/misc
Navigation

Le peuple a raison

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a eu des reculs et des promesses ajustées. Mais en bout de piste, François Legault peut se gargariser avec le résultat de l’élection de Jean-Talon : le peuple a toujours raison.

Une élection partielle tenue après 18 mois de pouvoir, ce n’est pas encore exactement un référendum sur le gouvernement. Mais ça donne la température de l’eau. Et le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.

D’abord, la CAQ s’était engagée à ce que la prochaine élection générale se tienne dans un mode proportionnel mixte. Mais avant même que Sonia LeBel dépose le projet de loi sur la réforme, le gouvernement avait envoyé le signal qu’il y aurait plutôt un référendum en 2022, en même temps que le scrutin, pour que les Québécois se prononcent sur ce changement fondamental.

La prochaine élection se tiendra donc selon le mode actuel, contrairement à ce que la CAQ avait promis.

Les changements de ton de François Legault à l’égard des trop-perçus d’Hydro-Québec ont été fréquents.

Il a d’abord dit que le 1,5 milliard $ qu’il retournait dans les poches des contribuables proviendrait des baisses du fardeau fiscal que la CAQ a commencé à livrer.

Puis, lors de la présentation du projet de loi sur les tarifs d’Hydro (qui sera adopté aujourd’hui sous bâillon), le gouvernement a prétendu qu’il permettrait de retourner 1,5 milliard $, grâce aux 500 millions $ qui seront crédités en janvier et aux effets cumulatifs du gel en 2020.

Comme ça ne collait pas, il a rechangé son discours et est revenu à la première version !

Personne ne déchire sa chemise

La loi a été décriée par tous les experts, mais François Legault n’a pas tort de dire que personne ne déchire sa chemise dans la rue à ce sujet.

Il a invité les libéraux à faire un vox pop avec lui dans un centre commercial, et le PLQ n’a pas accepté ce défi.

Bien sûr, le cafouillage total du gouvernement concernant la réforme du Programme de l’expérience québécoise, qui impactait bon nombre d’étudiants étrangers, est devenu un symbole de la précipitation caquiste.

Le ministre Simon Jolin-Barrette et François Legault ont dû reculer dans le désordre après avoir provoqué un triste spectacle au Salon bleu.

En refusant de rencontrer les jeunes victimes de cette réforme qui, en pleurs, imploraient en vain le respect des conditions en vigueur, le tandem a paru froid et insensible.

Puis, on se demande encore pourquoi le gouvernement Legault a refusé la tenue d’une commission parlementaire de deux jours sur les services aux autistes qui deviennent adultes, formulée par la députée Jennifer Maccarone.

Rester de glace devant l’élue mère de deux adolescents autistes, qui ne pouvait retenir ses larmes, en accusant les libéraux pour la lenteur des travaux parlementaires, envoyait un drôle de signal.

Approbation populaire

Mais, quoi qu’il en soit, les Québécois apprécient encore le gouvernement caquiste. Le sondage Léger paru le 26 novembre révèle un taux de satisfaction de 60 % à son égard.

Encore plus spectaculaire, c’est le taux d’approbation de 70 % chez les francophones. C’est presque stratosphérique.

L’élection dans Jean-Talon était un test. La CAQ l’a passé haut la main. Le party de fin de session des caquistes mercredi soir a dû être bien arrosé.

Legault jubile

Le langage corporel du transparent chef caquiste ne ment pas. Lors du bilan de session qui avait suivi la défaite de sa candidate Jocelyne Cazin dans Chauveau en juin 2015, François Legault, le visage long, les épaules voûtées, paraissait prêt à jeter la serviette.

Hier, le premier ministre souriait à pleines dents, comme s’il ne ressentait aucune égratignure malgré les écueils de la session.

Il a même lancé : « attachez vos ceintures », en prévenant qu’il n’avait pas l’intention de ralentir la cadence.

Jean-Talon a eu l’effet d’un Red Bull. Peut-être même deux...

En vrac

Sexy, les aînés ?

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

La ministre Marguerite Blais a surpris tout le monde en répliquant à l’opposition libérale : « Comment se fait-il qu’on n’a pas été capable de voir le vieillissement de la société ? Peut-être que c’est parce que les aînés n’étaient pas sexy, mais, pour moi, ils sont très sexy. »

La championne en titre !

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

« J’ai gagné le nombre d’heures en commission parlementaire, 152 heures pour ma première année en politique. »

— Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales

Les bulletins

Benoit Charrette, CAQ

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

 

Soit le ministre de l’Environnement voulait mettre sous le tapis le rapport du conseil de gestion du Fonds vert, soit il a fait preuve de négligence. Le président de l’Assemblée nationale a conclu à un outrage au Parlement, après que QS s’est plaint du dépôt du document avec des mois de retard.

Gregory Kelley, PLQ

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

 

Le sympathique député de Jacques-Cartier a déposé un projet de loi pour rendre gratuits les cours de français au Québec. Principalement pour les anglophones, mais aussi pour permettre à des francophones insuffisamment outillés pour aspirer à un meilleur emploi. Le gouvernement caquiste a, avec raison, bien accueilli cette proposition.

Dominique Anglade, PLQ

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

 

Grand moment d’émotion lorsqu’elle a rendu hommage à ses parents, décédés dans le séisme d’Haïti. Le cœur serré, elle a raconté comment elle avait appris leur décès, puis a lu cette superbe phrase écrite par son père : « allons bâtir des quotidiens qui ressemblent à nos rêves ».

Joëlle Boutin, CAQ

Le résultat sans équivoque dans une forteresse libérale démontre que François Legault baigne encore dans une eau doucereuse et réconfortante.
Photo Agence QMI, Simon Clark

 

 

La 76e députée de la CAQ a mené une campagne sous le signe de l’humilité dans Jean-Talon, et contrairement à QS, n’a jamais donné les libéraux pour battus. Avec 43 % d’appuis, elle récolte une victoire éclatante dans le château fort du PLQ, qui permet à sa formation de terminer une session difficile sur une bonne note.