/news/currentevents
Navigation

Il vénérait Marc Lépine: un antiféministe plaide la liberté d’expression

Le blogueur faisait l’apologie du tireur de Polytechnique

Il vénérait Marc Lépine: un antiféministe plaide la liberté d’expression
Illustration Agence QMI, Delf Berg

Coup d'oeil sur cet article

Le blogueur qui faisait l’apologie du tueur de Polytechnique brandit la liberté d’expression pour défendre ses propos antiféministes, tout en mettant sur le compte de la blague des menaces envers un universitaire.

• À lire aussi: Le blogueur qui vénérait Marc Lépine prêt à se couper d’internet

• À lire aussi: Tuerie de Polytechnique: un blogueur qui vénérait le tueur Marc Lépine arrêté à Montréal  

• À lire aussi: Drame de Polytechnique: un autre internaute arrêté pour menaces envers les femmes  

« Ma peur, c’est de ne plus avoir ma liberté d’expression. Au Québec, on n’en a plus », s’est plaint Jean-Claude Rochefort lors de son enquête sur remise en liberté, ce jeudi, au palais de justice de Montréal.

Assumant pleinement ses propos contre les femmes et contre l’avis de son avocat, le septuagénaire accusé d’incitation à la haine envers les femmes en a remis devant le juge Serge Delisle.

« Toute ma vie, j’ai eu peur de la puissance féministe, il y a toujours cette peur de l’homme blanc québécois de perdre ses privilèges », a-t-il dit dans un discours décousu, mais assuré.

Célibataire depuis 15 ans

Rochefort a 70 ans. Il n’a pas été en couple depuis une séparation en 2004. Il est détenu depuis son arrestation, le 5 décembre dernier, pour incitation à la haine, en raison de son blogue où il louangeait Marc Lépine qui a abattu 14 étudiantes le 6 décembre 1989 à Polytechnique. Ses billets pouvaient être vus 60 000 fois, a-t-il dit.

Rochefort s’en prenait aussi à des universitaires, disant entre autres que l’un d’eux « sera exécuté ».

Rochefort écrivait d’ailleurs pour la communauté Incel, composée d’hommes célibataires exprimant une grogne contre les femmes.

« Quand il a été arrêté, il a dit que les propos [contre l’universitaire] étaient une blague, que la référence à Lépine comme un saint est une mode, a expliqué la procureure Josiane Laplante. Il dit qu’il n’a rien à perdre à 70 ans, qu’il est prêt à aller jusqu’au bout pour gagner. »

Libéré ou pas ?

Pour l’avocat de la défense Marc-Olivier Carrier­­­, Rochefort devrait être libéré en attendant son procès, d’autant plus qu’il est prêt à se couper entièrement d’internet.

Mais la Couronne s’y oppose, afin de ne pas nuire à la confiance du public envers l’administration de la justice.

« Il s’agit d’une des pires incitations à la haine que l’on puisse voir, a plaidé Me Laplante. Le Québec a une histoire ; la population, partout, 30 ans plus tard, est toujours troublée par la tuerie de Polytechnique. »

Elle a d’ailleurs rappelé qu’en 2009, Rochefort avait été arrêté pour des menaces envers des femmes, aussi sur son blogue, ce qui lui avait valu de passer 50 semaines en détention.

Le juge Serge Delisle rendra sa décision lundi après-midi.