/entertainment/music
Navigation

L’euphorie à Québec pour Loud

L’euphorie à Québec pour Loud
Photo Didier Débusschère

Coup d'oeil sur cet article

Non, il n’y a pas juste le métal qui fait sortir les gens de Québec. Soutenue par une horde de jeunes fans enflammés, la vedette de l’heure Loud a fait entrer le rap québécois au Centre Vidéotron par la grande porte, samedi soir.  

Cinq mois après le rendez-vous raté du Festival d’été quand son concert a été interrompu par un orage, le rappeur chouchou et ses admirateurs de la capitale, debout et bruyants durant tout le show, ont enfin eu l’occasion de faire la fête ensemble.  

L’euphorie à Québec pour Loud
Photo Didier Débusschère

Et quelle fête! Il était attendu, le Loud. Cinq minutes avant le début de son tour de chant, des spectateurs attentifs se sont même mis à hurler quand ils ont aperçu leur favori qui se faufilait vers la scène, côté jardin.  

C’était un léger avant-goût de l’euphorique accueil qu’a reçu Loud lorsque, assis dans la cabine de pilotage d’un véritable nez d’avion, il a fait son apparition sur le palier supérieur de la scène et a enfilé Sans faire d’histoire et 56K.  

La température a ensuite monté d’un, ou deux ou trois, cran dès les premières notes de Nouveaux riches. « Wow, wow, wow! », ne cessait de répéter son fidèle DJ Ajust après ce moment de communion pendant que Loud souriait à belles dents, les bras en croix, absorbant au maximum l’amour du public.  

Soirée historique  

Après avoir fait le coup au Centre Bell de Montréal, au printemps, Loud est devenu samedi le premier rappeur québécois à se produire en tête d’affiche au Centre Vidéotron.  

En configuration réduite, l’endroit était bien rempli pour voir ce spectacle dont la mise en scène, avec ses larges écrans géants, sa passerelle s’avançant au parterre, sa plateforme élévatrice et ses jets de flammes, n’avait rien à envier à bien des tournées internationales.  

« On m’a dit qu’on a eu la plus grosse billetterie pour un spectacle de musique ici », a même tenu à préciser la star, pas peu fier.  

L’exploit n’est pas mince si on tient compte que Québec a mis du temps à plonger dans la vague hip-hop qui a balayé la planète au cours de la dernière décennie. C’est désormais chose faite.  

L’euphorie à Québec pour Loud
Photo Didier Débusschère

 Les amis y étaient  

Comme à Montréal, Loud a partagé son triomphe avec ses amis. Charlotte Cardin est passée en coup de vent pour répondre avec son élégance coutumière au rappeur sur Sometimes, All The Time. Puis, le vieux complice Lary Kidd, et ensuite 20Some, ont bondi sur scène dans un segment particulièrement agité.  

Même Cœur de pirate avait fait le déplacement pour chanter le duo Dans la nuit. Tout à coup, on avait devant nous les plus récents interprètes de l’années du Gala de l’ADISQ. Qui l’aurait cru, il y a un an à peine?  

L’euphorie à Québec pour Loud
Photo Didier Débusschère

Mais une nouvelle génération s’identifie désormais à de nouveaux héros et si le niveau de décibels atteint durant l’irrésistible Toutes les femmes savent danser est un bon indicateur, elle compte aussi sur ses propres classiques en devenir.  

Quant à Loud, dont c’était le dernier concert de 2019, il ne lui reste plus qu’à se payer les plaines d’Abraham en solo pour compléter son tour du chapeau des grandes scènes québécoises.  

Ce sera pour une autre année record.