/travel/destinations/europe
Navigation

Rome: un labyrinthe d’art et d’architecture

Rome: un labyrinthe d’art et d’architecture
Photo Mathieu Dupuis

Coup d'oeil sur cet article

ROME, Italie | La capitale italienne n’a plus besoin de présentation. Surnommée Ville éternelle ou Ville aux sept collines, Rome stimule l’imaginaire avec son histoire et ses légendes. Déambuler dans les rues en suivant les flots de touristes peut être parfois un peu étourdissant. Néanmoins, le caractère millénaire de la cité n’en demeure pas moins spectaculaire.

Parmi les sites gratuits à visiter, le Panthéon de Rome demeure un attrait qui vaut le détour. Construit entre 118 et 125 avant Jésus-Christ, il fut converti en une église catholique romaine en 609.
Photo Mathieu Dupuis
Parmi les sites gratuits à visiter, le Panthéon de Rome demeure un attrait qui vaut le détour. Construit entre 118 et 125 avant Jésus-Christ, il fut converti en une église catholique romaine en 609.

Lors d’une escale en sol italien, je profite de l’occasion pour découvrir cette ville à pied. On m’avait bien averti de laisser ma voiture aux abords de la ville. La zone métropolitaine de Rome compte pas moins de quatre millions d’habitants. Je suis donc bien heureux d’être en mode sac à dos pour ce court séjour et de prendre le train. Le point d’arrivée par le Roma Termini est un quartier abondamment barbouillé de graffitis et la propreté est fort discutable. Cependant, dès que je m’éloigne de la gare, l’environnement devient plus agréable.

Le Coloseo, en italien, désigne le célèbre amphithéâtre Flavien, le plus grand jamais construit par les Romains. Le caractère funèbre des 
combats de gladiateurs en fait, 
selon la légende, le lieu le plus hanté de l’Italie.
Photo Mathieu Dupuis
Le Coloseo, en italien, désigne le célèbre amphithéâtre Flavien, le plus grand jamais construit par les Romains. Le caractère funèbre des combats de gladiateurs en fait, selon la légende, le lieu le plus hanté de l’Italie.

Arrivé au cœur de Rome, je déambule dans les petites rues, les yeux sur la carte de l’application de mon téléphone cellulaire. Je me faufile dans ce labyrinthe selon un itinéraire improvisé qui semble dénué de toute logique. Au passage du parc de l’Oppius, je lève les yeux par hasard et je m’arrête brusquement ! Je suis devant le Colisée de Rome. Structure en pierre et en béton millénaire, il en impose. Difficile de rester indifférent face à ce monument somme toute assez sombre. Faire l’exercice de se projeter dans le passé, c’est plonger dans l’univers des centaines de milliers de gladiateurs qui ont foulé cette immense arène. Pouvait-on en ressortir vivant ? On estime à plus de 500 000 les pertes de vies humaines et à plus d’un million les animaux sacrifiés dans l’enceinte de ces murs, lors de célébrations au caractère barbare.

Certainement la plus célèbre des 
fontaines de Rome, la fontaine de 
Trévi, dessinée par Niccolo Salvi, 
attire les foules à toute heure du
jour et de la nuit. Avec un peu de 
patience, on arrive à se frayer un chemin afin d’admirer ce chef-d’œuvre baroque achevé en 1762.
Photo Mathieu Dupuis
Certainement la plus célèbre des fontaines de Rome, la fontaine de Trévi, dessinée par Niccolo Salvi, attire les foules à toute heure du jour et de la nuit. Avec un peu de patience, on arrive à se frayer un chemin afin d’admirer ce chef-d’œuvre baroque achevé en 1762.

Se balader dans les rues de Rome, c’est parcourir l’histoire un pas à la fois et se sentir dans un musée à ciel ouvert. Les monuments se succèdent et la dimension de certains d’entre eux dépasse l’échelle humaine. Il est d’autant plus intéressant de penser que ces constructions complexes furent réalisées à une époque où l’ingénierie, telle qu’on la connaît, et les aides mécaniques étaient plutôt limitées. Constater la façon dont la ville s’est développée dans une gestion d’urbanisme complexe est fascinant. Un passage à la fontaine de Trévi, ou encore au Panthéon prouve à quel point certains monuments sont littéralement encastrés dans le développement urbain de l’ère moderne. Ces lieux touristiques se révèlent au moment où l’on s’y attend le moins, au tournant de petites rues piétonnières bondées, parsemées de boutiques et de terrasses.

Le Vatican, un petit État souverain, trône dans le paysage de Rome. La basilique Saint-Pierre, une église de renommée internationale, est aussi un musée parmi les plus riches du monde.
Photo Mathieu Dupuis
Le Vatican, un petit État souverain, trône dans le paysage de Rome. La basilique Saint-Pierre, une église de renommée internationale, est aussi un musée parmi les plus riches du monde.

À la tombée du jour, au moment où Rome s’embrase d’une teinte chaude, je monte les 124 marches de la basilique Sainte-Marie d’Aracœli. Puis je me rends sur le promontoire de la Via Monte Tarpeo, l’un des plus beaux points de vue donnant sur le Forum Romain. Juste à temps pour l’heure bleue ! Je contemple les ruines de ce site phénoménal. Dans cette vision quasi dépourvue d’éléments modernes ou de personnes, j’arrive presque à me sentir au cœur de l’histoire.

Histoire de se sucrer le bec à l’italienne, déguster un authentique gelato de fabrication artisanale est un vrai délice.
Photo Mathieu Dupuis
Histoire de se sucrer le bec à l’italienne, déguster un authentique gelato de fabrication artisanale est un vrai délice.
Riche en histoire, le Forum Romain était un lieu de discussion où des débats étaient organisés, où de grands enjeux étaient résolus et où des gladiateurs combattaient. Ce lieu culte accueille plus de 4,5 millions de visiteurs annuellement.
Photo Mathieu Dupuis
Riche en histoire, le Forum Romain était un lieu de discussion où des débats étaient organisés, où de grands enjeux étaient résolus et où des gladiateurs combattaient. Ce lieu culte accueille plus de 4,5 millions de visiteurs annuellement.
Le Panthéon de Rome est fameux, 
notamment pour sa coupole percée
d’un cercle laissant pénétrer la lumière.
Photo Mathieu Dupuis
Le Panthéon de Rome est fameux, notamment pour sa coupole percée d’un cercle laissant pénétrer la lumière.
Non loin du Capitole, sur la place 
de Venise, le monument à Victor-Emmanuel II, en marbre blanc, domine la ville. Il abrite le musée de Risorgimento.
Photo Mathieu Dupuis
Non loin du Capitole, sur la place de Venise, le monument à Victor-Emmanuel II, en marbre blanc, domine la ville. Il abrite le musée de Risorgimento.