/sports/football/rougeetor
Navigation

Deux autres recrues se joignent au Rouge et Or

Samuel Faucher et Marc-Antoine Samson ont choisi de poursuivre leur carrière à l’Université Laval

Samuel Faucher
Photo courtoisie, Melissa Belley Samuel Faucher (58), des Condors de Beauce-Appalaches, a réalisé un rêve de jeunesse en choisissant le Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or de l’Université Laval a ajouté deux joueurs à sa cuvée de recrutement. 

Le garde Samuel Faucher, des Condors de Beauce-Appalaches, et le demi défensif Marc-Antoine Samson, des Cougars du Collège Champlain, ont confirmé leur venue dans les dernières heures. 

«Je me sentais bien à Laval lors de ma visite et j’ai aimé l’approche vraiment humaine», a raconté Faucher, qui a été choisi au sein de l’équipe d’étoiles en Division 2. «Mon cœur m’a amené à Laval. Je me suis bien entendu avec Carl [Brennan]. Je vais être près de chez moi, et c’est un rêve de jeunesse de jouer à Laval.» 

«Je ne veux pas être un joueur parmi tant d’autres et je veux faire une différence», poursuit Faucher, qui a aussi visité Sherbrooke et McGill avant d’arrêter son choix. «Je n’ai pas peur de la compétition.» 

Un choix logique 

Ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François, Samson est de retour à Québec après trois saisons avec les Cougars. «Laval était un choix logique pour moi, a-t-il résumé. Depuis que je suis tout petit, je vais les voir jouer et c’était un rêve d’enfant de porter les couleurs du Rouge et Or. Parce que je vais étudier en ingénierie, qui est un programme exigeant, le fait de demeurer à la maison va m’aider. Parce que j’ai toujours évolué pour un programme gagnant, je voulais aussi continuer dans cette veine.» 

«Mon choix s’est fait entre le Rouge et Or et Western», enchaîne celui qui évoluera comme demi de coin dans les rangs universitaires après une saison comme maraudeur en 2019. «Sur le plan financier, Western n’était pas une option évidente.» 

À Laval, Samson retrouvera notamment Vincent Delisle, son colocataire des trois dernières années et coéquipier des huit dernières. 

Faucher et Samson ont vécu une dernière saison collégiale complètement à l’opposé. Le premier n’a pas goûté à l’ivresse de la victoire, et le second a soulevé le Bol d’Or. «Ce ne fut pas une saison facile sur le plan collectif, mais j’ai néanmoins réussi à progresser, a souligné Faucher. Nos insuccès ne m’ont pas empêché de continuer de me développer. Je ne me contente jamais du minimum. C’est décevant que l’équipe s’en aille en Division 3, mais ça va être une façon de repartir sur des bases solides.» 

«Surtout avec notre mauvais début de saison, ça fait du bien de terminer avec un Bol d’Or, renchérit Samson. Ça fait deux titres en trois ans, et j’avais aussi remporté le Bol d’Or en 5e secondaire en plus de perdre en finale l’année précédente. Pour ma première saison universitaire, ce n’est pas réaliste de penser que je pourrais être partant, mais c’est possible de viser d’être habillé quelques parties en défensive et de voir de l’action sur les unités spéciales.»