/news/provincial
Navigation

Les camions des pompiers pourront traverser la plateforme surélevée du tramway

Tramway
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les camions de pompiers pourront bel et bien franchir la plateforme surélevée de 15 centimètres du tramway.  

• À lire aussi: Les commerçants de la 1re Avenue sont inquiets  

• À lire aussi: Pôle d’échanges de Sainte-Foy: des discussions à venir pour la facture de 12 à 15 M$  

C’est ce que Daniel Genest, directeur de projet du Réseau structurant, a assuré jeudi à l’opposition lors de la poursuite du comité plénier portant sur le mégaprojet de 3,3 milliards $.   

Selon ce qui a été révélé la semaine dernière, quelque 148 carrefours se retrouveront avec une plateforme infranchissable pour les voitures sur les 23 km du tracé du tramway.   

Or, cette interdiction de traverser faite aux voitures ne s’appliquera pas aux véhicules «des premiers répondants», dont les camions de pompiers. «Ces véhicules pourront franchir la plateforme surélevée des carrefours non traversants», a fait savoir M. Genest.   

Cela dit, en se rendant d’urgence sur les lieux d'un incendie, les pompiers ne privilégieront pas un itinéraire qui passe par l'un de ces 148 carrefours. «Ce ne sera pas l’itinéraire d’urgence», a convenu M. Genest. 

Durant la phase de construction du tramway, de 2022 à 2026, la Ville et divers intervenants vont se concerter pour s’assurer de bien couvrir le territoire et de ne jamais nuire aux déplacements des véhicules d’urgence, a ajouté Marc des Rivières, directeur du Service du transport à la Ville de Québec.

Moins de voitures par ménage et des économies

D’autre part, dans la volumineuse étude d’impact, on découvre que la Ville prend pour hypothèse que la mise en place du Réseau structurant générera des économies de 410 millions $ pour les familles de Québec. 

C’est que le taux de possession des voitures passera, à terme, de 1,31 voiture par logis à 1,16, soit une baisse de 13%. «La présence d’un bon système de transport en commun permet à un ménage d’éviter l’achat d’une deuxième voiture», indique la municipalité. 

Aussi, «si l’on ajoute le fait que l’automobile et l’essence constituent les deux principaux produits d’importation du Québec (21% du total en 2017), on conçoit aisément que (...) la mise en place d’un Réseau structurant est de nature à générer des économies qui pourront être utilisées à d’autres fins par ceux-ci», fait-on remarquer.

Vitesse commerciale

Interrogé quant à «la vitesse commerciale» du tramway, M. Genest a indiqué que le bureau de projet travaille actuellement sur «un créneau de 21 à 23 km (à l’heure)». Comme le parcours du tramway sera long de de 23 km, il faudra donc autour d’une heure pour faire le trajet du terminus Lengendre au terminus Charlesbourg.

Daniel Genest ne s’est pas prononcé quant à la vitesse maximale que le tramway pourrait atteindre. Cela dit, il a confirmé qua la vitesse de pointe pourrait être enregistrée dans le secteur de Mendel, à Sainte-Foy, et dans les tunnels (qui font 3,5 km au total).