/news/currentevents
Navigation

Arrestation d’un chauffeur de camion de Kanesatake : Les douaniers américains saisissent plus 166 kg de cocaïne

Coup d'oeil sur cet article

Un chauffeur de camion de Kanesatake se retrouve dans l’eau chaude après la saisie par les autorités américaines de plus de 166 kilogrammes de cocaïne cachés dans son véhicule alors qu’il s’apprêtait à rentrer au Canada.

Lorsque Jason Nelson, un membre de la communauté mohawk située à l’ouest de Montréal, a été intercepté une première fois par des agents américains le 5 décembre vers 14 h 45, à Alexandria Bay, dans l’État de New York, un chien renifleur avait détecté une odeur suspecte, mais l’inspection du véhicule immatriculé au Québec n’avait rien donné. Un compartiment secret avait toutefois été localisé, mais était vide.

Nelson a indiqué qu’il ne transportait que des meubles, a rapporté le journal local «Times Union», citant des documents de cour. La marchandise qui venait du Canada s’en allait en Pennsylvanie.

Sauf que deux jours plus tard, il a été intercepté de nouveau, toujours par des douaniers américains, vers 1 h 25, cette fois au poste frontière de Derby Line, dans le Vermont, alors qu’il s’apprêtait à entrer en territoire canadien. Il a alors confié aux agents que le camion était vide. Mais cette fois, lors de l’inspection, pas moins de 142 paquets sous la forme de briques ont été découverts dans le fameux compartiment.

La valeur de la saisie serait, selon le «Times Union» qui cite un responsable des forces de l’ordre, de près de 5 millions $ US à environ 6,7 millions $ US (d’environ 6,6 millions $ CAN à 8,8 millions $ CAN).

Jason Nelson a été formellement accusé de possession avec intention de vendre de la cocaïne lundi dernier devant un juge américain, à Plattsburgh. Il demeurera détenu jusqu’à son retour devant la cour la semaine prochaine.

L’homme a le complet soutien du Grand Chef de Kanesatake, Serge Otsi Simon, qui n’arrive pas à croire que ce membre de sa communauté qu’il connaît depuis une vingtaine d’années ait pu faire une chose pareille.

«Quand on a eu la nouvelle, moi et mon conseil, on s’est dit : ‘non, c’est impossible. Il n’aurait jamais fait ça intentionnellement’», a dit M. Simon, joint par l’Agence QMI, samedi soir.

«Personnellement, je crois que ce sont peut-être des individus à l’intérieur de la compagnie de camionnage qui ont modifié le véhicule et profité de lui et du véhicule, sans que les dirigeants de la compagnie ne le sachent, c’est une possibilité. Ce n’est pas dans son caractère de faire des choses comme ça.»

Le Grand Chef Simon a ajouté que Jason Nelson – qui est âgé dans la quarantaine - a toujours fait beaucoup pour la communauté, notamment auprès des jeunes joueurs de crosse de Kanesatake et des aînés chez qui il va pelleter l’hiver «sans demander une cenne».

«Ce n’est pas le premier trucker à être utilisé de cette façon-là et ce n’est pas le dernier», a ajouté M. Simon.

Il a mentionné qu’il a rédigé une lettre à la défense de Jason Nelson qui sera transmise dès lundi au juge américain responsable du dossier.