/news/health
Navigation

Près de 14 000 décès à cause des opioïdes depuis trois ans et demi au Canada

Près de 14 000 décès à cause des opioïdes depuis trois ans et demi au Canada

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Près de 14 000 personnes sont mortes à la suite d’une surdose présumée d’opioïdes au Canada depuis trois ans et demi, selon de nouvelles données publiées mercredi.

Ces données ont été publiées dans un nouveau rapport du Comité consultatif spécial fédéral, provincial et territorial mis en place pour étudier l'épidémie de surdoses d'opioïdes au Canada.

«Les données actualisées que nous publions aujourd'hui [mercredi] font ressortir la nécessité d'un engagement continu de la part de toutes les administrations à l'égard d'une approche globale et collaborative» peut-on lire.

Ainsi, de janvier à juin 2019, il y a eu 2142 décès associés à la consommation d’opioïdes au Canada. Le rapport indique qu’on comptait 202 décès au Québec pour cette même période, 937 en Ontario, 551 en Colombie-Britannique et 352 en Alberta pour les provinces les plus touchées.

Ces chiffres portent à 13 913 le nombre de personnes mortes à la suite d'une surdose présumée d'opioïdes au Canada depuis trois ans et demi, soit de janvier 2016 à juin 2019.

«Bon nombre de ces décès résultent de la contamination des drogues illégales par des substances toxiques. Le fentanyl et d'autres opioïdes synthétiques illégaux et très toxiques constituent encore l'une des principales causes de cette crise», ont déclaré les coprésidents du Comité consultatif, la docteure Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, et le docteur Saqib Shahab, médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, dans une déclaration commune.

Les données révèlent également que des milliers de Canadiens font encore chaque année des surdoses non mortelles, et des centaines de milliers d'autres ont une consommation problématique de substances. Entre janvier 2016 et mars 2019, 17 050 hospitalisations pour intoxication aux opioïdes sont survenues au pays.

«La crise des surdoses d'opioïdes est un problème complexe. Nous savons qu'il faudra du temps pour en venir à bout, estiment les docteurs Tam et Shahab. Pour apporter des changements importants et durables, nous devons travailler ensemble afin de faire évoluer toute la société. Il faut notamment lutter contre la stigmatisation associée à la consommation de substances, mettre en œuvre d'autres mesures de réduction des méfaits et réduire les obstacles au traitement. Il faut aussi poursuivre notre collaboration pour mieux comprendre les facteurs à l'origine de cette crise, comme la santé mentale et les facteurs sociaux et économiques qui font courir plus de risques aux Canadiens».