/news/currentevents
Navigation

Un Noël sans papa pour six enfants

Le père de famille de 41 ans a perdu la vie à la suite d’une violente collision survenue à Rimouski, samedi

Coup d'oeil sur cet article

La vie d’un père qui donnait tout pour sa grande famille a été tragiquement fauchée à quelques jours de Noël dans un violent accident de la route, samedi, à Rimouski. L’homme laisse derrière lui ses six enfants et sa conjointe de toujours.   

Dave Massé, 41 ans, et sa conjointe Josée Morin circulaient sur la route 232 pour aller passer la soirée au centre-ville.    

La route à la fois en pente, en courbe et glacée a cependant changé leurs plans à jamais. La voiture du couple a glissé, l’amenant à percuter de plein fouet un autre véhicule qui arrivait en sens inverse.    

  • Écoutez l'entrevue accordée à QUB radio par un ami de ce défunt père de famille

Les pinces de désincarcération ont été requises pour extirper le couple de l’habitacle. Pendant que la scène chaotique se déroulait, les cadeaux de Noël abîmés reposaient dans le coffre, la cachette censée les soustraire aux six enfants curieux.    

«Main dans la main»  

Les ambulanciers ont rapidement pris en charge le couple, les conduisant à l’urgence de l’hôpital de Rimouski. Rapidement, les médecins ont constaté que Dave Massé n’allait pas s’en sortir. «Pendant toute la soirée de samedi et la nuit, ils étaient main dans la main», raconte Raphaëlle Saint-Louis, une amie proche qui les accompagnait pendant les dernières heures du père de famille.    

Josée Morin et Dave Massé formaient un couple depuis 22 ans.
Photo tirée de Facebook
Josée Morin et Dave Massé formaient un couple depuis 22 ans.

Le décès de Dave Massé a été constaté dimanche matin, marquant la fin d’une histoire d’amour qui a commencé 22 ans plus tôt, à l’adolescence, et qui a mené à une maisonnée de six enfants.     

Josée Morin a quant à elle été transférée dans un hôpital de Québec pour subir des interventions chirurgicales pour des fractures au bassin et à un bras, mais on ne craint pas pour sa vie.    

«En les rencontrant, vous auriez cru que ça faisait trois mois qu’ils étaient ensemble tellement ils s’aimaient. Quand on pense à un beau couple, une belle famille, c’est à eux que je me réfère», ajoute Raphaëlle Saint-Louis.    

Son rêve  

Les enfants de 4 à 13 ans ont été pris en charge par les quatre grands-parents, qui tiennent le fort à la résidence familiale. Cette maisonnée faisait la fierté de Dave Massé. Si certains rêvent de luxe ou de gloire, lui convoitait l’idée d’avoir sa demi-douzaine d’enfants avec «son amour d’adolescence», se remémore Benoît Chénard, un voisin et ami de longue date. «On était au cégep et il nous le disait. Il savait depuis tout ce temps-là qu’il voulait six enfants», affirme-t-il.    

Dave Massé posait fièrement en compagnie de Josée Morin, sa conjointe et son amour de toujours, et leurs six enfants Abi, Jade, Mia, Jessy, Alex et Kamilyne.
Photo tirée de Facebook
Dave Massé posait fièrement en compagnie de Josée Morin, sa conjointe et son amour de toujours, et leurs six enfants Abi, Jade, Mia, Jessy, Alex et Kamilyne.

«C’était un papa tellement amoureux de ses enfants. Encore en matinée, il disait à Josée à quel point ils venaient de passer un bel avant-midi avec les enfants. La famille, c’était sa richesse», témoigne Geneviève Fradette.    

Cette vie familiale bien remplie était complétée d’obligations professionnelles prenantes. Dave Massé possédait une entreprise de mécanique mobile avec son bon ami Jérôme Saint-Laurent. Ce travail demandait son lot d’engagements et de périples à l’extérieur de la ville, parfois pendant des jours. Dès son retour, «il donnait tout ce qu’il pouvait pour avoir du temps de qualité avec les enfants», relève son associé.  

«Pour Dave, c’était toujours les enfants qui comptaient. La semaine, il travaillait beaucoup et faisait des sacrifices pour la famille. Mais il faisait plus que se reprendre la fin de semaine, estime Benoît Chénard. Mettre tout de côté pour élever six enfants, ça prend une personnalité particulière.»    

Un père aimant  

Le père de 41 ans est décrit comme une « boule d’énergie » pour qui les enfants passaient avant tout.
Photo tirée de Facebook
Le père de 41 ans est décrit comme une « boule d’énergie » pour qui les enfants passaient avant tout.

C’est cette «personnalité particulière» qui a fait rayonner le père dans son entourage qui le décrit comme une boule d’énergie, généreux de son temps et aux capacités interpersonnelles démesurées.    

«Il n’y avait jamais de problème avec lui. On s’assoyait pour trouver une solution, dit avec admiration son partenaire d’affaires Jérôme Saint-Laurent. Il était comme ça autant dans la compagnie que dans la vie de tous les jours. Partout où il passait, il laissait sa marque.»     

Toute la communauté se rassemble derrière la famille  

Le choc de perdre un père de famille a rapidement laissé place à un sentiment d’urgence dans la communauté de Sainte-Blandine, à Rimouski, dont les résidents multiplient les démarches en espérant que les six enfants de Dave Massé ne manquent de rien.    

La triste nouvelle, qui s’est répandue comme une traînée de poudre dans ce secteur tricoté serré, a frappé droit au cœur des Rimouskois. Geneviève Fradette et Benoît Chénard, un couple d’amis de la famille, sont de ceux qui se sont mis en action pour épauler les grands-parents.    

«Noël s’en vient, Josée [Morin, la maman,] n’est pas disponible et pourrait avoir une longue convalescence. Les grands-parents ont un cœur énorme, mais ce ne sont pas des gens fortunés», indique Mme Fradette.    

Elle-même mère de cinq enfants, elle a notamment pris contact avec les propriétaires de l’épicerie du village. «Elles ont offert des repas préparés pour la famille. On aura juste à aller les chercher pour les apporter aux grands-parents».     

Les pompiers en charge des cadeaux  

Quant à son conjoint Benoît, pompier à la municipalité de Rimouski, il n’a pas eu à prier ses collègues pour qu’ils mettent la main à la pâte. «Les cadeaux étaient dans la voiture, mais beaucoup de choses étaient détruites. Les gars de la caserne 62 sont touchés. [Dimanche matin], ils m’ont texté pour me dire que les cadeaux, ils allaient s’en occuper», raconte-t-il.    

Une campagne de sociofinancement en ligne a également été lancée par des proches, sous le titre «Aidons Josée et ses 6 enfants» . Quelques heures seulement après avoir été lancée, la campagne avait permis d’amasser plus de 16 000 $. «Dave Massé prenait les bouchées doubles au travail. Josée pouvait se consacrer à temps plein aux enfants, explique Mme Fradette. Il va y avoir des besoins imminents bientôt.»    

Des intervenants ont aussi été mobilisés pour le retour en classe, aujourd’hui, dans les différentes écoles fréquentées par les enfants.