/sports/football/rougeetor
Navigation

Deux secondeurs prometteurs choisissent le Rouge et Or

Étienne Amiot a tourné le dos à Western et Samuel Gagné aux Carabins

Etienne Amiot
Amélie Samson.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or de l’Université Laval a réussi un bon coup en mettant la main sur Étienne Amiot et Samuel Gagné.

Les deux secondeurs des Cougars du Collège Champlain étaient des joueurs de premier plan dans le réseau collégial. Amiot a confirmé sa décision, lundi.

«J’ai reçu beaucoup d’intérêt des équipes du RSEQ et de l’Ontario, mais ça s’est joué au final entre Laval et Western, a-t-il mentionné. Ce sont deux programmes exceptionnels et j’ai vraiment aimé mes visites. Parce que ça coûte plus cher étudier en Ontario, l’aspect financier a pesé dans la balance.

«Je suis tombé en amour lors de ma visite à Laval, de poursuivre Amiot. Laval est dans ma cour depuis que je suis jeune et c’est avec le mini Rouge et Or que j’ai fait mes débuts. Je me voyais jouer avec le Rouge et Or. Après trois ans à Lennoxville, c’était le temps de revenir à la maison.»

NCAA

Après avoir participé à un camp à Syracuse au cours de l’été, Amiot a reçu une offre des Bulls de Buffalo.

«Après que j’aie réalisé un temps de 4 s 56 sur 40 verges, ils ont été impressionnés et m’ont offert une bourse sur-le-champ, mais ils voulaient que je m’engage immédiatement, a-t-il raconté. Je voulais prendre le temps de réfléchir. Après Syracuse, les Bulls voulaient que je participe à un camp d’évaluation à Buffalo, mais je me suis blessé à un genou et à une hanche la veille, à Boston College. Je n’ai pas été en mesure de tester à Buffalo et cette blessure n’a pas joué en ma faveur.

«Je suis content de mon choix, de poursuivre l’ancien porte-couleurs du Blizzard du Séminaire Saint-François. Parce que je ne voulais pas être déçu, je n’avais pas d’attentes à l’égard de la NCAA, mais je suis content d’avoir reçu une offre. La NCAA n’a pas fonctionné et ce n’est pas plus grave que ça. J’ai hâte de compétitionner et de pratiquer avec les gars ainsi que d’apprendre des plus vieux. Je suis confiant de pouvoir jouer sur les unités spéciales.»

Montréal dans la course

De son côté, Gagné a finalement tranché entre Laval et les Carabins de l’Université de Montréal. Il a aussi visité Sherbrooke.

Il a confirmé sa décision, mardi, en communiquant avec le coordonnateur défensif Marc Fortier.

«À Lennox et au SSF, j’ai joué pour des programmes avec une tradition gagnante et Laval représente une bonne continuité, a-t-il mentionné. C’est à Laval que je vais me sentir le mieux et le plus à ma place. Il y a beaucoup de secondeurs en place et d’autres vont entrer en même temps que moi, mais je n’ai pas peur de la compétition. Je vais tout faire pour avoir un gilet.»

Comme son pote Amiot, Gagné a regardé les options au sud de la frontière.

«J’ai fait un camp au Maine cet été, a indiqué Gagné, qui a été élu sur l’équipe d’étoiles en 2018 et dont la copine profite d’une bourse complète au Maine en soccer, mais je n’ai pas reçu d’offres. Laval va m’apporter autant sinon plus que la NCAA.»

Pépinière

Des cinq anciens du Blizzard qui ont pris le chemin de l’Estrie il y a trois ans, quatre porteront les couleurs du Rouge et Or.

Pierre-Carl McNeil a délaissé le football pour s’engager dans la Garde côtière.

Les demis de coin Vincent Delisle et Marc-Antoine Samson avaient précédé Amiot et Gagné.

Assé 6e meilleur espoir

Kétel Assé pointe au 6e rang du dernier relevé des 20 plus beaux espoirs de la LCF publié mardi.

Le bloqueur étoile du Rouge et Or de l’Université Laval a grimpé d’un rang comparativement au premier classement publié en septembre. Il se retrouve en deuxième position parmi les espoirs évoluant dans le réseau universitaire canadien, derrière le joueur de ligne offensive Carter O’Donnell, des Golden Bears de l’Alberta, qui pointe en 4e position.

Coéquipier de Assé avec les Nomades de Montmorency au cours de leur parcours collégial, Marc-Antoine Dequoy a connu une belle hausse. Le demi défensif étoile des Carabins de l’Université de Montréal occupe maintenant le 9e rang, lui qui se trouvait en 15e place à l’automne.

Le secondeur hybride Adam Auclair, du Rouge et Or, se retrouve en 13e place, en baisse de cinq rangs. Le pivot montréalais Adam Sinagra, des Dinos de Calgary, est passé de la 18e à la 14e place.

Bien placés

Deux autres Québécois évoluant dans la NCAA se retrouvent dans le Top 20. Produit des Cheetahs de Vanier, le garde Tomas Jack-Kurdyla, des Bulls de Buffalo, occupe le 5e rang. Il s’agit d’une progression considérable puisqu’il pointait au 13e rang en septembre.

Produit des Islanders de John Abbott, le botteur de précision J.J. Molson, des Bruins de UCLA, se retrouve au 19e rang comparativement à sa 12e position lors du premier classement.

Le classement est toujours dominé par le plaqueur Neville Gallimore, des Sooners d’Oklahoma.

Ancien des Cougars du Collège Champlain et natif de la Nouvelle-Écosse, le joueur de ligne défensive Isaac Adeyemi-Berglund, de Southeastern Louisiana, fait son apparition en 17e position.

Trois espoirs du Top 10 du premier classement ont disparu de la carte. En raison des changements à leur éligibilité dans la NCAA, Sage Doxtater (4e), Patrice Rene (5e) et Daniel Joseph (10e) seront admissibles au repêchage seulement en 2021.

Le dernier classement sera publié au début avril après le camp d’évaluation national qui aura lieu à Toronto du 20 au 22 mars.