/news/currentevents
Navigation

Réseau de voleurs de véhicules de luxe démantelé: plusieurs Québécois sont arrêtés

Réseau de voleurs de véhicules de luxe démantelé: plusieurs Québécois sont arrêtés
PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE PROVINCIALE DE L'ONTARIO

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins de 350 chefs d’accusation ont été portés contre une vingtaine de Québécois soupçonnés de faire partie d’un réseau criminel à la fine pointe de la technologie spécialisée dans les vols de véhicules, a annoncé mardi la police provinciale de l’Ontario (PPO). 

«Ces criminels ont un mépris désinvolte du sens de responsabilité. Nous sommes déterminés à poursuivre avec acharnement ces récidivistes et leurs associés et à faire en sorte qu'ils répondent de leurs actes», a dit en conférence de presse le surintendant de la PPO Bryan MacKillop, directeur du Bureau de la lutte contre le crime organisé. 

Les autorités ont commencé à s’intéresser à ce réseau criminel après avoir noté une importante hausse des vols de véhicules – particulièrement des VUS de luxe – dans différentes régions de l’Ontario, notamment dans la grande région de Toronto. 

Pour réussir leurs larcins, les voleurs utilisaient une technologie dont se servent les concessionnaires automobiles pour remplacer les porte-clés à télécommande perdues ou volés 

«Ils n'ont aucun besoin de vos clés, ni encore que vous oubliez de verrouiller votre voiture. (...) Ils sont persistants, méthodiques et trompeurs et commettent les mêmes délits, coup après coup», ont indiqué les autorités dans un communiqué. 

Une fois les véhicules volés, ils étaient placés dans des conteneurs pour être acheminés à l’étranger à partir du port de Montréal. 

Durant l'enquête qui aura duré cinq mois, les forces de l’ordre ont été en mesure de récupérer 97 véhicules volés et à empêcher qu’ils soient envoyés dans d’autres pays. 

Selon les autorités, plusieurs autres suspects sont toujours recherchés dans ce dossier. 

Les perquisitions menées dans différentes villes de l’Ontario et du Québec, dont Montréal et Laval, a également permis la saisie de différentes quantités de stupéfiants. 

De nombreux corps policiers ont participé à cette enquête d’envergure, dont ceux de Laval, Montréal, Toronto, York et Ottawa. L’Agence des services frontaliers du Canada et le Bureau d’assurance du Canada ont également pris part à cette enquête, baptisée «projet Shildon».