/opinion/columnists
Navigation

Brexit: la colère venue d’en bas

Coup d'oeil sur cet article

Les Britanniques vont aux urnes aujourd’hui.

On choisit certes un gouvernement, mais la campagne est devenue une sorte de deuxième référendum sur le Brexit.

Le vote de 2016 en faveur de quitter l’Union européenne a débouché sur trois ans de cacophonie et de paralysie qui ont mis les nerfs de tous à fleur de peau.

Parallèle

Les conservateurs de Boris Johnson font campagne sur une idée claire : sortir de l’Union européenne au plus vite, coûte que coûte.

Les libéraux démocrates et les souverainistes écossais font campagne sur une idée claire : rester dans l’Union européenne.

L’Opposition officielle, les travaillistes de Jeremy Corbyn, font campagne sur une idée... tout sauf claire.

Corbyn veut renégocier avec l’Europe et soumettre le résultat de cette négociation à un nouveau référendum, mais sans dire s’il serait alors dans le camp du oui ou du non.

Vous trouvez cela tordu et confus ? Les Britanniques aussi, d’où les difficultés évidentes de la campagne travailliste.

À cette confusion s’ajoutent un programme travailliste ultragauchiste, du type Québec solidaire, et de nombreuses déclarations carrément antisémites de membres du parti, jamais désavouées par un chef qui ne cache pas son hostilité à Israël.

Les sondages donnent les conservateurs gagnants, mais rien n’est sûr.

Tout parallèle comporte ses limites, mais il y en a un à faire avec le Québec.

Chez nous, une certaine caste médiatico-intellectuelle fait passer pour réactionnaires et suspects tous ceux qui ne s’émerveillent pas devant l’ouverture tous azimuts.

En Grande-Bretagne, regardez une revue comme The Economist ou un journal comme The Guardian, tous deux excellents par ailleurs.

The Economist n’en a que pour la mondialisation, le libre-échange sans restrictions, et toujours plus d’immigration.

The Guardian n’en a que pour l’antiracisme, la célébration de toutes les minorités, et toujours plus d’immigration.

Pour eux, les Britanniques qui pensent autrement souffrent de nostalgie du passé et de constipation identitaire.

Ça ne vous rappelle pas un peu chez nous ?

Avez-vous parfois l’impression qu’une petite élite montréalaise se prend pour le Québec au complet ?

Moi, oui.

Avez-vous parfois l’impression que Montréal et le reste du Québec sont deux pays distincts qui se ressemblent et se comprennent de moins en moins ?

Moi, oui.

Avez-vous parfois l’impression que des étrangers achètent nos plus belles entreprises et que nous redevenons des locataires vivant dans une économie de succursales ?

Moi, oui.

C’est un peu ce que ressentent nombre de Britanniques.

Nation

Est-ce déraisonnable de trouver que la mondialisation fait des gagnants, toujours les mêmes, et des perdants, toujours les mêmes ?

Est-ce déraisonnable de vouloir vivre dans une société qui, sans se figer, conserve les principaux traits identitaires qui la distinguent des autres ?

Est-ce déraisonnable d’en avoir assez de se faire faire continuellement la morale par ceux qui ne vivent que les bons côtés de la mondialisation et du cosmopolitisme ?

Non. C’est du moins ce que répondent nombre de Britanniques, qui veulent retrouver leur nation.

Je les comprends parfaitement.