/maisonextra
Navigation

Une piscine dans la maison!

Pour installer une piscine intérieure, vous devez avoir l’espace nécessaire, ainsi qu’un bon budget.
Photo Pixabay Pour installer une piscine intérieure, vous devez avoir l’espace nécessaire, ainsi qu’un bon budget.

Coup d'oeil sur cet article

Imaginez: pouvoir se baigner 365 jours par année! C’est possible en installant une piscine intérieure dans votre maison. Gâtez-vous... si vous en avez les moyens! 

Installer une piscine intérieure relève de la construction résidentielle et non d’un simple aménagement paysager, puisqu’on ajoute carrément une pièce à la maison. De l’excavation au toit, en passant par les murs et la finition : tout est à construire! Et le tout doit être bien rattaché à la résidence... On parle ici d’un ajout: pour une maison neuve, les travaux se feraient en même temps que la construction comme telle. Mais peu importe votre projet, vous devez toujours respecter la règlementation en vigueur: «Dans un premier temps, il faut demander un permis à la Ville et avoir en main les plans de l’architecte», signale Suzie Langevin, présidente de l’entreprise Agua-Pro.  

La dimension de l’agrandissement varie selon la grandeur de la piscine. La forme est généralement rectangulaire afin de maximiser l’espace et elle pourrait par exemple mesurer 20 pieds sur 10 pieds. Les gens choisissent souvent une piscine peu profonde d’environ quatre pieds à l’endroit des marches, allant jusqu’à six pieds à son extrémité. Petits et grands pourront ainsi en profiter pleinement! 

Pour installer une piscine intérieure, vous devez avoir l’espace nécessaire, ainsi qu’un bon budget.
Photo Pixabay

Une équipe d’entrepreneurs 

Pour bien exécuter les travaux, vous devrez faire appel à deux entrepreneurs: l’un se chargera de l’agrandissement, tandis que l’autre s’occupera de l’installation de la piscine. «Au niveau de la logistique et de la gestion, les deux vont devoir travailler en équipe», prévient Mme Langevin. Les étapes de ces diverses conceptions s’entrecroisent et l’entrepreneur en construction est le premier à intervenir. Parmi ses tâches, il va excaver et couler le solage, autrement dit la fondation de la maison, en se fiant à la dimension de l’agrandissement. Ensuite, il va laisser la place à l’entrepreneur spécialisé dans la construction de la piscine... 

Ce dernier intervient pour mettre la piscine dans une «boîte»: idéalement, il s’agit d’une structure autoportante en béton ou un coffrage de résine rempli de béton. Le plombier et l’électricien seront aussi sollicités. «Après, on va renchausser la piscine. Entre le solage et la maison, on va remplir cet espace de sable et on va tout compacter», ajoute Mme Langevin. Pour que le drainage se fasse adéquatement, un drain agricole sera raccordé à celui déjà existant de la résidence.  

En continuité avec la nature 

L’entrepreneur en construction revient pour monter les murs conçus pour résister à l’humidité. Il va aussi couler un trottoir de béton autour de la piscine sur le sable compacté. Cette pièce est souvent très vitrée et, du côté de la maison, elle donne en principe accès au salon. La porte doit cependant demeurer fermée pour empêcher que l’humidité pénètre dans l’ensemble de la demeure. Du côté extérieur, la fenestration permet d’avoir une superbe vue sur la nature environnante, si votre terrain vous le permet idéalement. 

Pendant que l’entrepreneur de l’agrandissement travaille à l’extérieur pour le revêtement et la toiture, l’équipe de la piscine pose la céramique sur le béton qui entoure la piscine. On peut également en mettre dans le bas des murs pour ajouter une protection supplémentaire contre les éclaboussures d’eau. En ce moment, le vinyle qui recouvre l’intérieur de la piscine est très populaire en gris et le remplissage se fait simplement avec un boyau d’arrosage... 

Chaleur et humidité 

Pour gérer le taux d’humidité et la chaleur ambiante, un système de déshumidificateur, qui agit aussi comme chauffe-eau, doit être installé dans cette pièce. Un thermostat placé au mur servira à contrôler le climat désiré. De plus, un ou deux ventilateurs au plafond permettront de faire circuler l’air adéquatement. Le taux d’humidité et la chaleur ne sont pas les mêmes en été qu’en hiver. L’été, on ouvre souvent toutes les fenêtres et l’humidité sort à l’extérieur. «L’hiver, on ferme tout, donc il faut réajuster les paramètres du système en fonction de la température», explique Mme Langevin.  

À la fin des travaux, un inspecteur de la Ville viendra voir s’ils sont conformes aux normes de la construction et à celles qui régissent les masses d’eau. Ce genre de projet est évidemment très dispendieux. Les coûts varient, mais vous pourriez débourser facilement dans les 100 000$. «Il s’agit d’un bien de consommation de luxe», dit-elle. Ce n’est pas un bien essentiel, mais assurément amusant et divertissant à longueur d’année!