/sports/baseball/capitales
Navigation

Un autre Québécois s’ajoute à la formation des Capitales

Jonathan Lacroix, ancien de l’organisation des Astros, s’amène à Québec

Après avoir été libéré en juillet, Jonathan Lacroix avait été approché par le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, mais il avait préféré aller savourer ses derniers moments dans le baseball junior avec les Orioles de Montréal.
Photo d'archives Après avoir été libéré en juillet, Jonathan Lacroix avait été approché par le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, mais il avait préféré aller savourer ses derniers moments dans le baseball junior avec les Orioles de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Après la récente transaction pour obtenir David Glaude, les Capitales se tournent de nouveau vers un produit québécois. Libéré en juillet dernier de l’organisation des Astros de Houston, Jonathan Lacroix s’amène à Québec, où il entend renouer avec le plaisir de jouer au baseball.

C’est connu, tout n’est pas toujours rose en coulisses dans le monde parfois cruel du baseball affilié. Choisi en 12e ronde du repêchage du baseball majeur en 2017, le Montréalais a frappé pour ,240 avec 118 coups sûrs (dont 23 doubles et six coups de circuit), en plus de voler neuf buts à Quad Cities, au niveau A. Après avoir été libéré en juillet, il avait été approché par le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, mais Lacroix avait préféré aller savourer ses derniers moments dans le baseball junior avec les Orioles de Montréal.

Durant sa carrière avec eux, incluant à son retour l’été dernier, il a maintenu une retentissante moyenne de ,401. Lors des dernières séries, qui se sont soldées par une défaite en finale face aux Diamants de Québec, Lacroix s’était même offert une moyenne de ,500 en 18 matchs.

Entre ses deux séjours dans la LBJEQ, il a également évolué pour les Trojans de Seminole State College, en 2017.

« Ça fait un petit bout que je pensais à jouer pour les Capitales. C’est sûr que j’ai hâte. Je vais à Québec pour retrouver avant tout le plaisir de m’amuser. Je veux avoir du fun à jouer sans avoir à prouver quoi que ce soit », a indiqué le voltigeur, au téléphone.

Joueur régulier

Au-delà du plaisir, Lacroix espère s’imposer « comme un joueur clé au sein d’une équipe gagnante », dit-il.

Et justement, Scalabrini entend lui donner exactement cette occasion.

« Il peut contribuer dès le début. On parle d’un choix de 12e ronde qui a été très bon à son collège. Il a démontré qu’il est capable de produire en amenant de la puissance et de la vitesse. Je pense qu’en lui donnant l’opportunité de jouer tous les jours, il va éclore. C’est lui qui va dicter sa place dans l’alignement », a-t-il indiqué.

Enfin des Québécois

Pour la première saison des Capitales dans la ligue Frontier, Scalabrini se réjouit d’avoir été en mesure d’amener Glaude et Lacroix à bord, après des années de vaches maigres en ce qui a trait aux talents québécois dans le baseball indépendant.

« Ça me tient toujours à cœur, mais on n’avait pas l’occasion d’en signer. Jo, je le suivais depuis un bout, mais je comprenais très bien l’été passé quand il voulait aller finir ce qu’il avait commencé dans le junior. Il m’est revenu lui-même la semaine dernière en me demandant si l’offre tenait toujours. On est bien content », s’est exprimé le gérant.

Lacroix, pour sa part, anticipe déjà de se retrouver « dans une belle ville avec un stade où il y a toujours de l’ambiance. »