vraiment, vraiment rapide où le record du monde du mile intérieur a été battu l’an dernier. »

Long processus de guérison

Le rendez-vous de Boston est la première étape dans son objectif ultime d’obtenir son laissez-passer pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo dans l’épreuve du 1500 m. « En raison de ma blessure, je repars à zéro, a-t-il illustré. Je dois terminer dans le Top 45 à l’échelle internationale, ce que j’ai réussi à faire de 2015 à 2018. Le classement se fera à partir de la moyenne de mes cinq meilleurs résultats obtenus entre janvier et juin. Je dois aussi terminer parmi les trois premiers au championnat canadien. »

Si l’optimisme est de retour, le protégé de Félix-Antoine Lapointe a vécu des moments difficiles. « Au printemps, quand l’état de mon pied ne s’améliorait pas après six semaines en béquilles additionnées d’une infiltration, j’ai eu des craintes. Pas seulement celles de ne pas être capable de revenir à un haut niveau, mais aussi pour ma vie tous les jours. Je craignais que mon pied me fasse mal toute ma vie. Ce fut un long processus, et tu te poses toujours des questions quand tu es dans le creux. Les meilleurs atteignent leur sommet à 24-25 ans, et moi j’aurai 29 ans bientôt. J’ai encore une sensation tannante, qui ne m’empêche cependant pas de m’entraîner à plein régime et que je peux éliminer avec des exercices. »