/news/transports
Navigation

Un lubrifiant contaminé à l’origine des malheurs du F.-A.-Gauthier

Le traversier devrait reprendre du service le 20 décembre

Coup d'oeil sur cet article

La saga du NM F.-A.-Gauthier, qui devrait reprendre le service le 20 décembre, a connu un autre rebondissement aujourd’hui lorsque son armateur a dévoilé que la présence de débris métallique dans du lubrifiant est la cause de son retrait depuis un an.

C’est lors d’un arrêt prévu les 17 et 18 décembre 2018 pour des travaux d’entretien que la Société des traversiers du Québec (STQ) a découvert le problème qui allait prendre des proportions inattendues.

«Quelques semaines avant l’arrêt, des membres d’équipage nous ont rapporté des changements dans le type de vibrations qu’ils percevaient. En présence du fabricant des propulseurs, nous avons découvert des débris métalliques dans le système de lubrification», a expliqué le président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut, lors d’une conférence de presse.

Le F.-A.-Gauthier a été conduit en cale sèche le 14 janvier, où «des signes de dégradation avancée des composants internes des propulseurs ont été constatés», a ajouté M. Lafaut.

La STQ et des intervenants externes ont alors mené des tests et des analyses concluant que la dégradation aurait été causée par des débris métalliques «étrangers» dans l’huile servant à la lubrification des propulseurs. Ces débris ne seraient pas dus non plus à une usure anormale des pièces internes.

Poursuites

En raison de possibles recours légaux, la STQ se refuse à dévoiler sa théorie sur la provenance de ces débris pour l’instant, mais insiste sur leur «provenance étrangère». Une expertise tierce évalue actuellement à cet effet le contenu des analyses des fabricants et des sous-traitants. 

Ces analyses et ces éventuels recours expliqueraient aussi la réticence de la STQ à donner plus d’explications au cours de la dernière année.

«La dégradation était telle que pour remettre les propulseurs en état de fonctionner, la STQ a procédé au remplacement complet de leurs composantes», a précisé le PDG.

Un système permettant la surveillance interne des propulseurs a été installé pour éviter la répétition d’un tel problème.

Retour

Le NM F.-A.-Gauthier quittera Lévis demain pour se rendre à Matane.

«Nos équipages doivent effectuer les derniers ajustements nécessaires pour remettre le navire en service. Ils feront des essais en mer et des accostages aux trois ports (...) Nous travaillons d’arrache-pied pour remettre le navire en service avant les Fêtes, mais la dernière année nous a appris que nous ne sommes jamais à l’abri d’un imprévu et que nous devons être prévoyants», a expliqué M. Lafaut.

Jouant de prudence, la STQ offrira deux liaisons aériennes quotidiennes du 21 décembre au 6 janvier entre les rives nord et sud, à l’exception des 25 décembre et 1er janvier.

«Avant l’épisode de 2018, ce navire offrait un excellent taux de fiabilité, tout à fait comparable au reste de la flotte. Pour qu’il constitue une solution fiable pour des décennies à venir, de nombreux travaux ont été réalisés sur le navire», a lancé M. Lafaut.

Il a précisé que jusqu’aux évènements de décembre 2018, le navire n’avait raté que 28 traversées sur plus de 3000. Son remplaçant, le NM Saaremaa-1, en a raté 42 depuis sa mise en service en juin dernier.

Autres problèmes

Par contre, le NM F.-A.-Gauthier connaissait une série d’avatars récurrents depuis sa mise en service.

La prise d’alimentation d’eau servant au refroidissement des moteurs causait des soucis par température froide. Un système indépendant, qui sera utilisé l’hiver, a été ajouté. 

Des moisissures présentes depuis la mise en service du navire à l’été 2015 auraient enfin été éradiquées. «Nous et le CISS du Bas-Saint-Laurent sommes arrivés à la conclusion que les mesures que nous avons prises sont adéquates et que la qualité de l’air ne comportait aucun risque», explique M. Lafaut.

La porte d’étrave est un autre élément ayant causé sa large part de problèmes. Des réparations ont été effectuées sur le système hydraulique. Si la porte est actuellement fonctionnelle, la STQ entend tout de même modifier son système de fermeture, travaux qui restent à être effectués.

Également, le NM F.-A.-Gauthier fonctionnera au diesel «au cours des prochaines semaines ou des prochains mois». Le système au gaz naturel liquéfié demande «des étapes à franchir et des travaux d’entretien après un si long arrêt», a expliqué le patron de la société.

Les coûts

Comme l’ensemble de la flotte de la STQ, le NM F.-A.-Gauthier est couvert par une police d’assurance. La STQ a ainsi déjà récupéré 5 millions de $ et le dossier n’est pas fermé indique M. Lafaut.

Par ailleurs, la STQ estime à 21,6 millions de $ les coûts des péripéties du navire. Cela inclut les réparations, le maintien du service sur la traverse, l’épopée de l’Apollo et sa disposition et les revenus des assurances.

Par contre, la STQ ne comptabilise pas les plus de 40 millions de $ pour l’achat et la mise à niveau du navire de relève, le NM Saaremaa-1, puisqu’il était prévu dans le plan des infrastructures du gouvernement, estime M. Lafaut.

M. Lafaut a tenu à remercier les employés de la traverse et les citoyens de la Gaspésie et de la Côte-Nord «pour leur patience et leur compréhension.» 

Une aventure coûteuse

  • Coûts du maintien du service*           13,6 M$
  • Travaux sur le F.-A.-Gauthier             10,3 M$
  • Soutien à la région                             0,63 M$
  • Main d’œuvre supplémentaire           1,93 M$
  • Autres                                                0,67 M$

Sous-total                                           27,13 M$

Revenus** (à soustraire)                   5,53 M$

Dépense totale***                            21,6 M$

*Incluant les dépenses relatives au NM Apollo

**Vente de billets de la liaison aérienne et assurances

***La STQ ne comptabilise pas les coûts reliés au NM Saaremaa-1 (+40 M$)