/news/politics
Navigation

Bilan de session parlementaire: «Attachez vos ceintures, ça va continuer», prévient Legault

Le premier ministre caquiste a dressé le bilan de la session parlementaire

Coup d'oeil sur cet article

François Legault n’entend pas réduire la cadence imposée par son gouvernement et s’appuie sur l’élection d’une caquiste dans le château fort libéral de Jean-Talon pour démontrer l’appui de la population à ses réformes.  

• À LIRE AUSSI : QS et le PQ dénoncent le «mépris» du gouvernement Legault   

« Attachez vos ceintures, ça va continuer. Les changements vont continuer. Les Québécois nous ont élus pour faire des changements », a commenté le premier ministre François Legault lors de son bilan de la session parlementaire, à Québec, en compagnie des ministres Geneviève Guilbault et Simon Jolin-Barrette. 

« Ça peut arriver qu’on aille parfois de façon un peu rapide, mais on corrige quand on s’en va pas tout à fait là où on voulait aller, et les Québécois apprécient cette façon de faire », affirme M. Legault. 

Le premier ministre caquiste répondait ainsi aux critiques des partis d’opposition, qui reprochent à son gouvernement de faire preuve d’improvisation.

Le Parti québécois a d’ailleurs décrit les derniers mois comme la « session des erreurs ». 

À ce sujet, la tentative de réformer le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) a été « désastreuse », a renchéri le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Des étudiants étrangers en pleurs étaient venus à l’Assemblée nationale pour implorer le gouvernement de ne pas changer les règles qui leur accordent une voie rapide pour l’immigration. MM. Legault et Jolin-Barrette avaient refusé de les rencontrer. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«L’importance de bien consulter»  

« Évidemment, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs », réplique François Legault, tout en reconnaissant que la première mouture de la réforme du PEQ nécessitera des « ajustements ».

Mais le Québec, explique-t-il, doit pouvoir choisir les nouveaux arrivants « en fonction des besoins des entreprises du Québec » pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre. 

À ses côtés, le ministre Simon Jolin-Barrette, responsable de la réforme de l’immigration, a confié avoir appris « l’importance de bien consulter » en 2019. Et même si les oppositions lui reprochent le climat tendu au Salon bleu, François Legault estime que son leader parlementaire fait un « excellent » travail.  

Élection plébiscitaire ? 

Le premier ministre caquiste semblait d’ailleurs galvanisé par l’élection de sa candidate dans Jean-Talon, à Québec, une circonscription détenue par les libéraux depuis sa création, en 1965. « Les Québécois sont satisfaits, en tout cas, c’est comme ça que je l’interprète, de ce qu’on a fait depuis un an », se félicite M. Legault. 

D’ailleurs, après une année complète au pouvoir, François Legault croit que le plus difficile est peut-être derrière lui.

Son gouvernement a dû faire ses débuts avec des ministres qui n’avaient jamais gouverné et plusieurs employés politiques sans expérience.

« Donc, je craignais la première année, a-t-il confié. Je me disais : ça va sûrement nous prendre une année d’ajustement. Mais là, ça va tellement bien que je me dis : peut-être que le plus difficile est passé. »

Ce qu'en pensent les autres chefs 

Photo Agence QMI, Simon Clark

« Le premier ministre [François Legault] martèle que trop de temps est dédié aux commissions parlementaires, une situation qui est souvent, en grande partie, due à l’entêtement de certains de ses ministres qui refusent de démontrer de l’ouverture. »

— Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec 

Photo Agence QMI, Simon Clark

« Les ministres de la CAQ n’écoutent personne, pas les oppositions, pas les experts, pas le public, personne. Et pour que personne ne puisse justement les contredire, ils ont déclaré la guerre aux contre-pouvoirs. » 

— Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire de Québec solidaire

Photo Agence QMI, Simon Clark

« Chaque jour nous démontre des signes d’arrogance, de contrôle, de supériorité que veut démontrer le gouvernement, et ça paraît à travers les travaux parlementaires. »

— Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois