/finance/business
Navigation

Robert Jeffrey Orr devient le numéro un de Power Corporation

Coup d'oeil sur cet article

Avec le changement de garde qui s’opère chez Power Corporation, Robert Jeffrey Orr prend du galon en devenant le grand patron de la nouvelle entreprise réorganisée.

« C’est l’histoire d’une évolution et d’une continuité », a indiqué vendredi M. Orr lors d’une conférence téléphonique avec les analystes, précisant que les frères Desmarais « allaient continuer à être actifs ».

Âgé de 61 ans, bilingue, M. Orr connaît très bien la structure de Power Corporation : il travaille depuis le début des années 2000 au sein de sa haute direction.

Robert Jeffrey Orr était jusqu’à maintenant président et chef de la direction de la Financière Power, une filiale créée en 1984 et elle-même aujourd’hui inscrite en Bourse.

Silence autour de Paul Desmarais III

Bien que la famille Desmarais demeure l’actionnaire de contrôle de Power Corporation, la réorganisation de l’entreprise ne fait pas mention du statut futur de Paul Desmarais III.

Ce dernier, âgé de 37 ans et fils de Paul Desmarais Jr, continuera d’occuper un siège de premier vice-président au sein de Power Corporation, alors qu’il veille à la croissance de la filiale technologique Wealth Simple (robots conseillers) et du fonds Sagard Holdings.

Notons que Sagard Holdings a fait perdre 63 millions $ à Power Corporation l’an dernier, le pire résultat du fonds depuis sa création.

Depuis 2005, Power a encaissé des profits de 27 millions $ avec Sagard Holdings, ce qui représente à peine 4,4 % des 616 millions $ investis au fil des ans. 

En conférence téléphonique hier avec les analystes, M. Orr a indiqué que Paul Desmarais III et Olivier Desmarais (fils d’André Desmarais) continueront à évoluer à leurs postes respectifs au sein de l’entreprise.

Olivier Desmarais occupe également un poste de premier vice-président chez Power Corporation.

Par le passé, il a également occupé un poste d’administrateur et de directeur au sein du groupe Square Victoria Communications qui possédait notamment la filiale de journaux Gesca, dont La Presse et Le Soleil font partie