/sports/huntfish
Navigation

Chevreuils: deux permis dans deux zones

Plusieurs nouveautés pour les chasseurs en 2020

Chevreuils: deux permis dans deux zones
Photo Julien Cabana

Coup d'oeil sur cet article

Les chasseurs de chevreuils pourront acheter deux permis dans deux zones distinctes à compter de 2020 (à l’exception des zones 5 ouest, 8 est et 8 sud où il sera possible d’en abattre deux au même endroit), a annoncé hier le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) dans le cadre d’une refonte réglementaire comportant plusieurs nouveautés.

Afin de limiter les risques de propagation de maladies comme la MDC par exemple, il sera désormais interdit d’utiliser de l’urine naturelle de cerf en tout temps ainsi que leurs glandes tarsiennes. 

De plus, l’appâtage avec des pommes, des carottes, du maïs ou autres ne sera permis que du 1er septembre au 30 novembre uniquement. Vous pourrez toutefois encore installer des salines le reste de l’année. 

Pour la première fois cet automne, il y aura une fin de semaine de chasse au cerf dédiée à la jeunesse. Les mentors pourront alors stimuler la relève à une activité de prélèvement intéressante, autre qu’à la sauvagine ou au petit gibier. 

Autre point notable, le MFFP vient de présenter une formule semblable aux conventions de groupes offrant la possibilité de partager le permis de cerf sans bois avec la famille immédiate. 

Les gens de Lanaudière (15 est) et de la Mauricie (26 ouest) seront heureux d’apprendre qu’il sera maintenant permis d’y pourchasser le chevreuil sous certaines conditions. 

De nouvelles périodes de chasse prolongées seront également proposées dans certaines zones tout comme l’autorisation de se servir de différents types d’engins. «De quoi plaire aux nouveaux initiés tout comme aux adeptes de toujours », explique la relationniste des communications au MFFP, Catherine Ippersiel. 

Autres gibiers 

La chasse au dindon qui est en plein essor connaîtra également de nombreuses modifications, telle une nouvelle saison automnale, du 24 au 30 octobre, au cours de laquelle les sportifs pourront récolter un oiseau mâle ou femelle dans les zones 4, 5, 6, 7, 8 et 10. Dans la zone 9, on pourra désormais déjouer un deuxième spécimen au printemps. 

Partout où c’est déjà permis, la période de chasse passera de 22 à 25 jours, et à compter de l’an prochain, il sera interdit de chasser ces gibiers ailés à moins de 100 pieds d’un appât. 

  • L’espèce la plus populaire au  Québec, la truite mouchetée, est aussi la plus prisée par la relève. Il s’en capture annuellement près de 16 millions. L’espèce fera donc face à de nouvelles limites de prises et de possessions dans certaines zones pour favoriser de saines pratiques de remise à l’eau. On remarque un déclin de la qualité de la pêche et 50 % des populations sont en état de surexploitation. Le taux de mortalité lors des remises à l’eau est aussi très élevé. 
  • Pour le touladi, la longueur minimale des spécimens que vous pourrez conserver dans les zones 9, 11 et 15 passera de 45 cm à 55 afin de protéger l’espèce. Plusieurs pêcheurs se réjouiront également des nouvelles possibilités de pêche hivernale principalement en Outaouais et en Abitibi. 
  • Le nouveau plan de gestion pour l’ours noir permettra aux piégeurs de récolter jusqu’à quatre bêtes par année. La période attribuée à cette espèce sera uniformisée à celle des trappeurs, du 15 mai au 30 juin. Ces derniers pourront même se lancer à leur trousse l’automne. Les biologistes ont également ajouté une saison de chasse automnale dans 16 secteurs.