/opinion/columnists
Navigation

Le preux prof d’histoire

Le preux prof d’histoire
Photo d’archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

La plainte déposée par Frédéric Bastien au Conseil de la magistrature concernant la juge en chef de la Cour d’appel constitue un coup de semonce. La Cour d’appel qui doit rendre un jugement sur la loi 21 sur la laïcité fait face à un sérieux problème de crédibilité si sa juge en chef paraît avoir un parti pris.

Frédéric Bastien a tiré sur un fil et la toge de la juge est en train de se découdre. Il a levé le couvercle sur une réalité qui étonne et inquiète beaucoup de nationalistes québécois. Ce professeur d’histoire, passionné des questions constitutionnelles (oui, oui), songe à briguer la direction du Parti québécois. Il pourrait annoncer ses intentions assez prochainement.

Lorsque son nom a circulé pour diriger le PQ, ma première réaction fut de souligner sa très faible notoriété. Pour le grand public, il est un total inconnu. Dans le monde des communications de 2019, il s’agit d’un problème majeur. En même temps, tout le monde est inconnu jusqu’au jour où il émerge.

Un coup de maître

Cette semaine nous a fourni une occasion de réaliser que Bastien mérite d’être connu davantage et mérite qu’on le prenne au sérieux. Il n’a ni une grande notoriété ni un siège au Parlement. En matière de nationalisme, sujet crucial pour le PQ, il aura fait davantage avec sa sortie sur la Cour d’appel cette semaine que tout le reste du PQ dans l’année.

Il faut dire que son offensive pour remettre en question la neutralité de la Cour d’appel pour trancher concernant la Loi sur la laïcité de l’État s’inscrit dans une démarche cohérente. Cela fait des années que l’historien se penche sur le gouvernement par les juges et sur la Constitution canadienne de 1982.

Parler constitution, c’est ennuyeux ? Pas pour lui. Son livre phare La bataille de Londres raconte comme un roman excitant les magouilles jamais révélées derrière le rapatriement de 1982 que le Québec s’est fait enfoncer dans la gorge. Il est allé fouiller dans les archives du Foreign Office de Londres, ouvrant des filières jamais consultées, pour raconter l’inédit.

Il fait aussi le pont avec la réalité de nos vies. La Constitution de 1982 a redéfini le pouvoir des tribunaux. Il faut mesurer son impact sur l’identité au Québec, sur le multiculturalisme qui nous est imposé.

Chef au PQ ?

Frédéric Bastien a aussi défini toute une vision sur la façon, pour le Québec, de mener bataille pour ses pouvoirs en forçant le régime constitutionnel canadien. Très différent du reste du PQ ! Or si vous regardez le succès des affiches « Pour l’indépendance » dans l’élection de Jean-Talon, il y a peut-être lieu d’avoir un débat. Le PQ a obtenu 9 % !

Est-il capable de rallier, de mobiliser, de convaincre ? Il reste encore bien des questions sur les capacités de l’historien de diriger une formation politique. Surtout qu’il n’a jamais connu la politique partisane.

Sa présence dans la course provoquerait le genre de brassage d’idées dont le PQ a besoin.