/finance/business
Navigation

Le million caché de Christian Dubé

La Caisse verse des primes à des cadres même s’ils sont partis en cours d’année

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé,
Photo Francis Halin Christian Dubé
Président du Conseil du Trésor

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, s’est montré très peu volubile, hier, sur la juteuse prime de rendement qu’il a secrètement reçue de la part de la Caisse de dépôt et placement, l’an dernier.  

Interrogé hier par Le Journal, l’ancien numéro 3 de la Caisse de dépôt n’a pas voulu dire à combien s’est chiffré ce boni dont La Presse a révélé l’existence hier. 

« Ç’a été tout dévoilé dans les rapports annuels », a soutenu M. Dubé hier en marge d’une annonce, à Candiac. 

Or, il n’en est rien. Le rapport annuel de la Caisse de dépôt dévoile la rémunération de ses dirigeants les mieux payés, mais Christian Dubé ne faisait pas partie du lot en 2018, contrairement à 2017.  

Quand Le Journal a de nouveau posé la question à son attachée de presse, Myrian Marotte, celle-ci a renvoyé la balle à la Caisse de dépôt, qui n’a pas divulgué l’information. 

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Parti à la retraite 

C’est parce qu’il est parti à la retraite que M. Dubé a eu droit à sa prime de rendement pour l’année dernière, et ce, même s’il a quitté la Caisse en septembre 2018.  

En 2017, il avait eu droit à un boni annuel de plus d’un million de dollars. 

« Je n’ai rien négocié, a insisté Christian Dubé. Je n’avais rien à négocier. La Caisse a respecté les règles de retraite. J’avais huit ou neuf mois de faits dans mon année. Quand les gens prennent leur retraite, c’est à ça qu’ils ont droit. » 

Au moment de quitter la Caisse, Christian Dubé avait également touché des primes totalisant 1,8 million de dollars que l’institution lui devait pour les années 2016 et 2017. 

Un second cas à Londres 

Un autre ex-dirigeant de la Caisse, Stéphane Etroy, qui vient de démissionner, aura lui aussi droit à une prime de rendement pour 2018 même s’il ne sera plus en poste le 31 décembre.  

Dans son cas, c’est parce qu’il conservera un lien d’emploi avec la Caisse de dépôt jusqu’en février en vertu d’une clause de non-concurrence, a expliqué la CDPQ à La Presse

On ne connaît pas l’ampleur de la prime, mais l’an dernier, M. Etroy avait eu droit à un boni de près de 2,3 millions $. 

Il a été impossible de savoir, hier, combien la Caisse a versé en primes, l’an dernier, à des employés qui ont quitté leur poste avant le 31 décembre. 

Mystère sur les résultats 

Par ailleurs, la Caisse ne sait pas encore qui dévoilera ses résultats de 2019, en février. Le PDG de l’institution, Michael Sabia, quittera ses fonctions en janvier. 

« Étant donné que le processus de remplacement du PDG de la Caisse est géré par son conseil d’administration, nous laissons le processus suivre son cours, a indiqué hier Fanny Beaudry-Campeau, porte-parole du ministre des Finances, Éric Girard. Pour la présentation des résultats, nous laissons la Caisse choisir la meilleure personne pour les divulguer. » 

« Patience, toute l’information nécessaire sera disponible, comme chaque année, au moment de l’invitation aux médias », a quant à lui affirmé Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse. 

► La Caisse de dépôt a nommé Christian Dubé au poste de premier vice-président, Québec, en août 2014. Il l’a quitté en septembre 2018 pour se présenter aux élections sous les couleurs de la CAQ.