/world/middleeast
Navigation

Afghanistan: une attaque de talibans fait deux morts près de la base américaine de Bagram

Afghanistan: une attaque de talibans fait deux morts près de la base américaine de Bagram
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une attaque revendiquée par les talibans contre un hôpital en construction près de la base américaine de Bagram, au nord de Kaboul, a fait mercredi deux morts et 73 blessés civils, a indiqué le ministère afghan de l’Intérieur, alors que des discussions ont repris entre Washington et les insurgés.  

L’attaque, entamée tôt ce matin avec l’explosion d’une camionnette piégée et suivie par un assaut de sept hommes, est survenue alors que les talibans tiennent depuis samedi des négociations à Doha avec les États-Unis sur un retrait des troupes américaines d’Afghanistan en échange de contreparties des insurgés.   

« Deux civils afghans ont été tués et 73 ont été blessés », a indiqué le porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, Nasrat Rahimi.  

Le bilan était jusqu’ici d’un mort et plus de soixante blessés, selon un responsable afghan, et d’un mort et une centaine de blessés pour un autre.  

Après l’explosion, sept assaillants « ont pris position dans l’immeuble de l’hôpital en construction », selon le gouverneur du district de Bagram, Abdul Shukoor Qudoosi, qui avait initialement indiqué que tous avaient été tués.  

 

Afghanistan: une attaque de talibans fait deux morts près de la base américaine de Bagram
AFP

Mais en fin de journée M. Rahimi a annoncé que « trois attaquants sont encore retranchés dans l’hôpital, trois autres ont été tués et un est détenu », en plus du kamikaze décédé dans l’explosion initiale.   

« Le combat continue et des dizaines d’occupants américains et leurs serviteurs afghans ont été tués et blessés », a déclaré dans un communiqué sur la messagerie WhatsApp Zabihullah Mujahid, le porte-parole des talibans, qui exagèrent souvent les pertes infligées à leurs adversaires.  

Dès mercredi matin, la mission de l’Otan à Kaboul, Resolute Support, avait de son côté affirmé qu’il « n’y a pas de victimes américaines ou de la coalition et (la base de) Bagram est restée en sécurité tout au long de l’attaque ».  

Cinq soldats géorgiens ont été « légèrement blessés » dans l’attaque mais ils sont « dans un état stable » et « ne nécessitent pas d’hospitalisation », a fait savoir le ministère de la Défense géorgien dans un communiqué.  

Selon M. Mujahid, l’attaque a démarré à 6H00 (1H30 GMT) par « un aspirant au martyre qui a fait exploser sa camionnette près du mur de la base américaine », ouvrant la voie à d’autres combattants qui ont « atteint les baraquements ».  

Selon le gouverneur du district en revanche, les assaillants ont investi l’hôpital en construction « pour viser la base militaire de Bagram à côté ».  

Cette dernière, contrôlée par les forces américaines, est située à environ 60 km au nord de Kaboul. L’accès à son entrée principale, près de laquelle a eu lieu l’attaque, est bordée par un petit village avec un marché. L’explosion a endommagé les habitations sur un rayon de 200 à 300 mètres, selon le ministère de l’Intérieur.  

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise à Bagram le 28 novembre pour y fêter Thanksgiving avec ses troupes et y rencontrer le président afghan Ashraf Ghani.   

M. Trump avait suspendu les pourparlers avec les talibans au début septembre après un attentat revendiqué par les talibans à Kaboul qui avait fait douze morts, dont un soldat américain.  

En échange d’un retrait des forces américaines, les insurgés devaient s’engager à des mesures de sécurité, le lancement d’un dialogue inter-afghan, et une réduction de la violence.