/news/politics
Navigation

Legault voit en Doug Ford un allié de la lutte aux GES

Le PM en entrevue avec notre Bureau parlementaire

Entrevue exclusive Legault Californie EMBARGO JEUDI
Photo courtoisie, Émilie Nadeau - MCE Le premier ministre François Legault a accordé une entrevue à notre correspondant parlementaire Marc-André Gagnon, lors de sa mission de quatre jours en Californie.

Coup d'oeil sur cet article

SAN FRANCISCO  |  Le premier ministre François Legault fait de son homologue ontarien Doug Ford un allié dans la lutte aux changements climatiques, en réclamant à Ottawa d’ouvrir les vannes pour financer des projets de transport en commun.

« On a réussi, je pense, Doug Ford et moi, à en faire (du transport) la priorité principale », a dit M. Legault, lors d’une entrevue accordée à notre Bureau parlementaire, en marge de sa mission en Californie.

« Évidemment, M. Ford ne veut toujours pas de la taxe carbone, mais il est en demande sur des lignes de métro », a souligné M. Legault.

Le Québec, pour sa part, table sur cinq importants projets de transport en commun : celui du tramway dans l’est de Montréal, un autre sur le boulevard Taschereau à Longueuil, une ligne du REM sur la Rive-Sud et une autre sur la Rive-Nord, en plus d’un train à Gatineau.

Rencontre avec Trudeau

M. Legault entend ainsi en faire le sujet principal de sa première rencontre depuis les dernières élections fédérales avec Justin Trudeau, vendredi, à Montréal.

Il souhaite une contribution fédérale identique à celle accordée au projet de tramway à Québec.

« Je veux être capable de commencer à demander à M. Trudeau de financer 40 % de ces projets-là, et que ça ne soit pas aussi long que ce qu’on a vécu avec le tramway de Québec », a expliqué le premier ministre, à San Francisco.

Pour lui, la lutte aux gaz à effet de serre passe d’abord par l’électrification des transports.

Vision économique

« Ce que j’essaie de faire, c’est de concilier ça (la lutte aux GES) avec ma vision économique », a exposé M. Legault.

« Quand on regarde le bilan depuis 1990, on a réussi à réduire les GES partout sauf dans les transports où ça a augmenté de plus de 20 %. Donc, il faut vraiment se concentrer sur les transports », a-t-il insisté.

En entrevue depuis la COP 25 à Madrid, le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, a critiqué une fois de plus le bilan du précédent gouvernement en matière de lutte aux GES.

« Tout indique qu’on aura augmenté nos émissions en 2017 par rapport à 2016 », dit le ministre Charette, avant d’ajouter qu’il pourra « confirmer » les chiffres exacts la semaine prochaine.

Un plan de consigne sera aussi déposé au début 2020. « On va non seulement toucher aux bouteilles de verre, mais aussi aux bouteilles de plastique », a confirmé M. Legault.

- Avec la collaboration de Patrick Bellerose