/auto/reviews
Navigation

Chez Subaru, il n’y a pas plus gros

1216 - AUTO - Chronique JB
Photo courtoisie L’Ascent est le plus gros véhicule de la gamme Subaru. Il se compare au Toyota Highlander et au Ford Explorer.

Coup d'oeil sur cet article

Pour mieux répondre aux besoins des acheteurs, Subaru propose l’Ascent, son plus gros VUS à ce jour. La popularité croissante de ce véhicule polyvalent confirme l’intérêt indéniable qu’il présente dans son créneau.

Évidemment, ce nouveau venu vise l’acheteur typique d’un Toyota Highlander, un Dodge Durango ou un Ford Explorer, les trois modèles qui dominent actuellement le créneau de ces gros utilitaires, qui ont trois rangées de sièges. Un créneau par ailleurs très fourni qui, outre l’Ascent, a vu arriver récemment trois autres nouveautés attrayantes : le Volkswagen Atlas (quatrième au palmarès des ventes de cette catégorie), le Hyundai Palisade et le Kia Telluride.

Pour sa part, l’Ascent est offert par les concessionnaires canadiens de la marque depuis juillet 2018. En aussi peu de temps, il a réussi à se hisser au cinquième rang des ventes de Subaru, loin derrière, il faut l’admettre, les Crosstrek, Forester, Outback et Impreza (dans l’ordre). Par contre, aux États-Unis, il est devenu le quatrième modèle le plus vendu de la gamme de ce constructeur nippon... loin devant l’Impreza. Une situation qui reflète la demande plus forte pour ce genre de véhicule chez nos voisins du sud.  

DES RAFFINEMENTS POUR 2020

En escamotant 
tous les dossiers, 
on obtient une 
vaste surface de 
chargement plate.
Photo courtoisie
En escamotant tous les dossiers, on obtient une vaste surface de chargement plate.

Apprécié pour son habitacle spacieux et polyvalent, l’Ascent 2020 bénéficie de certains raffinements destinés à faciliter la vie de ses utilisateurs. Je pense, par exemple, au nouvel interrupteur d’éclairage intérieur monotouche, au bouton sur le hayon qui actionne sa fermeture et, du même coup, permet de verrouiller toutes les portes, ou encore aux rétroviseurs extérieurs rabattables à commande électrique (particularité réservée à la version haut de gamme Premier, précisons-le). Cet utilitaire dispose aussi désormais d’un dispositif de sécurité rappelant au conducteur de jeter un coup d’œil derrière au cas où quelqu’un aurait été « oublié » ! C’est une première pour Subaru.

La silhouette d’allure traditionnelle de ce véhicule plaît. Elle l’assimile beaucoup au Honda Pilot, un modèle populaire de sa catégorie. Il a d’ailleurs des dimensions aussi généreuses, qui en font le plus gros véhicule jamais fabriqué par Subaru; un véhicule dans lequel on a réussi à aménager 19 porte-gobelets !

Quatre versions figurent au catalogue : l’Ascent Commodité d’entrée de gamme, les versions Tourisme et Limited mieux équipées et, enfin, la version Premier, la plus cossue du lot. Les trois versions plus abordables sont livrées avec une banquette divisée (60/40) à trois places au centre et derrière. Naturellement, la banquette arrière convient mieux à de jeunes enfants qu’à des adultes, l’espace pour les pieds et les jambes y étant limité. Par ailleurs, des sièges baquets (ou « Capitaine »), semblables à ceux qu’a la version Premier pour sa rangée centrale, figurent parmi les options des Ascent Tourisme et Limited (500 $). 

DOTATION DE SÉRIE GÉNÉREUSE

L’Ascent a un habitacle spacieux et un coffre
 transformable au volume utile important.
Photo courtoisie
L’Ascent a un habitacle spacieux et un coffre transformable au volume utile important.

Chacune de ces versions partage une dotation de série très convenable comprenant, entre autres, des sièges avant chauffants, un climatiseur à trois zones, une caméra arrière et les systèmes d’infodivertissement CarPlay d’Apple et Android Auto. 

Les acheteurs des versions Tourisme, Limited et Premier bénéficient, pour leur part, d’un hayon à commande électrique, d’un toit vitré panoramique et d’un rideau cache-bagage pour le coffre, trois particularités prisées. De plus, les deux versions plus luxueuses partagent des roues en alliage d’aluminium de 20 po certes très seyantes, mais plus coûteuses à chausser de pneus d’hiver que les roues de 18 po des deux autres versions.

Subaru dote aussi l’Ascent d’un ensemble très fourni de dispositifs d’aide à la conduite appelé EyeSight. Il comprend, entre autres, un des régulateurs de vitesse adaptatifs les plus souples et les plus agréables à utiliser; un régal pour les grands périples. Il est dommage, toutefois, que cet ensemble n’inclue pas, pour la version d’entrée de gamme Commodité du moins, les systèmes de surveillance d’angles morts et d’avertissement de circulation transversale arrière, tous deux si importants.

Offrant un coup 
d’œil moderne, 
le tableau de bord 
réunit l’essentiel 
des commandes à 
portée de main.
Photo courtoisie
Offrant un coup d’œil moderne, le tableau de bord réunit l’essentiel des commandes à portée de main.

À l’instar de la carrosserie, le design de l’habitacle s’avère moderne, mais sans excès de style. On ne s’en lassera pas rapidement. L’aménagement du tableau de bord place aussi l’essentiel des commandes à portée de main et mise peu sur les commandes tactiles. Pour les trois versions les mieux équipées, ces dernières sont concentrées sur un grand écran central de 8 po à l’interface bien pensée, alors que l’Ascent Commodité se contente d’un écran de 6,5 po. Quant à la finition, elle est sans reproche, mais il faut admettre que certains VUS rivaux comme, par exemple, le Mazda CX-9 proposent des matériaux aux textures plus riches.

Toutes les versions, sauf
 l’Ascent Commodité de base, 
ont un écran tactile de 8 po 
doté d’une interface bien conçue.
Photo courtoisie
Toutes les versions, sauf l’Ascent Commodité de base, ont un écran tactile de 8 po doté d’une interface bien conçue.

MOTEUR PERFORMANT

Sous le capot, on retrouve un 4-cylindres turbo de 2,4 L à cylindres à plat opposés (« boxer »). Jumelé à une boîte de vitesses automatique à variation continue, ce moteur de 260 ch livre 277 lb-pi dès que le régime atteint 2000 tr/min. Avec autant de puissance et de couple, ce mastodonte de 2 t passe de 0 à 100 km/h en un peu plus de 7 s, bien plus qu’il n’en faut pour un véhicule à vocation familiale.

Cet humble 4-cylindres suralimenté permet aussi à l’Ascent de remorquer une charge atteignant 2268 kg (5000 lb), du moins lorsqu’on opte pour l’attelage de remorque de classe 3, un ensemble optionnel (711,95 $) auquel il faudra ajouter le faisceau électrique et la boule de remorquage. Sans cet attelage, la capacité de remorquage se limite à 908 kg (2000 lb). 

Avec ces cotes en tête, personne ne sera surpris d’apprendre que la consommation moyenne de ce mastodonte frôle les 11 L/100 km : ÉnerGuide la situe à 10,4 L, alors que nous avons obtenu une moyenne de 10,9 L lors d’un essai réalisé en automne.

Comme tous les produits Subaru (sauf la BRZ), l’Ascent a une transmission intégrale en prise constante. Ce système très souple, qui n’exige aucune intervention du conducteur, est parmi les plus efficaces sur le marché. Cet utilitaire a aussi une garde au sol très généreuse (220 mm) qui procure, à la fois, une position de conduite élevée très agréable, mais aussi une capacité de franchissement d’obstacles surprenant permettant d’envisager d’éventuelles escapades dans des sentiers éloignés du bitume; une activité où le limiteur de vitesse en descente (de série) pourrait se révéler pratique. Voilà autant d’attributs qui confirment la nature indéniablement polyvalente de cet utilitaire Subaru.

FICHE TECHNIQUE

Prix de base 

  • 36 695 $ (Commodité); 41 695 $ 
  • (Tourisme 8 places); 42 195 $
  • (Tourisme 7 places); 47 495 $
  • (Limited 8 places); 47 995 $ 
  • (Limited 7 places); 50 995 $ (Premier)

Transport et préparation 

  • 1800 $

Groupe motopropulseur

H4 turbo DACT 2,4 L; 260 ch à 5600 tr/min, 277 lb-pi à 2000-4800 tr/min. Boîte de vitesses automatique à variation
continue. Transmission intégrale.

Particularités  

Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : 245/60R18 (Commodité et Tourisme); 245/50R20 (Limited et Premier).

Cotes  

Empattement : 2890 mm; longueur : 4998 mm; largeur : 1956 mm; hauteur : 1819 mm. Poids : 2005-2 081 kg. Volume du coffre : 498-2094 L. Capacité de remorquage : 908-2 268 kg (2000-5000 lb). Volume du réservoir : 73 L. Consommation moyenne (essai) : 10,9 L/100 km.

Concurrence 

  • Buick Enclave
  • Chevrolet Traverse
  • Dodge Durango
  • Ford Explorer
  • GMC Acadia
  • Honda Pilot
  • Hyundai Palisade
  • Kia Sorento
  • Kia Telluride
  • Mazda CX-9
  • Nissan Pathfinder
  • Toyota Highlander
  • Volkswagen Atlas

Points forts 

  • Excellente transmission intégrale
  • Capacité de remorquage importante
  • Comportement routier homogène

Points faibles 

  • Finition perfectible
  • Dotation du modèle. Commodité incomplète
  • Banquette arrière peu pratique

COTES DE L’AUTEUR

  • Cote d’ensemble 8/10
  • Consommation 7/10
  • Équipement 8/10
  • Prix 8/10
  • Apparence 8/10
  • Confort à l’avant 8/10
  • Confort à l’arrière 8/10
  • Comportement 8/10
  • Performance 8/10
  • Rangement 8/10

Un ancêtre quasi cinquantenaire

La Leone 1972, première Subaru 
à quatre roues motrices.
Photo courtoisie
La Leone 1972, première Subaru à quatre roues motrices.

Saviez-vous que l’Ascent, le plus gros véhicule de Subaru, a pour ancêtre une petite familiale rustique apparue il y a presque un demi-siècle ?

Lancée en 1972 au Japon, elle s’appelle Leone (lion en italien). Une appellation qui paraît surfaite puisque son 4-cylindres atmosphérique de 1,6 L à cylindres à plat ne livrait que 67 ch ! 

Il faudra attendre six ans pour la découvrir chez nous. Rebaptisée « DL », cette familiale fait ses débuts en 1978, année où Subaru fonde sa filiale canadienne. Comme tous les 4x4 de l’époque, elle a un boîtier de transfert débrayable permettant de passer de deux à quatre roues motrices. 

Après tout, elle n’a pas cette vocation de loisirs commune à tous les VUS d’aujourd’hui. Offerte à bas prix (6298 $ en 1979), elle se veut avant tout adaptée au quotidien d’automobilistes ordinaires ayant à se déplacer loin du bitume.

Honda crée une Civic Type R pour la course

Honda Performance Development (HPD) a créé une Civic Type R à l’intention des pilotes professionnels. Parmi les modifications, on note une calandre à grand débit d’air, un capot ventilé et des prises d’air spéciales pour refroidir les freins. Le moteur turbocompressé de 2,0 litres est programmé pour livrer une puissance de 270 à 330 chevaux, dépendamment de la série de course.