/news/provincial
Navigation

Tramway de Québec: «on n’a pas été bons», admet Régis Labeaume

Le maire assistera aux futures rencontres d’information sur le Réseau de transport structurant

Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le vice-président du comité exécutif, Rémy Normand, lors d’une annonce sur le Réseau structurant lundi.
Photo Simon Clark Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le vice-président du comité exécutif, Rémy Normand, lors d’une annonce sur le Réseau structurant lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume a admis mardi que son administration a mal communiqué avec la population lors des trois séances d’information de juin dernier portant sur le Réseau de transport structurant.  

• À lire aussi: Tramway de Québec: des bouleversements en vue pendant la construction

«On n’a pas été bons en communication cet été, c’est évident. On n’a pas été bons dans les assemblées publiques. Je ne veux blâmer personne. Je pense qu’on a repris le dessus», a soutenu le maire de Québec, mardi après-midi, en impromptu de presse.  

Ce dernier a de nouveau promis la totale transparence en ce qui a trait au mégaprojet. Il a d’ailleurs acquiescé rapidement mardi à une demande faite par l’opposition officielle de prolonger le comité plénier chargé de passer en revue les centaines de pages de l’étude d’impact environnemental.  

«S’ils veulent passer la semaine, on est là, a-t-il assuré. On va vider, vider. S’ils ont 1000 questions, ce dont je doute, on va toutes les passer [...] On va passer deux semaines ici s’il faut jusqu’au 24 [décembre] au soir.»  

«L’humeur du monde»  

Le maire Labeaume a également fait savoir qu’il assistera personnellement aux futures rencontres publiques consacrées au Réseau structurant, que ce soient des réunions d’information organisées par la municipalité ou des séances du BAPE.  

«Il ne manquera pas de canaux de communication, a-t-il ajouté. Le maire va assister à toutes les assemblées publiques. Je veux tester l’humeur du monde. Je ne serai pas en avant. Je vais être en arrière, dans la salle, pour bien comprendre l’atmosphère de la population.»  

De son côté, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, s’est interrogé sur les coûts de construction de la portion tramway du mégaprojet.  

En octobre dernier, la Ville avait actualisé le montant en évoquant le chiffre de 2 milliards et 264 millions $.  

Or, dans les documents présentés mardi, on parlait d’un coût de 2 milliards et 349 millions – soit un écart de 85 millions – en date du 3 juillet 2019.  

«À combien est rendu le tramway? On parle d’une autre augmentation de 85 millions [...] Il faut nous démêler là-dessus», a-t-il exigé.  

Le maire Labeaume a balayé ces questionnements du revers de la main en affirmant que le mégaprojet comprend une contingence de 712 millions $ et que le plus important à savoir est que le budget total de 3,3 milliards ne sera pas dépassé.  

«On est en conceptualisation, a-t-il répondu. On est à 20-30 % d’exactitude. Ensuite, on va tomber à 20-15, 10-5...»