/news/currentevents
Navigation

Il ne peut plus garder de chiens

Mario Fortier, mercredi matin, à son arrivée au palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Photo Magalie Lapointe Mario Fortier, mercredi matin, à son arrivée au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire des deux molosses qui ont attaqué une femme de 60 ans, en juin, à Saint-Césaire, a été remis en liberté mercredi à condition de ne plus posséder d’animaux.

Mario Fortier a gardé le silence lors de sa comparution, mercredi, pendant laquelle il a été accusé formellement de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Arrêté la veille, l’homme de 61 ans a passé la nuit au poste de la Sûreté du Québec.

Pas attachés

Le 26 juin dernier, Geneviève Piacentini est entrée dans le stationnement du propriétaire, Mario Fortier, sur la route 112 à Saint-Césaire.

Ce dernier vendait des bicyclettes et des jouets pour enfants. Mme Piacentini s’y était arrêtée pour acheter un vélo à son petit-fils.

C’est à ce moment que les deux chiens du propriétaire, qui n’étaient pas attachés, ont attaqué la dame.

Ils l’ont d’abord scalpée en lui arrachant sa queue de cheval, puis se sont acharnés en lui mordant l’arrière de la tête.

Les deux chiens qui ont attaqué la femme ont été euthanasiés quelques jours après les événements.

Hospitalisée pendant 10 jours, la dame vit encore aujourd’hui avec des séquelles physiques et psychologiques de cette violente attaque.

Mario Fortier a retrouvé sa liberté, mercredi matin, mais devra respecter plusieurs conditions, dont ne pas avoir la garde d’animaux et ne pas harceler la plaignante. Il devra également payer une caution de 2000 $.

Le dossier revient à la cour le 17 février prochain.