/investigations/transports
Navigation

D’autres millions au privé pour compter les lampadaires

D’autres directions territoriales devront payer des firmes privées.

Coup d'oeil sur cet article

La facture pour compter les lampadaires sur le territoire du Québec risque d’exploser. Le ministre des Transports a admis que la moitié des directions territoriales devront engager des firmes privées en raison du manque d’effectifs.

• À lire aussi: Manque de ressources au MTQ: 1,8 M$ pour compter des lampadaires  

« C’est environ moitié-moitié », a affirmé le ministre François Bonnardel lors d’une mêlée de presse vendredi matin. « J’ai la moitié des directions territoriales qui ont les ressources nécessaires pour faire le travail. Pas besoin d’aller au privé. Et de l’autre côté, et bien, on n’a pas les ressources. »

Notre Bureau d’enquête révélait vendredi qu’en raison du manque de ressources, le MTQ a donné un contrat de 1,8 M$ à une entreprise privée pour faire l’inventaire des lampadaires et des feux de circulation dans Chaudière-Appalaches.

Or, Chaudière-Appalaches ne sera pas la seule des 11 directions territoriales du Québec à devoir agir ainsi, a admis le ministre. 

« Il y a certaines directions territoriales qui n’ont pas les ressources nécessaires pour faire ces inventaires, ces inspections et ces entretiens des lampadaires... Les systèmes électrotechniques », indique M. Bonnardel. 

Photo Simon Clark

Travail « élémentaire »

Pourtant, selon Marc-André Martin, président de l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ), il s’agit d’un travail « d’étudiant », d’un travail « élémentaire » et « facile ». Il inclut dans sa description l’inspection et l’entretien. 

Peu importe, le ministre soutient qu’il n’a aucun problème avec ces contrats offerts au privé. « Lorsqu’on aura terminé l’inventaire et l’entretien, on aura plus besoin de le refaire pour plusieurs années. Je n’ai pas de problème avec ça », a-t-il dit. « Maintenant, si on avait les ressources nécessaires dans les différentes directions, on l’aurait fait [...]. On n’a pas eu le choix d’engager une société pour être capable de le faire. »

Il soutient qu’il aimerait pouvoir engager plus d’effectifs, mais qu’il est menotté par une directive du Conseil du trésor. Il y a un gel d’embauche et un gel d’heures supplémentaires présentement au MTQ, sauf en ce qui a trait à la sécurité publique.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.