/opinion/columnists
Navigation

Scheer quitte la tête basse

Coup d'oeil sur cet article

« C’est grâce à vous, devant moi, que Justin Trudeau est maintenant minoritaire ! » clamait Andrew Scheer.

C’était la semaine dernière, lors du caucus conservateur qui marquait le retour à la Chambre des communes. On pouvait presque entendre les élus réfléchir et dire « et c’est grâce à toi, Andrew, si Justin Trudeau est encore premier ministre... »

Car c’est ça qui a fait le plus mal au chef conservateur. C’est cette impression de rendez-vous raté. Les libéraux étaient rendus loin derrière les taux de popularité stratosphériques qu’avait connus jadis le chef libéral.

Les scandales et controverses semblaient paver la voie vers le pouvoir. Mais il n’en fut rien. C’est pourquoi, autant dans l’Est meurtri que dans l’Ouest victorieux, la défaite avait un goût particulièrement amer.

Inévitable

Je l’écrivais dès le lendemain de l’élection. Le fait que les bleus n’avaient aucune raison de croire que le résultat serait différent avec Scheer à la barre dans les quelque 18 mois qui nous séparent probablement du prochain scrutin rendait le destin de ce dernier inévitable.

Malheureusement, il aura attendu deux longs mois avant de reconnaître l’évidence. Plutôt que de partir la tête haute, il laissera l’impression d’un chef déchu qui a vainement et pathétiquement tenté de s’accrocher. Ç’aurait été pire s’il avait attendu le vote de confiance du congrès d’avril, mais tout de même, Andrew Scheer a franchement manqué sa sortie.

Avenir

Le Parti conservateur doit maintenant se tourner vers l’avenir. Comme me le faisait remarquer un élu du parti, il y a essentiellement trois critères qui devraient dicter le choix des militants : tout d’abord, un bilinguisme sans reproche. Ensuite, des positions claires et consensuelles sur les grands enjeux sociaux. Finalement, la provenance de l’Est du pays, soit de l’Ontario, du Québec ou des Maritimes, serait plus que souhaitable.

D’emblée, on peut dire que cette course précipitée sera fort intéressante. Parions que Justin Trudeau en sera un spectateur fort attentif.