/world/usa
Navigation

Propos de Trump sur les économies d’eau: «Il est isolé», assure Paris

Propos de Trump sur les économies d’eau: «Il est isolé», assure Paris
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump est «totalement isolé» dans ses prises de position contre les réglementations environnementales et la lutte contre le dérèglement climatique, a estimé dimanche la ministre française de la Transition écologique, après les propos du président des États-Unis sur les mécanismes visant à économiser l’eau.  

«La bonne nouvelle, c’est qu’il est totalement isolé. J’étais vendredi à une réunion des ministres de l’Énergie à l’Agence internationale de l'énergie: seuls les États-Unis portent ces positions un peu surprenantes», a affirmé Élisabeth Borne, invitée du grand jury sur LCI et RTL.  

«Quand les États-Unis ont quitté l’Accord de Paris, certains, et notamment Donald Trump, prévoyaient la fin de l’Accord de Paris. On pourra constater à Madrid que tous les pays sont à bord et que ce sont les États-Unis qui sont à contresens de l’histoire», a déclaré la ministre, qui se rendra lundi et mardi au sommet de l’ONU sur le climat (COP25) dans la capitale espagnole.  

Vendredi, le président américain s’en est notamment pris aux mécanismes visant à économiser l’eau dans les toilettes.  

«Nous regardons de très près les lavabos, les douches et d’autres éléments de la salle de bains», a lancé le président américain lors d’une réunion à la Maison-Blanche, centrée sur la déréglementation, en présence de petits entrepreneurs.  

«Les gens doivent tirer la chasse d’eau 10 fois, 15 fois, au lieu d’une seule fois! Ils finissent par utiliser plus d’eau», a-t-il ajouté, précisant que l’Agence de protection de l’environnement (EPA) se penchait actuellement sur le dossier à sa demande.  

Plus largement, Donald Trump s’est ouvertement interrogé sur l’utilité d’économiser l’eau dans de nombreuses parties du pays. «Il y a beaucoup d’États où ils ont tellement d’eau qui tombe, cela s’appelle la pluie... et ils ne savent plus quoi en faire.»  

Interrogée sur le fait de savoir s’il s’agissait de propos dignes d’un président américain, Élisabeth Borne a estimé qu’il était «mal informé». «Peut-être qu’il ne sait pas qu’on a des problèmes de ressources en eau et que c’est bien d’économiser l’eau.»