/entertainment/music
Navigation

Chansons francophones: 7 succès qui ont failli ne jamais voir le jour

Coup d'oeil sur cet article

L’enregistrement et la sortie d’une chanson ne tiennent parfois pas à grand-chose. Pour certaines pièces, il a fallu un peu de chance alors que pour d’autres, un coup de pouce de l’entourage s’est avéré nécessaire. Malgré cela, voici sept succès francophones qui étaient destinés à éclore.  

«Hélène» – Roch Voisine   

  

Photo Agence QMI, Dario Ayala

La ballade «Hélène», qui a propulsé la carrière de Roch Voisine dans les hautes sphères du vedettariat et conquis le cœur de millions d’admiratrices, a été «créée par accident». Le chanteur dit l’avoir écrite en 1982 avant de l’enregistrer quelques années plus tard, choisissant de lui donner vie en studio plutôt que de se forcer à interpréter la pièce pour laquelle il avait été convoqué. Comme le courant ne passait pas avec la chanson prévue à l’horaire, son producteur l’a encouragé à se faire confiance et à poser sa voix sur ce texte écrit pour un copain de hockey qui s’ennuyait de sa flamme. Le reste appartient à l’histoire.   

«Fantastique» –   

Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

  

Les Denis Drolet Vincent Léonard et Sébastien Dubé doivent une fière chandelle à leur gérant, Jacques K. Primeau. Bien plus que des maîtres de l’absurde, les deux humoristes sont des chansonniers hors pair, comme en fait foi leur incontournable «Fantastique» qui a marqué les esprits. Composée pour leur contrat sur les ondes de CKOI, elle n’a pas eu l’effet escompté à sa diffusion originale si bien qu’elle a été écartée lorsque le temps est venu de concocter un premier album. Les deux grands amis ont par contre dû se résoudre à l’idée qu’elle était accrocheuse, car leur gérant a tenu à ce qu’ils en fassent leur tout premier extrait!   

«On jase de toi» – Noir Silence   

Agence QMI

Pour les Beaucerons de Noir Silence, tout a commencé en force avec «On jase de toi», une des chansons les plus accrocheuses et populaires du Québec durant les années 1990. La pièce qui fêtera ses 25 ans l’an prochain a été un tremplin exceptionnel pour Jean-François Dubé et sa bande. Le clip a d’ailleurs joui d’une rotation très importante sur les ondes de MusiquePlus. Mais les choses auraient pu prendre une tout autre direction pour les cinq musiciens, car cette pièce entraînante, mais «trop country» selon eux, ne devait pas figurer sur leur premier album. Malgré tout, c’est elle que le groupe a choisie pour remplacer un autre titre.   

«Les uns contre les autres» – Fabienne Thibeault  

 

© S. Leforestier

Certains des grands hymnes de la chanson francophone se retrouvent dans le célèbre opéra rock «Starmania» signé Michel Berger. On n’a qu’à penser au «Blues du businessman» ou encore à la «Complainte de la serveuse automate» pour se rappeler cette production de Luc Plamondon. Or, n’eût été de Fabienne Thibeault, le public n’aurait probablement pas découvert «Les uns contre les autres», du moins pas sous sa forme actuelle. Alors que personne ne souhaitait poser sa voix sur cette chanson – et que Luc Plamondon tenait mordicus à ce qu’un interprète se frotte à l’exercice –, celle qui a été Marie-Jeanne s’est installée au micro. Depuis 1978, on ne l’a jamais oubliée.   

«Encore un soir» – Céline Dion   

  

Photo ANNIE T. ROUSSEL

La communion entre Céline Dion et Jean-Jacques Goldman a été très fructueuse. L’album «Une fille et quatre types» le prouve. Mais il a fallu que la chanteuse soit convaincante pour obtenir une autre pièce du Français après cet effort. Céline voulait qu’il raconte la relation privilégiée qu’elle a entretenue avec René Angélil, qui s’est battu contre le cancer. Or, le parolier croyait avoir fait le tour du jardin avec la diva, ne sachant plus quels mots aligner. Il a changé d’avis lorsque Céline lui a parlé du pont entre deux vies, un thème qu’il n’avait encore jamais abordé. C’est ainsi qu’est née la chanson-titre de l’album paru en 2016.   

«Élever» – Marie-Mai   

  

DOMINICK GRAVEL/AGENCE QMI

Chanson qui se démarque de son plus récent spectacle, de l’aveu même de l’artiste, «Élever» aurait bien pu ne jamais se rendre aux oreilles des admirateurs de Marie-Mai. Avant de la déposer sur son album «Elle et moi», cette dernière avait des doutes quant à la qualité de la pièce, même si elle a déjà avoué avoir grandement ressenti le besoin d’écrire ce texte. Elle n’était pas convaincue qu’elle méritait sa place sur ce nouveau disque. Or, les membres de son équipe lui ont fait comprendre qu’elle avait tort d’hésiter, décriant leur amour pour cette chanson qui a été lancée en septembre, suscitant une vive réaction des internautes.   

«Chant de pot» – Carotté   

 

Photo Courtoisie, Jean-François Michaud

Les membres de la formation québécoise Carotté, mêlant punk-rock et airs traditionnels, ont été surpris de constater l’ampleur de l’engouement pour «Chant de pot», en octobre 2018. Sur le web, leur composition avec laquelle ils assument de façon enjouée et humoristique la consommation de marijuana a été entendue par des centaines de milliers de gens. Leur vidéoclip, pour lequel le leader du groupe porte un veston vert vif orné de plants de pot et qu’un des musiciens fume, a aussi généré un bel engouement. Les gars de Neuville se sont presque privés de ce cadeau, car ils ont hésité avant d’enregistrer cette chanson et ne souhaitaient pas la jouer en spectacle!