/finance/business
Navigation

Julie Bédard quitte la présidence de la Chambre de commerce de Québec

Julie Bédard était devenue la première femme à présider la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, dès janvier 2018.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Julie Bédard était devenue la première femme à présider la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, dès janvier 2018.

Coup d'oeil sur cet article

La présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce de Québec, Julie Bédard, quittera ses fonctions à la fin du mois de février. 

Elle présidera dorénavant les destinées de la nouvelle bannière Medicart, consacrée aux soins esthétiques, qui regroupe plusieurs cliniques et comprend notamment la marque Epiderma. 

Mme Bédard était devenue la première femme à présider la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), en janvier 2018. Elle avait alors succédé à Alain Aubut. 

 «Je quitte la CCIQ avec le sentiment du devoir accompli. Avec le soutien et le travail incroyable de l’équipe de la CCIQ et du CA, nous avons réussi, en deux ans, à donner un second souffle et une nouvelle couleur à l’organisation. Nous avons, entre autres, revu l’image de marque, la programmation et le positionnement stratégique. Je suis fière de laisser la CCIQ entre les mains d’une équipe forte pour assurer la pérennité de l’organisation », a déclaré Mme Bédard dans un communiqué diffusé en fin d’après-midi, mardi. 

Il est encore trop tôt pour connaître l’identité de son successeur. Julie Bédard «assumera l’ensemble de ses responsabilités à la CCIQ jusqu’à son départ. Le CA dévoilera la finalité du plan de relève d’ici au départ de Mme Bédard», précise-t-on dans le communiqué. 

Les membres du CA de la CCIQ ont appris la nouvelle en fin de journée. «Nous sommes fiers d’avoir pu compter sur Julie et son leadership mobilisateur au cours de ses deux dernières années. Un dynamisme important s’est rapidement fait sentir dès son entrée en poste et elle laisse aujourd’hui l’organisation dans une saine position, tant sur les plans financiers, qu’organisationnels», a réagi le président du CA, Martin Cousineau.