/sports/football
Navigation

«Spygate»: les Patriots dans l’eau chaude

«Spygate»: les Patriots dans l’eau chaude
AFP

Coup d'oeil sur cet article

De sévères sanctions pourraient bientôt être imposées aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre pour avoir illégalement filmé des séquences des Bengals de Cincinnati face aux Browns de Cleveland. 

Selon ce que rapportait le réseau CBS Sports, dimanche matin, l’organisation pourrait perdre au moins un choix de repêchage et se voir imposer des amendes salées. Des suspensions pourraient aussi être servies à un membre de la haute direction, voire du groupe de propriétaires. 

Les résultats de l'enquête complète de la NFL détermineront quelles mesures seront prises. Récidiviste, le club du Massachusetts a déjà été mêlé à des histoires de tricherie par le passé, ce dont la NFL tient compte. 

Les «Pats» ont été privés de choix au premier tour à deux occasions pour avoir utilisé illégalement des ballons de football ou enregistré un adversaire à son insu. La ligue tiendra compte de ces deux précédents dans la décision de la mesure disciplinaire, a indiqué la même source. 

Le service des opérations de football de la NFL se concentrera sur son enquête, la semaine prochaine, et l'attente de la décision «ne devrait pas durer des mois», comme cela peut être le cas dans de nombreux cas problématiques. La semaine dernière, au moment où les propriétaires se réunissaient à Dallas, d'autres questions urgentes étaient à régler, ce qui a repoussé l'enquête. 

Les Bengals sont les adversaires des Patriots cette semaine. 

Pris en flagrant délit? 

Des employés des Patriots auraient été surpris à filmer les signaux des entraîneurs des Bengals sur la galerie de presse, allégation qu’a réfutée l’organisation de la Nouvelle-Angleterre, mardi, dans un communiqué. 

Elle a expliqué qu’il s’agissait simplement d’un contracteur indépendant qui réalisait une vidéo promotionnelle et que cela n’impliquait pas les responsables football. 

Des membres des Bengals placés à l’arrière des caméramans auraient été témoins de la scène. 

De son côté, l’entraîneur-chef Bill Belichick s’est défendu d’être lié de près ou de loin à cette histoire. 

«Je n’avais aucune idée de ce que c’était. Ensuite, vous savez, j’ai une explication. Je pense que l’organisation a donné une explication ou quelque chose comme ça. C’est tout ce que je sais à ce propos», s’est-il défendu.