/news/transports
Navigation

Bonnardel veut relancer l’industrie ferroviaire québécoise

Bonnardel veut relancer l’industrie ferroviaire québécoise
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Québec compte sur le train pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la province et sort le chéquier pour améliorer le réseau d'infrastructures ferroviaires. 

En clôture du Sommet sur le transport ferroviaire tenu à Drummondville, lundi, le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé la mise en place du Programme de soutien aux infrastructures de transports ferroviaires et à l’intégration modale (PSITFIM). Celui-ci, accompagné d’une enveloppe de 8 M$ sur deux ans, doit, entre autres, permettre la mise à niveau des infrastructures ferroviaires québécoises.  

François Bonnardel n’a pas non plus fermé la porte à ajouter des sommes à ce programme dans le futur.  

Le transport par train a été «oublié» dans les 25 dernières au Québec, a fait valoir François Bonnardel.  

Environ 75% du réseau ferroviaire de la province relève du gouvernement fédéral et l’autre 25% est de compétence provinciale, a-t-il indiqué lors d'un point de presse en marge de l’annonce.  

«Il faut réduire le nombre de camions sur nos routes, il faut démontrer à la population que le transport de marchandises peut être sécuritaire», a-t-il déclaré.  

Une table de concertation regroupant différents acteurs du domaine sera également mise sur place afin de trouver des solutions pour augmenter le transport de marchandises et de passagers par train, tout cela dans l’objectif de diminuer les émissions de GES du Québec, a précisé François Bonnardel.  

Le ministre des Transports a aussi profité de sa présence à ce sommet pour confirmer la réhabilitation du chemin de fer Québec Central, situé dans la région de la Chaudière-Appalaches. Aussi, la conception du pont de Vallée-Jonction et l’étude d’opportunité du tronçon de l’ouest de Vallée-Jonction vers Thetford Mines seront entamées, a-t-il indiqué.  

L’Union des municipalités du Québec (UMQ), qui réclamait la mise en place d'une «stratégie ferroviaire» provinciale, s’est dite satisfaite des conclusions de ce Sommet.  

«Nous sommes heureux de constater qu’un consensus se forme autour des priorités des municipalités et nous offrons notre pleine collaboration au ministre François Bonnardel pour que les engagements annoncés aujourd’hui se traduisent par des résultats tangibles au bénéfice de nos communautés et de nos régions», a déclaré la présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, par voie de communiqué.  

L’UMQ ajoute toutefois qu’elle espère que les engagements pris par Québec à l’occasion de ce Sommet se traduisent par davantage d’investissements dans le prochain budget du gouvernement Legault, qui sera présenté en 2020.