/sports/hockey
Navigation

Nathan MacKinnon prêt à accepter moins d’argent?

Nathan MacKinnon
PHOTO D'ARCHIVES Nathan MacKinnon

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant de l’Avalanche du Colorado Nathan MacKinnon n’a pas un contrat aussi lucratif que certains de ses vis-à-vis de la Ligue nationale, mais il s’estime heureux et serait même prêt à parapher une entente moins avantageuse financièrement afin d’aider son organisation à former une équipe championne. 

MacKinnon, 24 ans, en est à la quatrième saison d’un contrat de sept ans et de 44,1 M$ signé le 8 juillet 2016. Son salaire annuel de 6,3 M$ est inférieur à ce que touchent plusieurs vedettes du circuit Bettman. Néanmoins, celui ayant amassé 44 points en 28 parties cette année (avant les matchs de samedi) est loin de se plaindre. Après tout, son club connaît du succès en 2019-2020, en vertu du deuxième rang de la section Centrale. 

«Nous avons des gars qu’autrement, nous ne pourrions pas embaucher. Pour mon prochain contrat, j’accepterai moins d’argent parce que je veux gagner avec ce groupe», a-t-il affirmé au magazine Forbes, mercredi. 

«À l’époque [en 2016], j’étais excité d’être aussi bien payé à cet âge. Évidemment, tout est axé sur l’équipe ici, mais à ce moment-là, c’était ma valeur. Je n’ai pas de regrets», a-t-il poursuivi. 

MacKinnon a appuyé ses dires au terme de la victoire de 3 à 2 des siens face au Canadien de Montréal, jeudi. 

«Je n’ai sûrement pas accepté une entente à rabais quand j’ai signé. Je pense que c’était totalement juste selon là où je me situais. Certes, je suis reconnaissant de pouvoir obtenir autant d’argent», a-t-il déclaré au site NHL.com. 

Des chiffres en sa faveur 

Pourtant, MacKinnon a toutes les raisons d’exiger davantage. Le récipiendaire du trophée Calder en 2013-2014 a amassé 97 points en 2017-2018 et 99 lors de la campagne suivante. Rien ne laisse croire à une baisse de régime, lui qui se trouve bien loin d’Auston Matthews (Maple Leafs de Toronto, 11,634 M$ en moyenne par année) au plan salarial. 

Toutefois, il a des motifs légitimes de s’inquiéter quant au retour de certains éléments-clés de l’Avalanche. Le club s’est entendu avec Mikko Rantanen cet automne, mais devra régler les dossiers de Gabriel Landeskog et de Cale Makar après la prochaine saison. Le premier d’entre eux sera admissible à l’autonomie complète, alors que le second pourrait être joueur autonome avec compensation. 

Pour sa part, MacKinnon sera libre comme l’air au terme de 2022-2023 sans un nouveau pacte signé d’ici là.