/finance/business
Navigation

Motovan en difficulté financière après son échec américain

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Motovan se retrouve aujourd’hui sous le respirateur artificiel en raison de son aventure au pays de l’Oncle Sam. L’entreprise et sa filiale américaine se sont récemment placées à l’abri de leurs créanciers.

Depuis février, la compagnie de Boucherville spécialisée dans la fabrication de pièces et d’accessoires pour motos, motoneiges et véhicules tout-terrain tente de retrouver sa santé financière. Près de 140 employés ont été licenciés jusqu’à présent, et des installations ont fermé aux États-Unis.

Pertes importantes

Il faut dire que depuis deux ans, le Groupe Motovan enregistre des pertes financières. Et selon les prévisions, l’année 2019 ne fera pas exception. Sans changement, elles pourraient atteindre jusqu’à 6 millions $.

Au cours des derniers jours, la direction a été contrainte de mandater le syndic KPMG pour piloter un plan d’arrangement en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. BMO Groupe financier veut notamment récupérer ses investissements.

Motovan, qui appartient à Gestion Famille Paladino, et sa filiale américaine Motorcycle Tires & Accessories cumulent des dettes de 63,6 millions $, dont 2,8 millions $ envers Investissement Québec et 6,08 millions $ envers BDC Capital.

Selon le contrôleur responsable du dossier, les difficultés financières de l’entreprise sont apparues à la suite de l’acquisition en 2015 de Motorcycle Tires & Accessories. Depuis, cette filiale a multiplié les pertes financières. En 2019, les ventes devraient atteindre 50 millions $, soit une baisse de 29 %.

Nombreuses raisons

Ces mauvais rendements s’expliqueraient, entre autres, par la hausse des tarifs commerciaux entre la Chine et les États-Unis, un différend avec l’un des principaux fournisseurs de pneus, et le manque de synergie entre les divisions canadienne et américaine, selon le syndic.

Aujourd’hui, selon nos informations, le Groupe Motovan évaluerait la possibilité de fermer l’ensemble de ses installations aux États-Unis. 

Dans le cadre de son plan de restructuration, l’entreprise, qui détient un centre de distribution à Boucherville où 60 personnes travaillent, prévoit de fermer ses installations à Edmonton, en Alberta, et en Ontario. 

Aux États-Unis, les compressions ont touché les centres de distribution à New York et en Caroline du Sud. Les établissements en Ohio, en Louisiane et en Californie sont toujours ouverts, pour l’instant. Ils comptent 65 employés.

En octobre dernier, le journal Les Affaires avait classé l’entreprise de Boucherville au 268e rang des 300 plus importantes PME du Québec. Hier, la direction de Motovan a préféré ne pas émettre de commentaires.