/weekend
Navigation

Voici nos 25 romans marquants de l'année 2019

Coup d'oeil sur cet article

En 2019, une quantité phénoménale de romans très intéressants a été publiée, tant au Québec qu’ailleurs dans la francophonie. Histoires d’amour, aventures palpitantes, romans historiques, polars, thrillers... il y a vraiment eu de tout. En voici quelques-uns qui, par leur originalité, leur qualité, leur intensité, leur propos, méritent des applaudissements!    

Ta mort à moi  

<strong><em>TA MORT À MOI</em><br>David Goudreault,<br>Éditions Stanké, 344 pages</strong>
Photo courtoisie
TA MORT À MOI
David Goudreault,
Éditions Stanké, 344 pages

Cet écrivain talentueux explore le thème de fatalité autour de la vie mouvementée d’une poète dont la vie déraille, dans son nouveau roman, Ta mort à moi. À travers une intrigue au rythme soutenu, où la rédemption n’existe pas, il rend hommage aux grands noms de la littérature, en particulier à ceux qui ont été les plus tourmentés. (M-F.B.)      

Personne n’a peur des gens qui sourient  

<strong><em>PERSONNE N’A PEUR DES GENS QUI SOURIENT</em><br>Véronique Ovaldé,<br>Éditions Flammarion, 270 pages</strong>
Photo courtoisie
PERSONNE N’A PEUR DES GENS QUI SOURIENT
Véronique Ovaldé,
Éditions Flammarion, 270 pages

N’allez surtout pas croire que c’est parce qu’on fait partie des fans inconditionnels de Véronique Ovaldé qu’on a absolument tenu à parler ici de ce roman. Racontant l’histoire de Gloria, une mère prête à tout pour mettre ses deux filles à l’abri du danger, on a en fait très vite été surpris. Non seulement parce que cette femme fuira arme au poing dans un coin perdu d’Alsace, mais parce qu’elle ne tardera pas à nous rappeler pourquoi il faut toujours se méfier des apparences. (K.V.)      

Ceux de là-bas  

<strong><em>CEUX DE LÀ-BAS</em><br>Patrick Senécal, <br>Éditions Alire, 544 pages</strong>
Photo courtoisie
CEUX DE LÀ-BAS
Patrick Senécal,
Éditions Alire, 544 pages

Patrick Senécal est revenu cet automne à un genre qu’il maîtrise totalement – le thriller fantastique. Il propose à la fois une réflexion sur la mort et une histoire de peur qui flirte avec le fantastique. Encore une fois, il tient son pari : écrire une bonne histoire, haletante, qui divertit et fait réfléchir. La nouvelle série Patrick Senécal présente sera diffusée sur illico en octobre prochain. (M-F.B.)        

Le bal des folles  

<strong><em>LE BAL DES FOLLES</em><br>Victoria Mas,<br>Éditions Albin Michel, 256 Pages</strong>
Photo courtoisie
LE BAL DES FOLLES
Victoria Mas,
Éditions Albin Michel, 256 Pages

Avec ce premier roman, la fille de la chanteuse française Jeanne Mas nous convie à un très curieux bal costumé. Celui que le célèbre neurologue Jean-Martin Charcot a, dès 1885, organisé chaque année à la Salpêtrière pour faire d’une pierre deux coups : égayer ses patientes aliénées et divertir le Tout-Paris. Entreront ainsi dans la danse quatre femmes dont les destins seront encore plus dingues que ce qu’on peut imaginer. (K.V.)       

Anna et l’enfant-vieillard  

<strong><em>ANNA ET L’ENFANT-VIEILLARD</em><br>Francine Ruel,<br>Éditions Libre Expression, 200 pages</strong>
Photo courtoisie
ANNA ET L’ENFANT-VIEILLARD
Francine Ruel,
Éditions Libre Expression, 200 pages

Après avoir gardé le silence pendant des décennies, la comédienne et écrivaine Francine Ruel a levé le voile, avec beaucoup d’émotion, sur une situation qui la touche personnellement : l’itinérance de son fils. À travers le personnage d’Anna, elle raconte l’insoutenable réalité d’une mère qui doit faire le deuil d’un enfant vivant. (M-F.B.)      

Lovecraft Country  

<strong><em>LOVECRAFT COUNTRY</em><br>Matt Ruff,<br>Éditions Presses de la Cité, 496 pages</strong>
Photo courtoisie
LOVECRAFT COUNTRY
Matt Ruff,
Éditions Presses de la Cité, 496 pages

De tous les romans qu’on a lus cette année, c’est sans conteste le plus original et le plus farfelu. Les shoggoths de H. P. Lovecraft sont même de la partie, seule explication possible à toutes les disparitions qui ont lieu aux environs d’Ardham, un patelin ultra raciste du Massachusetts. Dans les années 1950, Atticus Turner tentera d’ailleurs d’y retrouver son vieux père... sans se douter qu’il y verra bien pire que ces monstres. Un régal. (K.V.)      

L’évasion d’Arthur ou la commune d’Hochelaga  

<strong><em>L’ÉVASION D’ARTHUR OU LA COMMUNE D’HOCHELAGA</em><br>Simon Leduc,<br>Le Quartanier, 342 pages</strong>
Photo courtoisie
L’ÉVASION D’ARTHUR OU LA COMMUNE D’HOCHELAGA
Simon Leduc,
Le Quartanier, 342 pages

Une école désaffectée du quartier montréalais d’Hochelaga cache une vibrante commune qui veut changer le monde. Arthur, 10 ans, y arrive par hasard, s’y fait ami avec le géant Barbe bleue et y vivra des aventures extravagantes, commentées en prime par l’auteur! C’est fou, ironique, politique, et surtout attachant. (J.B.)      

La mort de Roi  

<strong><em>LA MORT DE ROI</em><br>Gabrielle Lisa Collard,<br>Le Cheval d’août, 144 pages</strong>
Photo courtoisie
LA MORT DE ROI
Gabrielle Lisa Collard,
Le Cheval d’août, 144 pages

Maintenant que son chien adoré est mort, une jeune femme laisse libre cours à sa colère. Elle a des humiliations à venger et elle le fera avec cruauté, mais non sans états d’âme. Un contraste qui fait toute la force de frappe de ce roman iconoclaste et saisissant. (J.B.)        

Les Testaments  

<strong><em>LES TESTAMENTS</em><br>Margaret Atwood,<br>Éditions Robert Laffont, 552 pages</strong>
Photo courtoisie
LES TESTAMENTS
Margaret Atwood,
Éditions Robert Laffont, 552 pages

Suite très attendue de La Servante écarlate, ce roman éblouissant, récompensé du prestigieux prix Booker, raconte ce qui arrive à Defred, 15 ans plus tard. À travers le témoignage percutant de trois narratrices, Margaret Atwood entraîne de nouveau ses lecteurs dans l’univers détraqué et oppressant de Gilead. Les questions restées en suspens dans La Servante écarlate, adapté en série télé diffusée sur Illico, trouvent des réponses. (M-F.B.)      

Sauvage  

<strong><em>SAUVAGE</em><br>Jamey Bradbury,<br>Éditions Gallmeister, 320 pages</strong>
Photo courtoisie
SAUVAGE
Jamey Bradbury,
Éditions Gallmeister, 320 pages

Ça a été notre gros coup de cœur du printemps... même si l’essentiel de l’intrigue se déroule en plein hiver! Alors bienvenue en Alaska, où toute la famille Petrikoff ne vit que pour les courses de traîneaux à chiens. Le père a longtemps été l’un des plus célèbres mushers de la région et sa fille Tracy, 17 ans, rêve de pouvoir participer sous peu à l’Iditarod Trail Sled Dog Race. Mais comme elle possède un très étrange don, rien ne sera gagné d’avance... (K.V.)      

Ghetto X  

<strong><em>GHETTO X</em><br>Martin Michaud,<br>Éditions Libre Expression, 552 pages</strong>
Photo courtoisie
GHETTO X
Martin Michaud,
Éditions Libre Expression, 552 pages

Avec le succès des thrillers et de la série télé, qui a cumulé plus de 4,5 millions de visionnements sur Club illico, beaucoup de fans attendaient avec impatience une nouvelle enquête de Victor Lessard. C’est chose faite avec Ghetto X. Palpitant, finement découpé comme une bonne série télé, intelligent, très intense, ce nouveau thriller est un must. (M-F.B.)      

La tentation  

<strong><em>LA TENTATION</em><br>Luc Lang,<br>Éditions Stock, 360 pages </strong>
Photo courtoisie
LA TENTATION
Luc Lang,
Éditions Stock, 360 pages

En lice pour plusieurs prix, ce roman a fini par remporter le Médicis. Une bonne chose, car l’histoire qu’il raconte nous a tout simplement bouleversés. Elle met en scène François Rey, un chirurgien de 56 ans qui a tout pour lui. Belle femme, beaux enfants, belle carrière, belles maisons. Mais le jour où, l’œil collé à la lunette de son fusil, il fera feu sur un magnifique cerf à seize cors, c’est à toute sa belle vie qu’il pourra dire adieu. (K.V.)        

Le cœur en bandoulière  

<strong><em>LE CŒUR EN BANDOULIÈRE</em><br>Michel Tremblay, <br>Éditions Leméac, 144 pages</strong>
Photo courtoisie
LE CŒUR EN BANDOULIÈRE
Michel Tremblay,
Éditions Leméac, 144 pages

Inspiré, imaginatif, toujours aussi fin observateur des travers humains, Michel Tremblay a publié cet automne Le cœur en bandoulière, un roman hybride qui marie savamment le roman et le théâtre. Il y rend hommage à l’écrivain et dramaturge russe Anton Tchekhov et à la beauté des couchers de soleil de Key West, où il habite depuis presque trois décennies. (M-F.B.)      

L’albatros et la mésange  

<strong><em>L’ALBATROS ET LA MÉSANGE</em><br>Dominique Demers,<br>Éditions Québec Amérique, 400 pages</strong>
Photo courtoisie
L’ALBATROS ET LA MÉSANGE
Dominique Demers,
Éditions Québec Amérique, 400 pages

Avec sa plume inimitable, sensible et réaliste, Dominique Demers examine le quotidien difficile d’un adolescent surdoué, Jean-Baptiste, et celui de Mélodie, une adolescente déchirée par une peine d’amour. Ils s’apprivoisent, tout en veillant à la sauvegarde des oiseaux qui trouvent refuge dans les grands arbres du Mont-Royal. Le roman est lauréat du Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie Littérature jeunesse. (M-F.B.)        

La vie secrète des écrivains  

<strong><em>LA VIE SECRÈTE DES ÉCRIVAINS</em><br>Guillaume Musso,<br>Éditions Calmann-Levy, 350 pages</strong>
Photo courtoisie
LA VIE SECRÈTE DES ÉCRIVAINS
Guillaume Musso,
Éditions Calmann-Levy, 350 pages

Que se passe-t-il lorsqu’une jeune journaliste particulièrement motivée s’entête à découvrir pourquoi un écrivain à succès vit en ermite depuis des années dans une petite île de la Méditerranée ? Dans La Vie secrète des écrivains, l’écrivain français Guillaume Musso propose une intrigue superbement ficelée – un thriller intime, dit-il – qui garde le lecteur rivé sur les pages du livre... jusqu’à la toute fin. Du travail de maître. (M-F.B.)      

Expiations  

<strong><em>EXPIATIONS</em><br>Kanae Minato,<br>Éditions Atelier Akatombo, 240 pages</strong>
Photo courtoisie
EXPIATIONS
Kanae Minato,
Éditions Atelier Akatombo, 240 pages

En ouvrant ce très noir roman, on ne s’attendait pas du tout à avoir pareil coup de cœur. Au-delà de son petit côté exotique – l’histoire se passe au Japon, dans une bourgade dont l’air serait le plus pur du pays –, elle nous confronte rapidement à la tragique destinée de quatre gamines qui, l’année de leurs 10 ans, retrouveront le cadavre de leur amie Emeri dans les vestiaires de l’école. Un traumatisme, certes, mais comparé à ce qu’elles devront bientôt subir à cause de la mère d’Emeri, ça ne sera presque rien... (K.V.)        

Le Ghetto intérieur  

<strong><em>LE GHETTO INTÉRIEUR</em><br>Santiago H. Amigorena,<br>Éditions P.O.L, 192 pages</strong>
Photo courtoisie
LE GHETTO INTÉRIEUR
Santiago H. Amigorena,
Éditions P.O.L, 192 pages

Dans ce livre, on découvre l’histoire de Vicente--- Rosenberg, un homme qui, en 1928, prendra le bateau pour aller vivre à Buenos Aires. Il laissera ainsi à Varsovie sa mère, son frère et sa sœur. Ce qui ne le dérangera pas outre mesure, puisqu’il ne tardera pas à fonder sa propre famille. Mais dès que la Seconde Guerre mondiale éclatera, il en ira tout autrement. Lorsqu’on vit à des milliers de kilomètres de la tourmente, comment savoir si ceux qu’on aime se portent bien? Oui, une histoire particulièrement touchante. (K.V.)      

Le Mammouth  

<strong><em>LE MAMMOUTH</em><br>Pierre Samson,<br>Héliotrope, 364 pages</strong>
Photo courtoisie
LE MAMMOUTH
Pierre Samson,
Héliotrope, 364 pages

Dans le Montréal de 1933, Nikita Zynchuck, Ukrainien et chômeur, est assassiné alors qu’il est pris au piège d’une intervention policière pour loyer impayé. L’auteur a fait de cette histoire véridique un roman sur la misère des immigrants et la lutte pour les défendre. Un portrait méconnu du passé, livré de manière remarquable. (J.B.)        

Traverser la nuit       

<strong><em>TRAVERSER LA NUIT</em><br>Marie Laberge,<br>Éditions Québec Amérique, 184 pages</strong>
Photo courtoisie
TRAVERSER LA NUIT
Marie Laberge,
Éditions Québec Amérique, 184 pages

Dans ce roman court, percutant, où les émotions sont à fleur de peau, la talentueuse écrivaine dépeint la vulnérabilité d’une femme très âgée, malade mais combative, et la lente renaissance de celle qui en prend soin. Cette rencontre entre une guerrière alitée et une femme mutique qui n’attend plus rien de la vie s’avère finalement très puissante, et porteuse d’importants messages. (M-F.B.)      

Les Foley  

<strong><em>LES FOLEY</em><br>Annie-Claude Thériault,<br>Marchand de feuilles, 296 pages</strong>
Photo courtoisie
LES FOLEY
Annie-Claude Thériault,
Marchand de feuilles, 296 pages

Cinq récits qui se succèdent, mettant chacun en valeur une descendante de la famille Foley, qui a fui l’Irlande en 1847 pour s’installer en Acadie. Cent ans d’histoires de femmes fortes, qui cherchent à résister au malheur en s’accro-chant aux beautés de la vie. Le trait est délicat et l’écriture somptueuse. (J.B.)      

Ici n’est plus ici  

<strong><em>ICI N’EST PLUS ICI</em><br>Tommy Orange,<br>Éditions Albin Michel, 352 pages</strong>
Photo courtoisie
ICI N’EST PLUS ICI
Tommy Orange,
Éditions Albin Michel, 352 pages

Aux États-Unis, les soldats et les colons se sont comportés comme de vrais sauvages envers les Indiens. Résultat ? Cinq cents ans de campagne génocidaire qui ont obligé la plupart d’entre eux à se fondre à la population des villes. À Oakland, Californie, on peut ainsi croiser les nombreux descendants des tribus cheyennes et arapahos. Et dans ce livre qui a bruyamment été acclamé de l’autre côté de la frontière, on découvrira coûte que coûte ce qu’ils sont devenus bien malgré eux. (K.V.)       

Les abysses  

<strong><em>LES ABYSSES</em><br>Biz,<br>Éditions Leméac, 144 pages</strong>
Photo courtoisie
LES ABYSSES
Biz,
Éditions Leméac, 144 pages

Campé sur la Côte-Nord, entre le fleuve et ses profondeurs insondables et sa forêt dense, ce roman policier de Biz, membre du groupe Loco Locass, est captivant à souhait. Il raconte les circonstances entourant le meurtre d’un chasseur américain par celui qu’on surnomme dans le livre «le boucher de Baie-Comeau». Un suspense glaçant comme le fleuve Saint-Laurent en hiver. (M-F.B.)        

Les choses humaines  

<strong><em>LES CHOSES HUMAINES</em><br>Karine Tuil,<br>Éditions Gallimard, 352 pages</strong>
Photo courtoisie
LES CHOSES HUMAINES
Karine Tuil,
Éditions Gallimard, 352 pages

Le Goncourt des lycéens lui a peut-être été attribué, mais à notre avis il aurait mérité plus. Voici pourquoi. Après avoir tour à tour épousé un célèbre journaliste de presque 30 ans son aîné et parfaitement rempli son rôle de mère, Claire a décidé qu’il était grand temps pour elle d’aller voir ailleurs. Un ailleurs qui a pour nom Adam Wizman, et qui aurait pu lui permettre de revisiter la notion de bonheur si une accusation de viol n’avait pas été portée. On n’en dit pas davantage, afin de se laisser la place d’ajouter que l’auteure a vraiment un superbe style. (K.V.)       

L’empreinte  

<strong><em>L’EMPREINTE</em><br>Alexandria Marzano-Lesnevich,<br>Éditions Sonatine, 480 pages</strong>
Photo courtoisie
L’EMPREINTE
Alexandria Marzano-Lesnevich,
Éditions Sonatine, 480 pages

À mi-chemin entre le reportage, l’autobiographie et le thriller, un livre qui porte très bien son nom : impossible de le lire sans qu’il nous marque profondément. En expliquant ce qui l’a poussée à suivre de près l’affaire du petit Jeremy Guillory – qui a été étranglé par Ricky Langley, un délinquant sexuel en liberté conditionnelle –, l’Américaine Alexandria Marzano-Lesnevich raconte également les horreurs qu’elle a subies durant son enfance à cause d’un vieux grand-père libidineux. Le résultat est aussi captivant qu’obsédant. (K.V.)      

La trajectoire des confettis  

<strong><em>LA TRAJECTOIRE DES CONFETTIS</em><br>Marie-ève Thuot,<br>Les Herbes Rouges, 624 pages</strong>
Photo courtoisie
LA TRAJECTOIRE DES CONFETTIS
Marie-ève Thuot,
Les Herbes Rouges, 624 pages

On est soufflé par la puissance de ce roman, qui parle de féminisme en suivant quatre hommes d’une même famille. Leurs amours sont compliquées, et c’est l’occasion de remettre en question les normes sociales encadrant la sexualité féminine, hier comme aujourd’hui. Le récit trouble et instruit, et l’auteure a du génie. (J.B.)