/news/society
Navigation

Plus de 1 million$ amassés par la Guignolée du Dr Julien

Coup d'oeil sur cet article

La 17e édition de la Guignolée du Dr Julien a permis de récolter 1 035 000$ samedi, soit un montant un peu plus élevé qu’à pareille date l’an dernier, a noté le Dr Gilles Julien, père de la pédiatrie sociale au Québec. 

• À lire aussi: 17e Guignolée du Dr Julien: la pauvreté a beaucoup changé 

«On est très, très heureux, c’est un très grand succès, a-t-il commenté dimanche en entrevue à LCN. Compte tenu de la température, il y a des gens qui ne sont pas venus parce qu’il devait pleuvoir beaucoup. Ç’a été une belle ambiance.» 

Mais au-delà du bilan financier de la guignolée, le Dr Julien a réitéré l’importance d’accompagner les jeunes à risque, et ce, le plus tôt possible. 

«Toutes les études le démontrent et, maintenant, on sait à quelle vitesse le cerveau se développe et à quelle vitesse il ralentit quand il y a des facteurs toxiques dans l’environnement», a-t-il expliqué, en donnant en exemple l’abandon et l’exclusion. 

Néanmoins, la pratique de la pédiatrie sociale continue de s’adapter à la réalité des enfants. «Dans nos cliniques, l’anxiété est devenue le [problème] numéro un. Ce n’était pas là de cette façon-là avant. Dans les 10 dernières années, ça a évolué rapidement et négativement», a-t-il affirmé. 

Anxiété globale, anxiété de performance et anxiété qui pousse à l’isolement, voire aux idées suicidaires sont les exemples qu’observe de plus en plus le Dr Julien. 

«On est dans une détresse mentale majeure, et c’est occasionné par un paquet de facteurs. Ça devient un peu le nouveau fléau de nos temps modernes», a indiqué le Dr Gilles Julien. 

Les enfants sont affectés par l’anxiété de plus en plus jeune, et parfois même avant l’âge de 5 ans, a précisé le docteur. 

À l’échelle du Québec, ce sont plus de 40 centres qui appliquent le concept de pédiatrie sociale du Dr Julien.