/opinion/columnists
Navigation

Les pédophiles

Coup d'oeil sur cet article

Dans ma chronique d’hier, j’ai écrit : « Comment nier que nous sommes dans une période [...] décadente ? » Je faisais référence à toutes les revendications de groupes ultra-marginaux qui sévissent en ce moment.

Parmi eux se trouvent des pédophiles qui récidivent après avoir été emprisonnés et qu’on libère trop souvent avant le terme de leur peine.

Il existe un lobby pédophile aux ramifications internationales que connaissent bien les services de police de nos pays. Un lobby composé de membres de toutes classes sociales, qui sont actifs sur la Toile et se protègent entre eux. La semaine dernière, l’on apprenait qu’un ex-policier et entraîneur sportif au Québec avait récidivé. Or les sites pédophiles, nombreux, offrent aux violeurs d’enfants une pornographie à faire vomir.

La Charte

Nous vivons au Canada une situation particulière en vertu de la Charte des droits et libertés. En effet, chaque citoyen peut se réclamer de cette charte, qui favorise les groupes les plus marginaux à revendiquer leurs différences. Certains pédophiles rêvent du jour où ils pourront faire la preuve que leurs attirances vers des enfants et des mineurs sont une caractéristique humaine aussi légitime que celle des homosexuels ou hétérosexuels non pédophiles.

J’ai été confrontée à des pédophiles au cours de ma carrière. J’ai dénoncé à Paris dans l’émission littéraire de Bernard Pivot un écrivain nommé Gabriel Matzneff, qui avait publié le journal qu’il tenait, où il se vantait de ne coucher qu’avec de jeunes adolescentes de 13 ou 14 ans. L’homme persiste dans ses attirances et appartient toujours au milieu littéraire et médiatique.

Je connais donc la force du lobby pédophile en Europe et chez nous, car je me suis insurgée contre ces agresseurs d’enfants. J’ai d’ailleurs décrit dans mes Mémoires des attaques que j’ai subies alors et la méfiance de pédophiles tapis dans l’ombre qui persistent et signent.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

 

Argument classique

Cette semaine, j’ai reçu un courriel sur le site de Québecor envoyé par un bourgeois québécois lettré qui s’exprime dans un français élégant et riche. Après m’avoir félicitée de mes chroniques, il m’a expliqué le blocage qu’il avait jadis éprouvé à mon endroit : s’ensuit alors l’argument classique du lobby pédophile. 

À savoir que les jeunes mineurs enrichissent leur personnalité en étant initiés par un pédophile. Il écrit : « Si nous nous connaissions, j’aurais l’occasion [...] de vous décrire des cas où les jeunes qui allaient--- vers un mur ont été remis sur les rails grâce à l’amour [...] d’hommes en mesure de jouer un rôle salvateur pour eux. J’ai connu des parents magnifiques qui vouent un sentiment de gratitude infinie à celui par qui leur enfant s’est repris. »

La perte de repères qui caractérise notre société et les revendications de tout un chacun en vertu de la Charte des droits expliquent en partie cette tolérance sociale qui laisse entendre qu’une idée en vaut bien une autre. À cet égard, la pollution n’est pas que dans l’air. Elle atteint les esprits et mène à des dérives d’une ampleur insoupçonnable. Il faut en conclure que rien, hélas, ne nous sera épargné désormais.