/news/currentevents
Navigation

Un père voulait tuer un ado pour venger son fils

Il tenait un conducteur de 15 ans pour responsable de la sortie de route mortelle

Coup d'oeil sur cet article

Incapable d’accepter la mort de son fils dans une sortie de route en 2017, un père de Lanaudière aurait menacé d’assassiner le chauffard de 15 ans à l’origine de l’accident, qui s’en était sorti sans accusation.  

Depuis deux ans, Marcelo Patricio Herrera Espinoza semblait être obsédé par une mission, celle de venger le décès tragique de son enfant.    

Il aurait multiplié les gestes troublants : menacer devant ses proches de tuer le chauffard, faire une excursion en pleine nuit pour retrouver la résidence de l’ado, tenter de se procurer une arme à feu.   

Inquiète, son ex-conjointe a alerté la police le mois dernier afin de prévenir l’irréparable. L’homme de 42 ans fait donc maintenant face à quatre chefs d’accusation de menace de causer la mort du chauffard qu’il blâme pour le décès de son fils. Il est aussi accusé de possession d’armes.   

Le 9 octobre 2017, Samuel Herrera, 14 ans, a péri à Joliette, tandis qu’il prenait place dans un véhicule aux côtés de quatre autres jeunes. Roulant à haute vitesse en pleine nuit, le conducteur de 15 ans, sans permis de conduire, a perdu la maîtrise de la voiture sur le boulevard Base-de-Roc et a fait une violente embardée. Samuel Herrera ainsi qu’un autre jeune de 17 ans sont décédés sur le coup.   

Le véhicule appartenait à M. Herrera Espinoza et sa conjointe.    

Leur fils avait subtilisé les clés pour les remettre à un ami qui a pris le volant.   

Couteau et machette  

Mais selon le père, le seul et unique responsable de ce drame serait le jeune conducteur, a-t-on récemment indiqué lors de l’enquête sur remise en liberté de l’accusé, au palais de justice de Joliette.   

À plusieurs reprises, il aurait dit vouloir tuer le chauffard, ainsi que le père de ce dernier, « pour assurer la sécurité de sa famille », a résumé en cour Me Jade Coderre, procureure de la Couronne.     

Il aurait aussi cherché à avoir « un gun », en vain. Il s’est alors procuré un couteau de chasse muni d’une lame de six pouces, qu’il aiguisait régulièrement. Ce couteau a d’ailleurs été trouvé dans son véhicule après son arrestation, aux côtés d’une machette.    

Aucune accusation  

La situation aurait empiré en octobre 2018 : les policiers ont annoncé à la famille Herrera qu’aucune accusation ne serait portée contre le jeune conducteur.    

L’accusé aurait alors dit vouloir faire du mal aux trois survivants de l’accident.    

Mais cet automne, il se serait montré plus que jamais prêt à passer à l’action.    

Il aurait en effet demandé à un proche s’il avait l’intention d’aller le voir en prison après qu’il eut tué le chauffard. Il aurait aussi précisé que le conducteur « ne survivra pas avant ses 20 ans ».    

C’est peu après que l’ex de l’accusé a tout raconté aux policiers.    


Détenu quelques jours après son arrestation, Marcelo Patricio Herrera Espinoza a finalement pu être libéré dans l’attente de son procès. Il devra respecter plusieurs conditions sévères.  

Possiblement coincé dans un sentiment de rage  

Le père prêt à tout pour venger la mort de son fils depuis deux ans serait resté pris avec son sentiment de rage plutôt que de faire son deuil, croient des experts.   

« Il est incapable de faire le deuil de son fils. Ça se comprend, c’est un événement tragique qui est survenu. Mais il transpose sa peine en vengeance, en colère. Et ça rend le dossier particulièrement préoccupant », a plaidé en cour le mois dernier la procureure de la Couronne, Me Jade Coderre, s’opposant à ce que Marcelo Patricio Herrera Espinoza soit libéré.    

Rage meurtrière  

L’homme aurait répété à des proches vouloir tuer le chauffard qui conduisait le véhicule dans lequel son fils Samuel est mort en octobre 2017.    

Les menaces auraient perduré depuis deux ans, jusqu’à son arrestation le mois dernier.   

« Dans ce genre de situation, ce n’est pas surprenant qu’il y ait de la forte rage avant que le deuil ne s’installe », a expliqué au Journal le psychologue Hubert Van Gijseghem.   

« La plupart des gens n’ont pas une propension forte au passage à l’acte, ils vont évacuer cette rage meurtrière par d’autres moyens. Mais il y a une série de personnes qui ne peuvent pas faire ça », a-t-il ajouté.   

Émotions refoulées  

Pour son collègue Pierre Faubert, chez certaines personnes, la rage peut venir « justifier » le passage à l’acte.    

  

« C’est comme si l’émotion venait justifier l’action. Autrement dit, la personne n’a pas digéré sa rage. Et quand tu n’as pas digéré une émotion aussi forte que la rage, c’est difficile d’entamer un processus de deuil », a ajouté le psychologue, précisant ne pas vouloir commenter le cas précis du père endeuillé.    

Il rappelle que chaque personne va réagir différemment à un même événement.    

« On ne gère pas nos émotions. On gère nos comportements face aux émotions », expose-t-il.    

« Mais si on refoule, si on nie les émotions pendant longtemps, on peut arriver à un événement tragique », a ajouté le Dr Faubert.