/news/politics
Navigation

Aucun impôt à payer sur les premiers 15 000$ gagnés en 2023

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le gouvernement Trudeau a dévoilé, lundi, comment il compte appliquer la baisse d’impôt fédérale qu’il a promis d’instaurer comme première mesure de son mandat minoritaire.  

Agence QMI  

La tranche de revenu pour laquelle les Canadiens n’ont aucun impôt fédéral à débourser sera graduellement augmentée pour se hisser à 15 000$ d’ici 2023, selon la proposition libérale présentée par une motion de voies et moyens.  

Selon la proposition, cet allègement fiscal ne s’appliquera pas aux Canadiens qui auront un revenu net de 214 368$ en 2020 et sera ensuite éliminé progressivement pour ceux qui se retrouvent en deçà de ce seuil, mais qui gagnent plus de 150 473$.  

«Nous avons promis une réduction d’impôt pour la classe moyenne et nous voulons nous assurer que cela ne va pas aider les plus riches dans notre société», a expliqué le ministre des Finances, Bill Morneau, accompagné de la nouvelle ministre de la Prospérité de la classe moyenne, Mona Fortier.  

Le montant non imposable, appelé montant personnel de base, existe déjà et doit atteindre 12 298$ en 2020. Les libéraux proposent que celui-ci se hisse plutôt à 13 229$ pour ensuite graduellement passer à 13 808$ (2021), 14 398$ (2022) et 15 000$ (2023).  

Les libéraux estiment que la baisse d’impôt profitera à près de 20 millions de Canadiens et, à terme, générera des économies d’environ 300$ par année pour les personnes seules et de 600$ pour la famille moyenne.  

En situation minoritaire, ils devront avoir l’appui de députés des bancs de l’opposition pour faire adopter cette baisse d’impôt.  

«Nous n’avons pas encore parlé avec les autres partis, mais je voudrais le faire pour assurer que nous écoutons», a dit le ministre Morneau.  

Le Nouveau Parti démocratique a déjà signalé qu’il aurait aimé que la baisse d’impôts soit limitée aux Canadiens qui gagnent 90 000$ et moins par année.  

«Avec le 1,6 G$ qu’on peut sauver, on pourrait mettre en place [une couverture d’assurance] des soins dentaires pour les 4,3 millions de Canadiens qui n’y ont pas accès», a fait valoir le néo-démocrate Peter Julian.