/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Bruno Landry: amoureux de cuisine généreuse

Dans la cuisine de Bruno Landry
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Bruno Landry est en feu en ce moment, l’homme est dans toutes les régions du Québec, au moment du lancement de son ouvrage Les dix commandements de Bruno Landry. Mais Bruno ne se prend pas pour le divin, il dispense la bonne parole partout avec ses conférences et offre des solutions au bonheur, grâce à l’art oratoire. Celui qui fut l’un des piliers du groupe Rock et Belles oreilles et une inspiration déjantée des chefs cuisiniers, avec son fameux personnage du chef Groleau, me rencontre au Central, un lieu unique. Bruno arrive joyeux et salue des amis présents ici et là. Il se prête au jeu des questions de gourmandise et nous révèle ses chouchous.

Questionnaire gourmand

Café ou thé ?

Premier commandement, je suis accro au café, donc, un double espresso pour démarrer la journée, et c’est tout. J’achète mon café à la Torrefactorie Saint-Eustache. Ça vaut vraiment le voyage, le café, torréfié sur place, est fantastique.

Beurre ou margarine ?

Avant, je mangeais de la margarine car je pensais que le beurre n’était pas vraiment recommandé. Maintenant que je connais les nuances, je me venge et je rattrape le temps perdu, je suis même, non pas pain et beurre, mais beurre avec pain (rire).

Fromage ou dessert ?

Fromage avec du pain et du beurre. Mais au restaurant, si c’est fromage ou dessert, je vais prendre un fromage et un supplément pour le dessert.

Viande ou poisson ?

J’aime beaucoup les deux, mais j’avoue manger plus de viande que de poisson. Au restaurant, je profite pour commander du poisson. Souvent, c’est réalisé par les chefs de façon magistrale, alors, je ne me gêne pas. À la maison, il m’arrive de faire du saumon, du thon aussi, comme un tataki que je cuis très peu et que je sers avec une petite sauce épicée. Mayonnaise, sauce soya, Sriracha et sésame.

Salade ou frites ?

J’adore les frites, mais je les remplace par la salade pratiquement tout le temps au restaurant. Il faut dire que j’adore la salade, alors ce n’est pas une punition.

Resto ou livraison ?

Je suis sincèrement plus resto que de me faire livrer de la nourriture. Je suis aussi beaucoup devant mon ordinateur à écrire des textes et des sketches, pour le Bye Bye entre autres, alors pour me libérer le cerveau, c’est bien agréable d’aller au restaurant.

Caramel ou chocolat ?

Le caramel à la fleur de sel, oh là là, je ne peux pas résister, surtout, le dulce de leche, miam.

Huile d’olive ou huile de canola ?

Huile d’olive, vraiment. Pour la cuisson, maintenant, j’utilise l’huile d’avocat.

Gâteau ou biscuit ?

Je suis un bec sucré, mais j’essaie depuis quelques années d’éviter un peu plus le sucre. Sinon, une petite part de gâteau, comme ça, je peux reprendre un deuxième petit morceau.

Gastro ou bistro ?

Au quotidien, bistro, car j’aime l’ambiance. Mais pour une occasion spéciale, comme dernièrement, j’invite mes amies de RBO à aller chez Toqué. Il faut quand même dire que la même expérience que Toqué, à New York ou Chicago me coûterait le double ou triple. On est chanceux, à Montréal.

Bière ou vin ?

Vin, je ne bois pas de bière.

Blanc ou rouge ?

Rouge en général. Mes régions vinicoles de prédilection sont le Chili et la Nouvelle-­Zélande, qui font de superbes pinots noirs, à prix plus doux que la Bourgogne, qui offre quand même des choses excep­tionnelles, mais souvent onéreuses. J’ai été beaucoup cabernet-sauvignon, mais avec l’âge, je me tourne vers des vins moins puissants en tannins, mais expressifs tout de même avec le pinot noir, comme ceux de l’Oregon.

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Bulles, je supporte moins les alcools forts, même s’ils sont mixés pour un cocktail. Donc, bulles.

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

C’est mon téléphone intelligent. Je m’en sers tout le temps lorsque je suis dans ma cuisine, car j’ai toutes les options possibles, un clic, une réponse.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite­­­, c’est quoi ?

Si nous ne sommes pas nombreux, je vais faire des petites choses simples et savoureuses, où tout le monde pigera dans les plats. Si nous sommes plus nombreux, le stress et l’insécurité entrent en jeu et je préfère donc dans ce cas-là demander les services d’un traiteur. En plus, comme ça, je vais être avec mes invités et amis.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Mon pâté chinois, mais pas un pâté chinois habituel, là, un vrai de compétition. On m’a déjà dit que c’était le meilleur pâté chinois qu’ils ont mangé de leur vie. Donc, dans mes pommes de terre, j’ajoute des oignons cuits, puis, parmesan, beurre, beaucoup de beurre, de la crème, poivre et ail. Ça, c’est juste pour les patates. Ensuite, la viande, mélange de bœuf et porc avec de la moutarde forte, poivron rouge et des champignons cuits au beurre. Je rajoute, une autre couche de champignons sur le dessus de la viande, puis très peu de blé d’Inde en crème et la encore les patates, le tout gratiné pour finir avec un fromage à pâte ferme. Salade avec une bonne vinaigrette maison, le bonheur est dans la maison.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Mon Dieu, oui ! Un jour, j’ai fait un rôti de palette à la mijoteuse. C’était tellement dur, pas mangeable. Trop de liquide dans ma préparation, c’était bouilli, j’avais pourtant tout suivi la recette à la lettre et ce fut une catastrophe. Je l’ai refait un jour, mais cette fois-ci au four et c’était un délice. Mais bon, mes amis se moquent de moi, car je suis aussi capable de rater mes toasts.

Lorsque tu vas dans un restaurant, as-tu un réflexe de choix ?

Si Bruno Landry apprécie la cuisine végétarienne, la cuisse de canard confite reste son plat préféré.
Photo Adobe Stock
Si Bruno Landry apprécie la cuisine végétarienne, la cuisse de canard confite reste son plat préféré.

Le poisson, selon arrivage. Sinon, si je suis dans un très bon steak house, une belle pièce de viande rouge, mais mon chouchou, généralement, c’est la cuisse de canard confite.

Ça sentait quoi, chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit ?

Ça sentait la croustade aux pommes. Nous étions quatre garçons et une fille et le premier qui arrivait à la maison dévorait la croustade, c’était merveilleux avec un peu de crème. L’odeur embaumait la maison.

Fromage préféré ?

Ce n’est pas pour faire rire les gens, mais on ne parle jamais du fromage en grains et moi j’adore ça, c’est très bon avec beaucoup d’accompagnements. Sinon, le Cheval de L’Isle et le Migneron.

Carnets d’adresses

Tes restos préférés ?

  • Brasserie T !. L’express. Le Petit Extra.
  • Nouveau Delhi, rue Wellington, à Verdun.
  • Itamea pour les sushis, rue Beaubien, dans l’est de Montréal.
  • Restaurant Cabotins, à Montréal. Accords le Bistro, Quartier des spectacles.

Resto préféré pour sortir en tête à tête ?

  • Toqué. Sinon, Le Wellington à Verdun, un « apportez votre vin ».
  • Restaurant Cabotins, à Montréal.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

  • Sur chemin Chambly, à Longueuil, La Maison afghane.