/misc
Navigation

Anglicisation systémique

Gaudreault Ouellet
Photo d'archives, Simon Clark Sylvain Gaudreault, du Parti québécois, a utilisé l’expression « bullshit », samedi, avec un certain succès.

Coup d'oeil sur cet article

C’est une loi « bullshit » qui aurait été adoptée en fin de semaine, sous bâillon, à l’Assemblée nationale.

Sylvain Gaudreault, du Parti québécois, a utilisé l’expression, samedi en matinée, avec un certain succès. Elle fut reprise dans les titres des médias (dont Le Journal bien sûr), et dans les phrases de certains élus. Il devait être ravi.

Le #monnonc101 impénitent que je suis souffre évidemment de cette tendance, comme vous pouvez vous en douter.

Je ne suis pas seul, semble-t-il : « On peut illustrer l’ampleur de l’anglicisation des Québécois par les exclamations et les locutions interjectives lancées spontanément », écrivait avec sagacité Gaston Bernier, auteur entre autres de En garde, messager ! : tics langagiers des médias québécois, sur son intéressante page Facebook, au sujet de l’épisode de la loi 34 sur les tarifs d’électricité.

« Se faire comprendre »

Mon impression : ce type de situation arrive de plus en plus souvent dans le discours public.

Quand je m’en plains, on me fait toujours les mêmes types de réponses :

  • En utilisant « bullshit », le parlementaire en question voulait marquer le coup, frapper les esprits, c’est tout. Et ça marche.
  • On me dira aussi sans doute que ce parlementaire voulait « se faire comprendre ».
  • Autre argument : celui de l’hospitalité, de plus en plus courant : on doit se montrer ouvert aux mots étrangers, comme on devrait toujours l’être pour « ces gens de partout / Venus trouver chez nous / Un goût de liberté », pour reprendre les mots de Michel Rivard.
  • On invoque l’« évolution normale » ; on nous dit que c’est fait par réflexe. Aussi, il faudrait laisser l’élu ou le personnage public être spontané : si le mot anglais vient, employons-le sans complexe.

Système

Cet argumentaire pro-mots anglais dans le français est très discutable.

Or, si vous osez vous désoler de cette situation, on vous appose automatiquement l’étiquette de « puriste », on vous soupçonne d’une sorte de xénophobie langagière.

C’est comme si l’on refusait de voir l’aspect « systémique » du phénomène d’anglicisation. L’analyse des systèmes de domination est pourtant si chère à une certaine gauche.

L’aspect politique des rapports entre les langues semble être oublié, ou occulté. Au contraire, en raison du principe de diversité, on célèbre de plus en plus ce mélange systématique entre le français et l’anglais.

Pourquoi « bullshit » frappe plus que « foutaise », « conneries », « merde » ? Pourquoi on se ferait ainsi mieux comprendre ? Ce sont des questions devenues taboues.

Quant à l’hospitalité, ça n’a rien à voir ici : les mots ne sont pas des humains. Et dire que le métissage de mots français et anglais est une affaire d’« évolution normale », n’est-ce pas faire du darwinisme et appuyer la loi du plus fort ? L’anglais étant une langue surpuissante.

Résister à ce courant culturel dominant qu’est l’anglais n’est pas lutter contre les humains anglophones. Ce n’est pas non plus résister à la diversité. Au contraire, c’est la promouvoir. Si nous pensions tous dans les mêmes mots, selon un même système linguistique, l’humanité y perdrait.

Au Québec, on devrait rejeter les foutaises linguistiques et réapprendre à résister.