/world/usa
Navigation

Battu, ce gouverneur accorde son pardon à des centaines de personnes, dont des criminels, avant de partir

Battu, ce gouverneur accorde son pardon à des centaines de personnes, dont des criminels, avant de partir
AFP

Coup d'oeil sur cet article

FRANKFORT, Kentucky – Avant de finir son mandat comme gouverneur du Kentucky, Matt Bevin n’a pas trouvé mieux que d’accorder des centaines de pardons, incluant à des gens reconnus coupables de meurtres et d’agressions sexuelles sur des mineurs.

Plaidant l’importance d’avoir une seconde chance, le républicain Matt Bevin, 52 ans, a choisi de gracier plusieurs prisonniers, comme il est parfois coutume aux États-Unis. Sauf qu’il n’y est pas allé dans la dentelle.

Selon CNN, qui cite le site de l’État, pas moins de 161 réhabilitations et 419 commutations de peines ont été octroyées le 11 décembre, dont 336 personnes purgeant des peines uniquement pour des délits liés à la drogue.

Parmi les prisonniers graciés, il y a des profils comme Blake Walker, qui a tué ses parents en 2013, une femme qui a laissé mourir son nouveau-né, ainsi que deux hommes reconnus coupables de l’agression sexuelle d’un garçon de 15 ans et d’un enfant de 9 ans.

Il y a aussi le cas de Patrick Brian Baker, qui a été reconnu coupable d'un homicide, et dont le frère et la belle-sœur ont recueilli 21 500 $ lors d'une collecte de fonds pour l’ex-gouverneur l'année dernière. Le couple aurait également fait don de 4000 $ à la campagne de Bevin. Baker a été gracié, alors qu’il n’avait purgé que deux ans sur une peine de 19 ans.

L’annonce de ces pardons a été fortement critiquée par les familles des victimes, qui se sont dites choquées par la mesure.

«Ce que le gouverneur a fait est une atrocité absolue», a notamment déploré l’avocat Jackie Steele, estimant que cette décision «mettait en danger la communauté».

De son côté, Matt Bevin s’est justifié longuement sur Twitter dans une série de 20 messages.

«L'Amérique est une nation qui a été établie avec une compréhension et un soutien pour le rachat et la deuxième chance, a-t-il dit notamment. Le système de justice pénale vise à trouver le juste équilibre entre justice pour les victimes et réadaptation pour les délinquants.»

Malgré le soutien du président américain Donald Trump, Matt Bevin a été battu aux élections de novembre dernier par le démocrate Andy Beshea, 42 ans.