/news/provincial
Navigation

Un montant record amassé

Près de 525 000 $ ont été recueillis pour prévenir la détresse psychologique des jeunes

Le maire de Québec, Régis
 Labeaume, a pu compter sur 
l’animateur et porte-parole 
de la Fondation Jeunes en 
Tête, Stéphane Bellavance, 
pour agrémenter la soirée.
Photo Stevens Leblanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, a pu compter sur l’animateur et porte-parole de la Fondation Jeunes en Tête, Stéphane Bellavance, pour agrémenter la soirée.

Coup d'oeil sur cet article

La réputation du prestigieux Bal du maire n’est plus à faire à Québec. Encore cette année, pour sa 9e édition, l’événement s’est surpassé, vendredi, en amassant un montant record de 525 000 $.

Avec plus de 500 invités de la communauté des affaires de la Capitale-Nationale, l’un des événements mondains les plus attendus de l’année dans la région a de nouveau fait mouche, vendredi, au Fairmont Le Château Frontenac.

Les convives ont notamment assisté à 
des prestations musicales des artistes de 
Jeunes musiciens du monde et du
groupe marocain Salamate Gnawa.
Photo Stevens Leblanc
Les convives ont notamment assisté à des prestations musicales des artistes de Jeunes musiciens du monde et du groupe marocain Salamate Gnawa.

Rappelons que le rassemblement a pour but d’amasser des fonds pour la Fondation Jeunes en Tête, qui a pour mission de prévenir la détresse psychologique des jeunes de 11 à 18 ans dans la province.

« Depuis la première édition du Bal du maire, on a distribué 2,6 M$ qui ont bénéficié à plus de 16 000 adolescents [avant l’édition de vendredi soir]. Ça marche, c’est incroyable ! » s’est réjoui d’entrée de jeu le maire de Québec, Régis Labeaume.

Dans une ambiance digne des
contes des Mille et Une Nuits, 
les invités ont pu goûter à des 
mets typiquement marocains.
Photo Stevens Leblanc
Dans une ambiance digne des contes des Mille et Une Nuits, les invités ont pu goûter à des mets typiquement marocains.

Concernant l’espace limité qu’offre la salle de bal de l’établissement, M. Labeaume a souligné le cachet spécial de l’endroit, qui était décoré sur le thème des « splendeurs marocaines » pour l’occasion. « On aurait pu aller au Centre Vidéotron, mais on a décidé de garder ça ici parce que c’est magique. C’est un privilège [d’y tenir l’événement]. »

Le maire de Québec, Régis Labeaume, était entouré
des conseillères de son projet de studios pour 
jeunes, du président d’honneur et président de 
Sun Life Canada, Jacques Goulet, et de jeunes de 
la Fondation Jeunes en Tête.
Photo Stevens Leblanc
Le maire de Québec, Régis Labeaume, était entouré des conseillères de son projet de studios pour jeunes, du président d’honneur et président de Sun Life Canada, Jacques Goulet, et de jeunes de la Fondation Jeunes en Tête.

Un milieu difficile

Le maire était accompagné d’Angie Paradis, l’une des conseillères qui l’ont épaulé dans son projet de studios pour les jeunes qui sortent des centres jeunesse et dont la construction doit débuter en 2021.

Elle a d’ailleurs profité de l’occasion pour rappeler combien les organismes d’aides aux jeunes sont importants pour certains.

Les dignitaires étaient tout sourire pour l’événement. À l’arrière : Simon Villeneuve,
Lucie Jalbert, de TVA, François Latulippe, de Latulippe, Mélanie Gilbert, Pierre Moffet,
président de la firme Douville, Moffet et Associés, Sébastien Ménard, éditeur et rédacteur
en chef du Journal de Québec, Nathalie Langevin, directrice générale et ventes à TVA Québec
et directrice générale des ventes au Journal de Québec. À l’avant : Ichrak Zahar, d’Ameuble-
ments Tanguay, Odette Lachance, de TVA, et Isabelle Maranda.
Photo Stevens Leblanc
Les dignitaires étaient tout sourire pour l’événement. À l’arrière : Simon Villeneuve, Lucie Jalbert, de TVA, François Latulippe, de Latulippe, Mélanie Gilbert, Pierre Moffet, président de la firme Douville, Moffet et Associés, Sébastien Ménard, éditeur et rédacteur en chef du Journal de Québec, Nathalie Langevin, directrice générale et ventes à TVA Québec et directrice générale des ventes au Journal de Québec. À l’avant : Ichrak Zahar, d’Ameuble- ments Tanguay, Odette Lachance, de TVA, et Isabelle Maranda.

« J’ai passé une bonne partie de ma vie dans [le réseau de] la DPJ. J’ai été en centre jeunesse pendant six ans, j’ai essayé de vivre seule en appartement sans succès », a confié celle qui a connu l’enfer de la drogue et qui avoue avoir fréquenté de mauvaises personnes.

« Moi, j’aurais eu besoin [de ce genre d’établissement] quand je suis sortie des centres jeunesse. Aujourd’hui, du haut de mes 19 ans, je m’en suis sortie et j’en suis fière. »

Sylvain Parent-Bédard, président fondateur du 
ComediHa! Fest de Québec, et sa conjointe Cathleen 
Rouleau (3e et 4e à partir de la droite) sont accompagnés 
des membres de l’organisation du ComediHa!
Photo Stevens Leblanc
Sylvain Parent-Bédard, président fondateur du ComediHa! Fest de Québec, et sa conjointe Cathleen Rouleau (3e et 4e à partir de la droite) sont accompagnés des membres de l’organisation du ComediHa!

La directrice générale de la Fondation Jeunes en Tête, Mélanie Boucher, a noté une évolution dans la mentalité des gens depuis quelques années au sujet de la détresse psychologique de la prochaine génération.

« On voit de plus en plus des jeunes capables de s’ouvrir et d’aller chercher de l’aide. Ça, c’est parce qu’il y a des adultes réceptifs en arrière et c’est en parlant qu’ils le deviennent. »

On retrouve sur cette photo, à l’arrière, Louis Painchaud, 
vice-président aux opérations des Remparts de Québec, Luc Santerre,
directeur des ventes de la brasserie Labatt, Yves Cinq-Mars, directeur
exécutif ventes et marketing Québecor Sports  et divertissement,
Martin Tremblay, chef de l’exploitation du Groupe Sports et
divertissement de Québecor, Luc Parent, chef finances Québecor
Sports  et divertissement, et Jean-Michel Ménard-Dumas, du Centre
Vidéotron. À l’avant : Gina Cloutier, Marie-Thessa Groleau, Josée Lemieux
et Marie-Claude Lebel.
Photo Stevens Leblanc
On retrouve sur cette photo, à l’arrière, Louis Painchaud, vice-président aux opérations des Remparts de Québec, Luc Santerre, directeur des ventes de la brasserie Labatt, Yves Cinq-Mars, directeur exécutif ventes et marketing Québecor Sports et divertissement, Martin Tremblay, chef de l’exploitation du Groupe Sports et divertissement de Québecor, Luc Parent, chef finances Québecor Sports et divertissement, et Jean-Michel Ménard-Dumas, du Centre Vidéotron. À l’avant : Gina Cloutier, Marie-Thessa Groleau, Josée Lemieux et Marie-Claude Lebel.

Faire une différence

Visiblement émotive, Mme Boucher a également souligné la beauté de voir des gens qui se réunissent sous une même cause et qui donnent pour changer les choses.

Pour l’avenir des jeunes

« J’ai deux petits bonshommes de 10 et 12 ans qui vont peut-être bientôt être pris entre deux chaises et j’espère qu’ils auront une petite lumière pour les guider. C’est pour ça que je m’implique auprès de la Fondation. »

— Stéphane Bellavance, porte-parole de la Fondation Jeunes en Tête et animateur de la soirée


« C’est comme ça que ça marche à Québec. On a un noyau dur qui fait que lorsqu’on veut régler des affaires, on s’assoit autour de la table et tout le monde contribue généreusement. »

— Régis Labeaume, maire de Québec


« La maladie mentale est parmi les problèmes les plus préoccupants de notre époque. Il est impératif que l’on s’en occupe et que l’on s’occupe de nos jeunes. »

— Jacques Goulet, président de Sun Life Canada et président d’honneur de la soirée


« Quand on a un leader dans la région qui décide de prendre les jeunes en main et de rattacher plein de gens d’affaires, ça donne des résultats comme ce soir. »

— Éric Bujold, président de la Fondation Jeunes en Tête