/investigations/polices
Navigation

Crime organisé: le clan des Rizzuto revient en force à Montréal

Un groupe de cinq personnes a récemment repris le contrôle du crime organisé montréalais

Coup d'oeil sur cet article

La mafia sicilienne est de retour en force après six ans d’instabilité qui ont mené à plus de 30 meurtres. Le tandem formé de Leonardo Rizzuto et de Stefano Sollecito multiplie les rencontres avec les Hells Angels et leurs anciens ennemis calabrais, a appris notre Bureau d’enquête.   

Un groupe de cinq personnes a récemment repris les affaires du crime organisé montréalais après le meurtre de l’aspirant dirigeant Andrea «Andrew» Scoppa survenu au mois d’octobre.     

   

  • ÉCOUTEZ les explications de Félix Séguin à Dutrizac sur QUB radio:    

  

Parmi les membres de ce groupe, Stefano Sollecito est considéré comme le nouveau leader de la mafia. À ses côtés, on retrouve Leonardo Rizzuto, dont on attend de voir s’il veut chausser les souliers de son défunt père Vito Rizzuto.      

Ils peuvent compter sur l’appui d’associés stratégiques comme Salvatore Cazzetta, Mario Brouillette et Martin Robert.     

Même le puissant Francesco Arcadi, un proche de l’ancien parrain Vito Rizzuto, aurait repris du service après avoir terminé sa peine imposée après l’opération Colisée. Le 19 octobre dernier, l’homme de 66 ans a été revu pour la première fois en public depuis 2006.      

Arcadi a assisté aux noces de sa nièce pour lesquelles plusieurs membres de la famille sont débarqués d’Italie. Quatre jours plus tôt, il avait terminé de purger sa peine de 15 ans au pénitencier de Drummondville.       

Son subalterne Francesco Del Balso aurait aussi été autorisé à reprendre les affaires après un long purgatoire durant lequel ses ennemis ont tenté de l’assassiner.      

  • André Durocher, inspecteur au SPVM, était à Dutrizac sur QUB radio: 

LE MEURTRE QUI A TOUT CHANGÉ  

Deux jours après le mariage, un autre événement a permis au clan sicilien de respirer un peu mieux. Le 21 octobre, le puissant chef de clan calabrais Andrea Scoppa a été assassiné, alors qu’il se rendait à son gymnase situé à Pointe-Claire.     

Lui qui aspirait à prendre le contrôle de la mafia montréalaise a été abattu d’une balle en plein visage.       

«Le meurtre de Scoppa a tout changé», jure un policier spécialiste de la lutte au crime organisé au Québec, à qui nous avons promis l’anonymat. 

 

Le meurtre d’Andrea Scoppa, en octobre, a changé la donne dans la mafia montréalaise, laissant le champ libre au retour en force des Siciliens liés au clan Rizzuto.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Le meurtre d’Andrea Scoppa, en octobre, a changé la donne dans la mafia montréalaise, laissant le champ libre au retour en force des Siciliens liés au clan Rizzuto.

 

  

La semaine précédant son assassinat, la Sûreté du Québec avait arrêté un véritable commando de la mafia qu’elle soupçonnait de travailler pour Scoppa. Le groupe de quatre personnes a été accusé d’avoir tué les frères Giuseppe et Vincenzo Falduto, mais, surtout, deux figures influentes du crime organisé italien, Lorenzo Giordano et Rocco Sollecito. Ce dernier est le père de Stefano Sollecito.       

«Andrea Scoppa, c’était l’instabilité, raconte une source policière. Frank Arcadi, c’était la stabilité.»      

«Qu’il soit de retour dans le décor, ça change la donne pour Stefano, car il était le grand ami de Vito Rizzuto et de Rocco Sollecito. Stefano a un grand respect pour lui», indique-t-elle.     

MAUVAIS POUR LES AFFAIRES  

Des sources policières en profitent pour nous rappeler que la récente vague de fusillades à Montréal n’est pas liée à des tensions entre clans mafieux, mais bien à une guerre entre membres de gangs de rue.      

Les policiers ont d’ailleurs eu un aperçu de l’influence de Sollecito à la fin du mois d’octobre dernier, lors de sa fête d’anniversaire dans un restaurant italien de la Couronne Nord.     

En plus de sa cour habituelle formée de Leonardo Rizzuto et de Vito Salvaggio, le leader de la mafia a aussi reçu la visite du caïd de LaSalle, Pietro D’Adamo, et de Giuseppe Focarazzo, le pivot entre les Italiens et les Hells Angels.      

 Les Hells Stéphane «Fess» Plouffe et Salvatore Brunetti ont aussi fait acte de présence. «La violence, c’est mauvais pour les affaires», aurait dit sur place Stefano Sollecito.      

ALLIANCE AVEC MIRARCHI  

 Le message semble avoir été bien compris. À tel point que Vittorio Mirarchi, ancien associé du caïd Raynald Desjardins soupçonné de posséder un vaste réseau d’importation de stupéfiants, aurait aussi accepté de faire partie de cette nouvelle alliance.      

Mirarchi est sorti de prison depuis deux ans maintenant et se fait très discret.       

«Mirarchi fera toujours sa petite affaire de son bord, mais personne ne peut se passer d’un gars comme ça», raconte un policier impliqué dans la lutte antimafia.     

Le groupe des cinq  

Leonardo Rizzuto  

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
  • 50 ans        
  • Clan sicilien               

Il est vu comme le successeur de son défunt père Vito Rizzuto, le parrain le plus puissant que le Canada ait connu. Il possède plusieurs contacts dans le milieu des affaires québécois et ontarien.         

Stefano Sollecito  

Photo MARTIN ALARE
  • 52 ans        
  • Clan sicilien               

Vu comme le véritable gestionnaire des activités de la mafia à Montréal. Ses liens avec les Hells Angels et les importateurs de drogue indépendants se seraient raffermis. Il est perçu comme la «voix» de Leonardo Rizzuto pour régler des conflits et créer des opportunités d’affaires.         

Salvatore Cazetta  

PHOTO CHANTAL POIRIER
  • 64 ans        
  • Hells Angels, chapitre de Montréal               

C’est le membre des Hells Angels qui a le plus de liens avec le crime organisé italien. Il serait très respecté par Leonardo Rizzuto. Son absence de la scène criminelle pourrait laisser un vide important.         

Mario Brouillette  

Photo Courtoisie
  • 58 ans        
  • Ex-Hells Angels, chapitre de Trois-Rivières               

Mario Brouillette compte parmi ses amis plusieurs importateurs de cocaïne. La police croit qu’il est le responsable des purges internes chez les motards. Ses décisions pourraient contribuer à redéfinir le pouvoir chez les Hells Angels.        

Martin Robert  

Photo Agence QMI, Joêl Lemay
  • 45 ans        
  • Hells Angels, chapitre de Montréal               

C’est le Hells Angels le plus important de la province. Il serait le seul Hells au Québec à posséder le statut «World». Cet avantage l’amène à voyager partout dans le monde et à y établir des contacts.      

Dans l’antichambre  

Francesco Arcadi  

Photo d'archives
  • 66 ans        
  • Proche de l’ancien parrain               

Vitorio Mirarchi  

Photo d'archives
  • 42 ans        
  • Clan calabrais               

  

L’ex-numéro un des Hells est affaibli  

Le meurtre de Sébastien Beauchamps, l’hiver dernier à Montréal, aurait beaucoup choqué Salvatore Cazetta, qui en était proche.
Photo d’archives
Le meurtre de Sébastien Beauchamps, l’hiver dernier à Montréal, aurait beaucoup choqué Salvatore Cazetta, qui en était proche.

L’ex-numéro un des Hells Angels, Salvatore Cazetta, aurait perdu beaucoup d’influence au sein du groupe de motards, selon les informations recueillies par notre Bureau d’enquête.       

Il semble que le membre du chapitre de Montréal ait été surpris et choqué par les assassinats récents d’individus liés à son propre clan, comme Vincent Lamer, Sébastien Beauchamps et Gaétan Sévigny.      

De plus, le criminel de 65 ans et membre des Hells depuis une quinzaine d’années serait gravement affaibli par la maladie.       

Il demeure néanmoins l’un des proches collaborateurs de Leonardo Rizzuto, le fils du défunt parrain.      

D’autres problèmes  

Un ex-membre des Hells Angels, décrit comme l’un des membres les plus influents du crime organisé montréalais, Mario Brouillette, aurait lui aussi des problèmes.       

Les policiers spécialisés en la matière le décrivent comme un criminel qui a stratégiquement renoncé à porter les couleurs du club de motard afin de ne pas attirer l’attention.      

Toutefois, cette stratégie semble déplaire à plusieurs de ses «frères». Selon nos informations, celui qui, à 23 ans, est devenu le plus jeune membre des Hells Angels en 1995 craindrait les représailles.     

Il aurait modifié sa routine et plusieurs sources rapportent qu’il serait armé.