/sports/opinion/columnists
Navigation

Guy Lapointe atteint d’un cancer

Guy Lapointe avait participé à un tournoi de golf avec d’autres anciens joueurs de la LNH, en août dernier au club Islesmere, à Laval.
Photo d’archives, Chantal Poirier Guy Lapointe avait participé à un tournoi de golf avec d’autres anciens joueurs de la LNH, en août dernier au club Islesmere, à Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque la maladie frappe dans un milieu, on dirait qu’il s’en suit un effet d’entraînement. Il y a une dizaine de jours, mon collègue Réjean Tremblay nous apprenait que Guy Lafleur avait subi une opération pour un cancer du poumon. Hier, le Canadien a annoncé que Guy Lapointe est atteint d’un cancer de la gorge.

Dans un communiqué émis par le Tricolore, le docteur Keith Richardson, du Centre universitaire de santé McGill, précise que la tumeur est située à la base de la langue.

Le médecin indique que les traitements commenceront au cours des prochaines semaines et que le taux de guérison est relativement élevé.

À l’attaque à cinq avec Lafleur

Lapointe préfère ne pas accorder d’entrevues pour le moment, m’a indiqué son ancien coéquipier Réjean Houle, qui préside l’Association des anciens Canadiens. Pointu veut s’accorder du recul, ce qui est tout à fait compréhensible. Mais il conserve son humour légendaire.

Après avoir appris la nouvelle la semaine dernière, l’ex-défenseur étoile a appelé Lafleur.

Houle m’a raconté l’anecdote hier après-midi : « Pointu a dit à Flower : on va s’organiser, on va jouer ensemble sur le power play ! »

Pour Peter Mahovlich, qui a surmonté un cancer de la prostate suivi de deux récidives, c’est la bonne approche.

« J’ai communiqué avec Guy aujourd’hui [hier] et sa voix était bonne », m’a-t-il dit avant le match d’hier soir au Centre Bell.

« Le meilleur remède contre le cancer est de garder un bon moral. Au début, on peut être frustré. On se dit pourquoi moi ? Mais on doit penser tout le contraire. Pourquoi pas moi ? »

Le soutien des autres est tout aussi important.

« Quand on combat une maladie sérieuse, on est submergé par une vague d’amour », a continué Mahovlich.

« Ça nous aide dans nos efforts de recouvrer la santé. Je l’ai vécu. Guy va recevoir tellement d’amour que tout va bien aller. »

Bouchard confiant

Pierre Bouchard est confiant, lui aussi, pour son ami de longue date.

« Pointu va passer à travers des hauts et des bas, mais il est fort. Ça va bien aller », a-t-il déclaré de la Floride, où il passera la période des Fêtes.

Bouchard et Lapointe ont longtemps formé une paire à la ligne bleue. Avec le Canadien junior, ils étaient surnommés Frick et Frack, expression anglaise populaire à une certaine époque qui signifiait la complicité entre deux personnes.

« Ce surnom nous avait été donné à la suite d’un match à Saint Catharines », de relater Bouchard.

« On tirait de l’arrière par une forte marge, quelque chose comme 5 ou 6 à 1, quand Guy et moi avons commencé à distribuer des coups d’épaule. Nos adversaires ont mis les freins et on a remporté la victoire.

« Guy et moi sommes devenus Frick et Frack ! »

Lapointe et Bouchard ont poursuivi leur route ensemble avec les Voyageurs de Montréal, puis avec le Canadien durant huit ans.

On est avec toi

Inutile de dire que la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, hier.

Les grands noms qui ont fait la gloire du Canadien sont plus grands que nature auprès des amateurs qui les ont connus. Ils sont reconnus et récompensés à vie.

Vous pouvez être assurés, les deux Guy, que vous êtes dans les pensées de vos fans.

Revenez vite nous égayer.

On vous attend.