/news/society
Navigation

Un labyrinthe géant bientôt à Beauport?

Il souhaite exploiter les terres des Sœurs de la Charité

Labyrinthe en 2018 à La Pocatière
Photo courtoisie, Luc Pelletier Le labyrinthe réalisé par Luc Pelletier dans les champs de La Pocatière en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Les terres agricoles des Sœurs de la Charité transformées en labyrinthe géant ? C’est du moins l’objectif d’un promoteur de La Pocatière.  

Depuis six ans, Luc Pelletier réalise chaque année un important labyrinthe dans un champ de maïs à La Pocatière. L’an dernier, sa cible n’était rien de moins que d’éclipser le record Guinness du plus imposant au monde.  

Malgré ses efforts et la dimension de son terrain de jeu, soit 74 acres, l’homme d’affaires n’a pas respecté un critère d’évaluation. Le record appartient donc toujours à Dixon, aux États-Unis.  

Vers un record Guinness 

« Je n’avais pas vu dans les critères que tous les chemins devaient avoir la même largeur. J’avais une partie plus artistique dans mon projet. Elle n’a pu compter dans la dimension totale du labyrinthe », explique M. Pelletier.  

Pour 2020, il aimerait déménager son concept sur les terres agricoles des Sœurs de la Charité, à Beauport, avec comme objectif d’inscrire Québec et son labyrinthe dans le livre des records Guinness.  

Son pari est toutefois loin d’être gagné, car pour réaliser son projet sur 80 acres, certains types de récoltes devront être changés. Le promoteur note avoir interpellé le Groupe Dallaire, la Ville et l’entreprise qui exploite les terrains, soit Semican. Il attend maintenant des réponses.  

Préserver la vocation des terres  

« Cela fait six ans que j’agrandis les dimensions du labyrinthe et 90 % de ma clientèle provient de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Je veux me rapprocher des gens », souligne M. Pelletier. « Ce record donnerait une belle visibilité à la Ville de Québec et cela n’empêche pas la vocation même de la terre ».  

Chaque année, environ 12 000 personnes traversent en moyenne le champ de maïs de La Pocatière. L’aventure peut durer plus trois heures. Il est ouvert de la fin juillet, et ce, jusqu’à l’Halloween. Le labyrinthe nécessite près de 150 heures de travail. 

Récemment, le ministère des Affaires municipales a rejeté la version du Schéma d’aménagement de l’agglomération de Québec qui aurait permis le dézonage des terres agricoles. Groupe Dallaire souhaitait construire sur ce site environ 6500 unités d’habitation.